Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

l'autre Signature. Le dernier jour de Janvier de l'année 1560. OBLATS DE il le créa Cardinal , & le 8. Février suivant il lui confera SaINT AM. l'Archevêché de Milan, n'étant pour lors âgé que de vingedeux ans. La maniere admirable dont il réüllifloit dans tous les Emplois qu'on lui donnoit, fit que le Pape lui confia tout ce qu'il y avoit de plus grand dans le Gouvernement de l'Eglise , & dans l'administration de l'Etat Ecclesiastique , avec une autorité fi absoluë , que le Saint doutant de ses forces pour soutenir un si grand poids , fit quelques difficultés pour accepter cet honneur : ce qui lui attira quelques reproches du saint Pere, aussi bien que de ses parens, qui esperant toutes choses de son credit & de son autorité, ne pouvoient souffrir son humilité, qu'ils traitoient de balleffe de

ceur.

Son frere unique Frederic Borromée, étant mort à la fleur de son âge, on croïoit que pour le soutien de la Famille , il quitteroit le Chapeau de Cardinal pour se marier. Son oncle, les parens, ses amis, lui conseilloient de le faire ; mais le Saint envisageant ces conseils comme une tentation dangereuse, il prit les Ordres facrés, & fe fic ordonner Prêtre par le Cardinal Cesis,dans l'Eg'ise de sainte Marie Majeure, dont il fut fait Archiprê:re par le Pape, qui l'honora encore de la Dignité de Grand-Penitencier, de plusieurs Legations, & de la Protection de plusieurs Ordres Religieux & Militaires. Après avoir reçu la Prêtrise,il ne fongea plus qu'à travailler fortement à la réforme des mœurs, au rétablissement de la discipline de l'Eglise, & à remedier aux maux causés par les Hérésies de Luther & de Calvin, qui venoient d'être condamnées dans le Concile de Trente, assemblé depuis près de dix-huit ans lequel fut enfin conclu par ses soins l'an 1563. malgré les delais que l'on vouloit encore apporter.

Après que le Concile eut été terminé, il fit de gandes instances auprès du Pape pour obtenir de la Sainteté la permisfion de se retirer à son Eglise de Milan, préferant ses obligations & son devoir à tous les avantages qu'il avoit à Rome ; mais le Pape persuadé qu'il y alloit de l'interêt du saint Siege & de toute l'Eglise de conserver auprès de la personne un homme si plein de zele pour le bien public, n'y voulut jamais consentir : ainsi il fut obligé de ceder par obéissance à la volonté du saint Pere, qui le dispensa de la résidence ordonnée

OBLATS DE par le Concile de Trente , & il demeura dans les exer:
SAINT AM cices de les Charges ordinaires, à la reserve du gouverne-
BROISE.,

ment de l'Etat , qu'il abandonna pour vaquer avec plus d'ac-
tention aux affaires purement spirituelles & Ecclesiastiques.
Il envoïa pour son Ġrand-Vicaire à Milan Nicolas Orma-
nette , dont il connoissoit la capacité, la prudence & la pieté,
& qui secondant les intentions du faint Cardinal, s'efforça
de réformer ce Diocèse, qui étoit fort dereglé ; mais les
contradictions qu'il trouva , principalement dans le Clergé;
firent prendre la resolution au saint Prélat de se rendre à
Milan, avec la permission du Pape, qui avant qu'il partit de
Rome, le nomma son Legat à Latere pour toute l'Italie. Il
arriva à Milan au mois de Septembre de l'an 1563. & il y fut
reçu aux applaudissemens du peuple , qui l'attendoit avec des
desirs qu'on ne sçauroit s'imaginer. Cet abregé ne nous per-'
met pas de rapporter tout ce que ce saint Cardinal fit pour la
réforme de son Diocèse ; ce qui se passa dans les fix Conciles
Provinciaux qu'il tint, & les onze Synodes qu'il assembla,
les Reglemens qu'il fit pour les personnes consacrées au ser-
vice de Dieu, ce qu'il eut à souffrir pour la défense de la
Jurisdiction Ecclesiastique,le zele avec lequel il entreprit de
rétablir les Observances Regulieres dans plusieurs Ordres
Religieux, où le relâchement s'étoit introduit, & les fonda-
tions qu'il fir d'un grand nombre de Monasteres , de Semi-
naires & de Colleges. Nous nous contenterons de parler ici
de l'établissement qu'il fit de la Congregation des Oblats de
saint Ambroise, comme celle à laquelle peut être rapporté
tout ce qu'il a fait de plus beau , tant pour le bon ordre de

son Eglise, que pour l'utilité du prochain.
· Ce grand Saint aïant reconnu par une longue experience

de plusieurs années , qu'il lui étoit difficile de maintenir dans son Diocese la discipline Ecclesiastique, d'y faire executer les saintes Ordonnances qu'il avoit faites ; d'y gouverner les Colleges , les Séminaires & les autres lieux de pieté qu'il avoit fondés , fans être afliste de quelques bons Ouvriers, qui étant dégagés de tous les embarras & de toutes les affaires du siecle, ne s'appliquassent uniquement qu'à . gouverner les Eglises qu'il leur confieroit ; sçachantsur tout combien on avoit besoin de bons Pasteurs dans les Paroisses qui:écoient proche des païs infe&és d'heresie , & combien il

étoit.

étoit souvent à propos de changer les Curés, & de les en- Oblats DJ voïer en d'autres Cures vacantes où ils étoient plus necef- S. AMBROIS faires , particulierement dans les Paroisses abandonnées ; il prit la résolution , après avoir tenu son cinquiéme Sinode l'an 1578. de fonder une Congregation de Prêtres séculiers, qui étant unis à lui comme à leur Chef; fuflent entierement soumis à faire tout ce qu'il leur ordonneroit , & dont il pût disposer ainsi qu'il le jugeroit à propos pour le gouvernement de fon Diocese. Pour cet effet il fie choix de quelques Ecclesiastiques qu'il connoissoit avoir de l'inclination pour ce saint Institut , & qui étoient propres pour ce dessein , auf. quels il en joignit plusieurs autres, qui touchés des discours qu'il leur avoit fait au dernier Sinode , vinrent s’offrir volontairement à lui, pour être aggregés dans cette nouvelle Congrégation qu'il mit sous la protection de la sainte Vierge & de saint Ambroise dont il leur donna le nom, auquel il ajoûta celui d'Oblats , à cause qu'ils s'étoient offerts d'eux-mêmes. Cette sainte Societé commença le jour de la Fête de faint Symplicien l'un des Prédécesseurs de nôtre Saint, qui arrivoit le 16. du mois d'Août de la même année 1578. Elle fut approuvée par le Pape Gregoire XIII. qui lui accorda plusieurs graces spirituelles , & quelques revenus qui avoient appartenu à l'Ordre des Humiliés , qui, comme nous avons dit dans la quatriéme partie de cet ouvrage, fut supprimé à cause des déreglements de ses Sectateurs, & de l'attentat qu'ils commirent contre la personne de ce saint Cardinal , qui enfin affigna à ces Oblats, pour faire leurs fonctions , l'Eglise du faint Sepulchre qui étoit en grande vénération à Milan , & qui acheta des maisons voines pour les loger. Ce ne fut pas sans beaucoup de raisons qu'il choisit particulierement cette Eglise pour les placer ; car outre qu'elle est ancienne, aïant été bâtie dès l'an 1171. elle est au milieu de la ville & fort commode pour le peuple qui y a grande devotion , à cause du Sepulchre de NôtreSeigneur , & de quelques mysteres de fa Pallion qui y sont representes en relief, fort devots , & touchants. Depuis long tems elle avoit été desservie par des Prêtres de sainte vie, & quand saint Charles vint à Milan, il y trouva le Pere Gaspard Belinzago homme de grande pieté & fort zelé pour la gloire de Dieu & le salut des ames; avec quelques autres

Tome VIII.

DI S.
BROISE.

OBLAT'S Prêtres qui vivoient sous sa conduite , & s'emploïoient à DE S. AM- toutes sortes de bonnes auvres sans être engagés à aucun

Benefice , assistant les pauvres, visitant les malades , & tâchant, autant qu'ils pouvoient, de rétablir la pieté Chrétienne dans un tems qu'elle étoit presque éteinte à Milan. Quelques-uns de ces Prêtres,aprés la mort du Pere Gafpar, qui arriva en 1575. entrerent dans la Congregation des Oblats , & entre autres le Pere François Gripa , qui fut un homme veritablement Apostolique , & regardé de tout le monde comme un Saint. "La pieté de ces bons Prêtres fut un puissant motif au saint Cardinal pour établir dans ce lieu sa Congretation des Oblats ausquels il les associa dans l'elperance qu'il eut qu'ils la solliiendroient par leur vertu , qui étoit comme hereditaire depuis plulieurs années dans cette celebre Eglise.

Après que le saint Cardinal eut ainsi établi cette nouvelle Congregation, qui comme nous l'avons déja dit, n'étoit qu'une assemblée d'Ouvriers Evangeliques dont il pût disposer, aufli- bien que ses Successeurs selon le besoin de son Diocese , il leur prescrivit des regles & obligations convenables à cet état , dont les principales étoient qu'ils feroient un væu simple d'obéissance entre les mains de l'Archevêque de Milan , qu'ils le reconnoîtroient comme leur Superieur , qu'ils lui seroient unis comme les membres à leur Chef, qu'ils n'auroient point d'autre volonté que la fienne, qu'ils ne rechercheroient que la gloire de Dieu & le salut des ames , qu'ils se comporteroient en toutes choses avec une modestie & une sainteté qui fût digne de cette union, qu'ils n'auroient point d'autre occupation que celle d'assister l'Archevêque dans la conduite & le gouvernement de son Diocese, & de travailler avec beaucoup de zele daņs tous les emplois & les diferentes fonctions ausquelles il les appliqueroit , comme de visiter la ville & le Diocese ; d'aller en Mission à l'exemple des Apôtres dans les lieux les plus difficiles & les plus fâcheux où les ames font abandonnées, & ont besoin d'instruction ; de desservir les Cures vacances; d'être Grands Vicaires ou Archiprêtres i de diriger les Colléges & Séminaires , les écoles de la Doctrine Chrétienne & les Confrairies ; de faire faire les exercices spiricuels à ceux qui aspiroient aux Ordres sacrés ; en un mot

[ocr errors]
« PreviousContinue »