Page images
PDF
EPUB
[graphic]

sur lesquelles il y avoic des Séraphins: au bas du collier il y Ordru avoit une médaille représentant l'image du Sauveur du Mon- olì de > à côté de la médaille deux Anges à genoux, & au bas E^ I.',du pendoit un Agneau Paschal. «mx,

Schoonebeck , Wifi. des Ordres Militaires. m L'a.

II y a eu encore en Suéde un Ordre de Chevalerie fous D»Í° f* le nom de l'Amarante qui fut institué par la Reine Chri- Dl l'A^stine, fille du grand Gustave Adolphe- M. Ashmole s'est sttoi. iN trompé , lorsqu'il dit que cette Princesse abdiqua le Roïaume Tan 1645. en hvear de son cousin Charles Gustave Comte Palatin des deux Ponts , parce qu'elle faifoit profession de la Religion Catholique j car elle ne céda ses Etats à ce Prince que l'an 1654. faisant encore profession de la Religion Luthérienne qu'elle n'abjura quedans le voïage qu'elle ntà Rome l'an 1656.Ce fut un an avant qu'elle abdiquât son Koïaume qu'elle institua l'Ordre de I'Amarante. C'est une coutume établie en Suéde de faire tous les ans unefêce que l'on nomme Winschah't, c'est- à dire , une Assemblée honnête dans une Hôtellerie, où l'on introduit toutes sortes de divertissemens & de jeux. Ces fortes d'Assemblées font composées d'un certain nombre de personnes qualifiées qui se déguisent, & cette Fête commence ordinairement le soir & ne finit qu'au jour. Le jour des Rois de l'àn 1653. aîant été choisi par la Reine Christine pour ce divertissement j au lieu du Wirtschalst qui sembla trop commun à cette Princesse , elle voulut imiter le festin des Dieux , ordonnant pour cet effet aux Seigneurs & aux Dames de fa Cour de paroître fous des habits qui représentassent les fausses Divinités. Les tables furent couvertes avec beaucoup de magnificence, elles étoient servies par de jeunes períonnes vêtues en bergers Sien Nymphes, & selon ce qui se pratiquoit en pareilles cérémonies , la Reine prit un nom d'avanturiere & voulut qu'on l'appellât I'Amarante. Le divertissement dura jusques au lendemain matin que cette Princesse changeant tout d'un coup d'habits, commanda aux Seigneurs & aux Dames de la compagnie de quitter aussi les ornemens dè leurs fausses Divinités, & cefut pour lors qu'elle institua l'Ordre de I'Amarante , donnant à ceux qui étoient presens un chifre de diamans composé de deux A renversés l'un dans l'autre au milieu d'une couronne de laurier entourée d'un rouleau fur Tome FUI. P p

Ordre Di lequel il y avoit en écrit ces paroles Dolce nella memoria. II
T*»1i*rim Y *volt 4uinze Chevaliers 8c autant de Dames qui avec la
Angle. Reine faisoient le.nombrede trente-un, & ceux qui avoient
T£KRE' été ainsi honorés de cette Amarante avoient le privilège de
manger tous les Samedis avec cette Princesse dans une mai-
son de plaisance a un des fauxbourgs de Stokolm.

Bernard Giustiniani, Hifi. di tutti, gli. ord. Militari. &
Schoonebeck , Hifi. des Ordres Militaires.

Chapbtre XLIV.

Des Chevaliers de l'Ordre de la Jarretière en
Angleterre.

Presque tous les Historiens conviennent qu'Edouard
III. Roi d'Angleterre n'institua l'Ordre de la Jarre-
tière qu'à l'occafîon de celle que la Comtesse de Saliíbury
qu'il aimoit,laissa tomber dans un Bal& que ce Princ releva:
ce qui aïant donné occasion de rire aux Courtisans & causé
du chagrin à la Comtesse, le Roi pour témoigner qu'il n'a-
voit point eu de mauvais dcílein , dit en langage de ce tems-
ìiyHonny fottqtii mal y pense, le mothonny signifiant maudit»
& fit un serment , que tel qui s etoit moqué de cette jarre-
tière , s'estimeroit heureux d'en porter une semblable. Cet
Ordre fut institué dans le château de Windsor & fut mis
fous la protection de saint Georges. Mais ces Historiens ne
s'accordent point fur letems de cette institution. Les uns pré-
tendent que ce fut l'an 1344. & les autres l'an 1350.

Froissard donne à connoître qu'il fut institué l'an 1347»
en disant qu'après qu'Edouard III. eut choisi quarante
Chevaliers de cet Ordre , dont la Fête se devoit célébrer
tous les ans, & auquel il donna le nom du bleu jarretière, &
qu'ils se furent engagés par ferment d'observer les Statuts
qui en avoient été dressés, ce Prince envoïa publier une fête
par ses Hérauts , en France , en Ecosse, en Bourgogne , en
Hainaut , en Flandres , en Brabant , & en Allemagne pour
le jour de saint Georges suivant de l'an 1348. Mais quoique
cet Auteur parle de l'amour qu'il avoit pour la Comtesse de
Salifbury & qu'il faffe la description d'un tournois qu'il fit
faire à Londres à fa considération & oìi elle se trouva , il ne

[ocr errors]
[ocr errors]

dit point qu'elle laissa tomber sa jarretière ni que ce fut le Ordre d motif qui porta ce Prince à instituer cet Ordre. *****

i C y r * i i * t T1 F. R r ï H

HuKerdans la deícription du Roïaume d'Angleterre , A N G t\. d'Ecosse & d'Irlande, attribue l'Institution de cet OrdreTM*"* au rétablissement de Pierre le cruel fur le Trône de Castille par les troupes auxiliaires d'Angleterre commandées parle Prince de Galles j mais il s'est trompé, puisque cela n'arriva ■que l'an 1366. seize ans après l'Institution de l'Ordre. Cet Auteur ne laisse pas de dire que la marque de cet Ordre fut une jarretière bleue à cause de celle que la Reine avoit

{>erduë , sur quoi le Roi l'aïant raillée & lui aïant dit qu'il 'avoit donnée aux Chevaliers, elle lui répondit, Honnyjoit qui mal y pense,ce que ce Prince fit ajouter en lettres d'or fur la jarretière.

Lepeu d'intelligence que Joseph Michieli avoit apparemment de la Langue Latine,lui a fait croire que quelques Auteurs avoient trouvé un autre motif de l'institution de l'Ordre de la Jarretiere>carildit que quelques-uns prétendent qu'Edouard institua cet Ordre en considération de Perisselide Reine de la Jarretière : Algunes di\en haver institut .0 esta orden a contemplacion de Perifeltde Reyna de la Guarfiera , aïant pris le mot périscelis qui signifie jarretière" pour le nom d'une Reine & la jarretière pour le nom d'un Roïaume Enfin il y en a quiont fait remonter J'origine de cet Ordrë juf

3ues au tems de Richard I. Roi d'Angleterre,& quiprétenent qu'Edouard n'en a été que le Restaurateur. Tels ont été les differens sentimens des Ecrivains fur l'origine & l'institution de l'Ordre de la Jarretière.

Monsieur Ashmole Héraut de cet Ordre qui en a donné une ample Histoireenattribue l'Institution à Edouard MI. Mais regardant comme fable l'Histoire de la Jarretière de •la Comtesse de Saliíbury relevée par ce Prince , il prétend qu'il l'institua par un autre motif ÔC que ce fut la vingttroisiéme année de son règne : ce qui [revient à l'an 1349. puisqu'Edouard monta sur le Trône d'Angleterre l'an 13-16. En effet au commencement des Statuts de cet Ordre qui furent dressés par ce Prince & même dans ceux qui furent reformés par ses successeurs,il est marqué qu'il avoit institué un Ordre Militaire en l'honneur de Dieu,de la sainte Vierge & de saint Georges Martyr la vingt-troisième année de son Ordue règne: Ad honorent onmipotentis Dei> fanfta Marix Virginií La- Jakr)-- gloríofe crsancïiCeorgíiMartyrif^Dominmnofierfuprem^EdA N e L H- Vvaràus tertius RexAngli* anno regnifui pojl conquejittmXXIII.

ordma.vit, ftabilivit, & fundavit qaamddm jocietatemswe ordinem milttarcm.

Le Roi avant que d'instituer cet Ordre , avoit fait achever l'Eglise de Windsor commencée par ses prédécesseurs, comme il paroîcparses Lettres du 6. Août de la vingt-deuxième année de son règne i c'est à dire de l'an 1348. par lesquelles il déclare que ses prédécesseurs aïant commencé à Windsor une Eglise fous le titre de saint Edouard dans laquelle il avoit été régénéré par les eaux du Baptême,& où ils avoient établis huit Chanoines , il avoit fait achever cette Eglise en l'honneur de Dieu , de la sainte Vierge , de saint Georges Martyr & de saint Edouard Confesseur,& que voulant augmenter le nombre des Chanoines & des autres Ministres de cette Eglise , il ordonnoit qu'on ajoûteroit encore aux huit Chanoines qui y étoientdéja, un Custode pour être leur Chef,quinze autres Chanoines ôc vingt quatre pauvres Chevaliers qui n'avoient pas dequoi vivre, avec des Chapelains qui obéïroient au Custode & qui feroient entretenus íur les reverrus qu'il assigna à cette Eglise.

Le Pape Clément VI -par une Bulle du 30. Novembre de la même année, donna pouvoir aux Evêques de Saliíbury ÔC de Winchester, d'ériger l'Eglise de Windsor en une Collégiale de Chanoines, de Prêtres, de Clercs, de pauvres Chevaliers du Roïaume , & d'autres Ministres qui dévoient y faire le Service divin, & d'en fixer le nombre, conformément aux revenus qui leur avoient été aíEgnés j & par une autre Bulle du 1*. Février de l'année suivante , il exempta cette Collegíate de toute Jurisdiction de l'Ordinaire, la mettant sous la protection du saint Siège, voulant que le Custode eût toute Jurisdiction sur les Chanoines , les Prêtres , les Clercs, les pauvres Chevaliers, & les autres Ministres de l'Eglise j & que pour ce qui regardoit la conduite des ames , il reconnût l'autorité de l'Evêque de Saliíbury, dont il recevroic le pouvoir. Ce Custode & cette Collegiate étoient obligés, en vertu de cette même Bulle, à païer tous les ans au saint Siège un marc de Sterlins,le jour de la Fête de saint .Georges, en l'honneur duquel cette Eglise avoic été fondée*

« PreviousContinue »