Page images
PDF
EPUB

Qerre or å l'un des costés & toujours blanc deffous ; & fi tous les jours
IN FRANCE de la semaine ils veullent porter fermail faire le pourront doo

sur quel robe il leur plaira. En l'armeure pour guerre ils pore
teront le dit fermıil en leur camail ou en leur cotte à armes
ou la vu leur plaira apparamment. Et seront tenus de jeuner
tous les fab nedis s'ils peuvent bonnement, & se bonnement ne
peuvent iceux ou ne veullent , ils donront ce jour quinz: de-
niers pour Dieu en l'honneur des quinze joyes de Notre Dame.
Jureront qu'à leur pouvoir ils donront loyal Conseil au Prince
de ce qu'il leur demandera foit d'armes & d'autres choses. Et se
il y a aucun que avant cette Compagnie aient emprise aucun
ordre , ils le devront laisser , fe ils peuvent bonnement , & se
bonnement ne la peuvent laifirfisericette Compagnie devant.
Et si en avant n'en pourront aucune autre entreprendre dans
le co

congé du Prince. Et seront tenus venir tous les ans enla noble
maison afise entre Paris Ġ saint Denis en France à la veille
de la feste de Notre Dame de la my Aoust dedans Primes do y
de meurer tout le jour le lendemain jour de la feste jusques
après Vespres.. Et se bonnement ils n'y peuvent venir ils en
feront crus par leur propre parole. Et en tous les lieux ou ils so
treverons , venir ensemble , au plus , à la veille & au jour de
ladite mye aouft, á que bonnement ils n'auront venir à ce
jour au lieu de la noble maison i ils porteront lesdites robbes de
orront Vefpres la messe insemble" se ils peuvent bonnement.
Et pourront lesd. Chevaliers se il leurplait leverbanniere ver-
meil semé d'étoilles ordonnées d une image de Notre Dame
blanche , especialement sur les ennimys de la foi ou pour la
guerre de letir droiturier Seigneur & au jour de leur trepasse-
ment, ils envoiront à la noble maison se ils peuvent bonnement
leur annel « leur fermail les meilleurs qu'ils auront faits pour
ladite Compagnie , pour en ordonner au profit de leurs ames
en l'honneur de l'Eglise de la noble maison en laquelle sera fait
leur service solemnellcment. Et sera tenu chacun de faire dire
une messe pour le trepassé au plustost que ils pourront bonnement
depuis qu'ils l'aurront sceu. Et ejt ordonné que les armes & tim-
bres de tous les Seigneurs Chevaliers de la noble maison seront
peints en la salle d'icelle au dessous d'un chacun la ou il sera.
Et se il y a aucun que honteulement quel Diex ne notre Dame
ne veulleni ) se partent de la bataille ou bifogne a donnée , il
Jéra suspendu de la Compagnie , & ne pourra porter tel habis

1

& li tournera en la noble maison ses armes & fon timbre fúzs ORDRE DE dessus deffous,fins efficier jusques à temps qu'il fut reftitué par EN FRANCE le Prince ou són conjeil & tenus pour relevez par son bienfait. Et est encore ordonné qu'en la noble maison aura une table appellie la table d'honneur en laguelle feront assis la veille ( le jour de la feste les trois plus diffifians Bacheliers qui seront de ladire fiste,de ceux qui seront receus en ladite Compagnie & in chacune veille de feste de la mye Aout chacun an après en suivant seront afis a la dite table d'honneur les trois Princes, trois Baronnet's & trois Bacheliers qui l'année auroient plus fait en armes de guerreicar nuls faits d'armes du pays ne sera mis en compte. Et est encore ordonné que nul d'iceux de ladite Compagnie ne pourra entreprendre en aller en aucun voiage loingtain sans le dire ou faire scavoir au Prince. Lesquiex Chevaliers seront au nombre de cinq cens, & desquiex nous comme inventeur á fondateur d'icelleCompagnie seront Prince, ainsi l'en devront eftre nos successeurs Roys, & nous avons elu etre du nombre de la dite compagnie' pensons à faire le Dieu plait la premiere feste entrée de la dite Compagnie a s. Oujn le jour de la veille l'apparition prochaine.Si soyez aux d. jours & lieux se le pouvez bonnement à tout vostre habit annel & fermail, & adoncques sera vous aux autres plus à plain parlé sur cette matierre. Et est encore ordonné que chie eun apportera ses armes de son timbre peins en un feuillet de papier ou de parchemin afin que les peintres les puissent mettre plastot & plus proprement la ou ils devront eftre mis à la noble maison. Donné à Sains Christhophle en Halatte le 6. jour de Novembre l'an de grace 1351.

Il y a des Auteurs qui précendent que Charles VII. voïant ses finances epuilées ne trouva point d'autres morens pour recompenser les Capitaines de fon Armée que de leur donner le collier de cet Ordre qui ne se donnoit auparavant qu'aux Princes & aux Grands Seigneurs de France : que pour ce sujet ceux-ci firent leur remontrance au Roi, que c'étoit avilir l'Ordre que de le donner indifferemment à toutes sortes de personne sans avoir égard à la nobleffe, & quece Prince aïant assemblé le Chapitre au Palais de Clichy l'an 1554. il ôta le collier qu'il portoit & le mit au col du Capitaine du Guer de puit & l'appella Chevalier du Guet, ordonnant qu'à l'avenir il porteroit cette marque de l'Or

INF&ANCE

étoit vrai que

ORDRE D: dre de l'Etoile , & que sur les hoquetons des archers du
L'ETOILE
Guet il

у

auroit devant & derriere une étoile blanche en broderie : ce qui donna lieu aux Princes & aux Seigneurs de quitter auílí le collier de l'Ordre. Mais les Chevaliers ne portoient point de collier comme on a pu voir dans les Lettres de Jean premier Fondateur de cet Ordre. Ainsi le Roi Charles Vil. ne pouvoit pas avoir ôté fon collier pour le mettre au col du Chevalier du Guet. Du tems de faint Louis ..cet Officier avoir déja la qualité de Chevalier du Guet,& s'il

Charles VII. lui eût donné l'Ordre de l'E. toile il n'auroit pas pour cela avili cer Ordre ; puisque le Chevalier du Guet étoit toûjours. Gentilhomme & avoit même le ticre de Chevalier , comme il paroît par plusieurs titres ; nous nous contenterons seulement de rapporter des Lettres de Louis XI. données à Beynes en Hainaut le 3. Août 1461.par lesquels il ôte l'Office de Chevalier du Guet à Philippes de la Tour Chevalier , pour en revêtir Jean de Harlay qui étoit aussi Chevalier. Loys par la grace de Dieu Roy de France à tous ceux qui ces presentes Lettres verront , Salut. Comme par le trepas de notre trés cher Seigneur & pere à cui Dieu pardoint , la Couronne de Seigneurie de notre dit Roïaume nous soient par la dite grade de Dieu advenuz & efcheur, de par ce nous appartiengne pourvoir aux offices d'icelui noftre Royaume , de personnes ydoines de suffisantes à notre bon plaisir , sçavoir faisons , que par la bonne relation qui faite nous a esté de notre bien ame Jehan de Harlay escuyer de ses vaillances , proüesses, preudomie,& bonnes diligences, à icelui pour ces causes ő autres à ce nous mouvans, avons donni á octroyé, donnons octroyons de grace especiale parces presentes l'office de Chevalier du Guet de nuit de nostre bonne ville de Cité de Paris, pour icelui office avoir & tenir , & dorennavant exercer aux droits,gaiges,honneurs , prerogatives.prouffits & emoluments accoutumez,& qui y appartiennent , tant comme il nous plaira, s'il est à ce suffisant. Si donnons en mandement au Prevost de Paris qui pour nous sera ou à fon Lieurla nart, que prins & receu dudit Jean de Harlay le serment en tel cas accoutumé, iceluy mette & instituë ou face mettre de inftituer de

par naus en poslejjion Juisine dudit Office, og d'iceluy ensemble des droits, gaiges , konneurs , prerogativesor gxouffitz & emolumens dej ujdits, le face , souffre , & laisse

[ocr errors]

L'ETOILE

jouir & user plainement & paisiblement, c à luy obeir á en- ORDRE DE tendre de tous ceux & ainji qu'il appartiendra , es choses tou

EN FRANCE chant & regardant ledit Office, osté & debouté d'iceluy nostre amé á feal Philippes de la Tour Chevalier, & tout autre illicite detenteur, non ayant sur ce nos Lettres de don precedent en date de ces presentes, óc. Pour preuve que ce Jean de Harlay étoit Chevalier avant que d'être pourvû de l'Office de Chevalier du Guet , nous rapporterons encore les Lettres fuivantes, du Comte de Clermont, fils du Duc de Bourbon. Nous fehan, a insné fils du Duc de Bourbonnois & d'Auvergne, Comté de Clermont , Lieutenant General « Gouverneur pour Monseigneur le Roy de ses pays Duché de Guyenne,Certifions à tous qu'il appartiendra que au voyage dernierement fait au pays de Normandie pour la reduction a'iceluy è l'obeissance de mondit Seigneur le Roy & au commencement d'iceluy voyage, preismes a meismes en nostre charge, retenue , nostre amé & feal Chevalier Mesjire Johan de Harlay , lequel bien á honnorablement monté o armé , servit mondit Seigneur durant ledit voyage en notredite compagnie sans départir , tant en sieges , rencontres ó courses, qu'en autres affaires de guerre, esquelles il s'est trouvé comme bon , vaillant , comme doit faire. Et nous tenant siege devant la ville de Vire; audit pays

de Normandie, durant iceluy voyage,luy donnames l'ordre de chevalerie avec toute solemnité deües, áce certifions eftre vray par ces nos Lettres lesquelles en temoing de ce avons Signé de notre main,& fait sceller du petit fignet à nos armes en l'absence de nostre grand scel. Donné au Buchet en Bourbonnois le 22. jour de fanvier 1455. Il y a encore d'autres Lettres de Louïs XI. données à Bourdeaux le 20. Mars 1462. par lesquelles il paroît que ce Jehan de Harlay avoit une Compagnie d'Ordonnance sous le titre de Crußol, Chevalier & Sénéchal de Poirou : ce qui l'empêchant d'exercer son Office de Chevalier du Guer, le Roi lui permit de le faire exercer pendant un an. Ces Lettres sont des preuves suffisantes que le Chevalier du Guet étoit allez distingué pour

faire des honneur à l'Ordre de l'Etoile en le portant; & c'est une erreur de dire qu'il ne se donnoit qu'aux Princes & aux grands Seigneurs, puisque le Roi Jean I. qui l'institua , voulut qu'il y eût cinq cens Chevaliers ; &

que

l'an 1358. il le donna à Jacques Bozzut, qui n'étoit que Collan Iome VIIL.

Rr

ne pas

pa

IN FRANCE

Ordre de teral ou Conseiller de Louis Duc de Duras , comme il
L'ETOILE

roît par l'Epitaphe de ce Bozzut, que l'on voit dans l'Eglise
Cathedrale de Naples. S'il étoit vrai aussi

que

Charles VII, l'eut donné par mépris au Chevalier du Guet, il n'y a pas d'apparence que Louis XI. l'eut donné l'an 1458 à son gendre Gaston de Foix, Prince de Navarre ; & il n'auroit pas mandé en 1470. aux Prevôt des Marchands & Echevins de Paris , qu'il vouloit venir en cette ville pour célébrer la Fête de l'Ordre de l'Etoile , & qu'il entendoit que les Princes & les grands Seigneurs qu'il meneroit avec lui , fussent logés par fouriere. Cet Ordre sublista jusques sous le Charles VIII. qui l'abolit, à cause de l'Ordre de S. Michel que Louis XI. son pere avoit institué.

Favin, Theatre d'Honneur de chevalerie. Giustiniani , Hist. di tutti gli Ordini Militari. Archives de la Chambre des Comptes de Paris. Memorial c. fol. 108. & Manuscrits de Duchêne, à la Bibliotheque du Roi,

regne de

CHA PIIRE X LV I.
Des Chevaliers de l'Ordre du saint Esprit , au droit desir;

appellé aussi l'Ordre du Næud, au Roiaume de
Naples.

Obert le Bon & le Sage Roi de Naples, qui étoit de la R

Maison d'Anjou , aïant perdu Charles de Sicile son fils unique , voulut donner un mari aussi de la Maison d'Anjou à Jeanne , fille aînée du même Charles. Dans cette vûë il fit venir à Naples l'an 1333. Charles 11. Roi d'Hongrie son ne veu , & André,fils puîné de ce Prince, qui fut fiancé le 18. Septembre avec Jeanne sa cousine issuë'de germain. Cette Princesse étoit pour lors dans la neuviéme année de son âge André en avoit sept. Mais ce mariage ne fut point heureux , les inclinations de ces deux époux ne s'accordant point. Le Roi Robert avoit tâché de leur inspirer des sentimens d'union, & il avoit par la prudence contrebalancé les divers mouvemens de ces deux esprits. Mais après sa mort, qui ar riva l'an 1343. ils ne garderent plus de mesures , Jeanne ne vouloit point qu'André prît la qualité de Roi ; & ces conte stations durerent jusqu'à ce qu'Elisabeth Reine d'Hongrie,

« PreviousContinue »