Page images
PDF
EPUB

Ordres vt

'5T ~ i* Bandp,

'_ DH I.A Co

Chapitri XLII. LOMBH,DI

Laraikxí,.

Des Chevaliers des Ordres de U Bande, de la Colombe

de la Raison, de /'Ecaille y&de l'Etoile en Espagne. II ïntj£i

Paonz.

L* O R D Re de la Bande ou de l'Echarpe, ainsi appelle à
cause que les Chevaliers portoient une bande,ou ru-
ban de soye rouge , large de quatre doigts, en forme d'é-
charpe i de l'épaule gauche fous le bras droit j fut institué •
en 1330. ou 1331. par Alfonse XI. Roi de Castille , fils de
Ferdinand, & de Constance de Portugal. Antoine de Gue-
vara Evêque de Mondognedo qui parle de cet Ordre dans
une de ses Lettres au Comte de Benavente, ne marque point
le lieu où il fut institué > mais il dit que quatre ans après le
même Roi étant à Palencia, le rétablit, le reforma, & même
l'amplifia. II ne se donnoit qu'à des Gentilshommes de. con-
sidération ou vaillans Chevaliers. Les aînez des familles en
étoient exclus , & il n'y avoit que les cadets qui pussent re-
cevoir l'Echarpejencore falloit-il qu'ils eussent suivi la Gour
pendant dix ans ou qu'ils eussent servi le Roi à la guerre
contre les Maures. Les Reglemens que le Roi Alfoníe, qui
se déclara Grand- Maître Sc Chef de cet Ordre, prescrivit
aux Chevaliers , contenoient trente huit articles. Us étoient
obligés entre autres choses de parler au Roi en faveur du
bien public & des Bourgeois des lieux ou ils demeuroient,
lorsqu'ils en étoient requis j fur peine d'être bannis de leur

f>aïs & privez de leurs biens. En parlant au Roi, ils dévoient
ui dire la vérité, pVomettant de lui être fidèles, & s'ils en-
tendoient quelqu'un qui parlât mal de lui & qu'ils ne s'y op-
posassent pas j ils étoient chassez de la Cour 8c on leur ôtoît
l'Echarpe pour toujours. Si dans leurs entretiens, ils avftienc
fait quelque mensonge, ils ne pouvoient porter l'épée d'un
mois. Us ne dévoient fréquenter que des personnes sages
pour apprendre d'eux à bien vivre, ou des gens de guerre
pour s'instruire dans la profession desarmes,& s'ils frequen-
toient des marchards ou des gens de métier , ils en étoient
punispar leGrand Maître qui leur deffendoit de sortir de leur
maison pendant un mois,lls dévoient garder la fidélité à leurs

Or»tii«di amis. Ils ne pouvoient paroîire à laCour qu'à cheval & noa D\ tVco-' furies mules, à peine de païer un marcd'argent&s'ils avoienc lOMBt, cf die quelque parole de'flaterie ou de raillerie, ils ne pouvoient "'^e' paroître à la Cour qu'à pied pendant un mois , & dévoient De"-"' it rester dans leur maison pendant un autre mois. Celui qui se tE En Es plaignoit de ses blessures ou qui se vahtoit de quelque belle Mgiii. actioa , en e'toit auífi puni par le Grand- Maître > & pendant le tems de fa pénitence, il ne pouvoit être visité par les autres Chevaliers. 11 ne leur étoit pas permis de jouer aux dez, ni de donner à jouer. Ils ne pouvoient mettre en gages leurs ^ • armes3ni leurs habits. 11 leur étoit défendu démanger seuls & des choses vilaines ou de mauvaise odeur, & dévoient en beuvant prononcer le nom de Jésus. Si quelqu'un sans la

SermiíEon du Roi portoit la Bande, il devoit se battre avec es Chevaliers de cet Ordre , & si celui qui avoit pris la Bande écoit vainqueur, il étoit déclaré Chevalier & pouvoit i l'avenir la porter: au contraire s'il étoit vaincu , il étoit chassé de la Cour.Tous les Chevaliers ne dévoient combatre que contre les Maures , a moins qu'ils n'accompagnassent le Roi dans quelqu'autre guerrej mais s'ils combattoient contre d'àutres ennemis que les Maures fans être à la fuite du Roi, ils étoient privez de l'Echarpe. Ils s'assembloient trois fois Pan pour les affaires de l'Ordre, 6c ils dévoient tous se trouver au lieu de l'assembiée avec leurs armes & leurs chevaux. Ils étoientauflì obligez tous les ans de faire au moins quatre fois, le jeu des cannes, & de courir la ba^ue une fois la semaines celui qui négligeoit ces exercices etoit privé de l'Echarpe pendant un mois , & alioit fans épée pendant un autre mois. Si quelque Chevalier se máriôit à vingt lieuës à la ronde , du lieu ou fe tenoit la Cour, tous lès autres Chevaliers étoient obligez de l'accompagner, lorsqu'il se présentoit au Roi pour lui demander quelques présens j comme aussi de l'accompagner au lieu ou il se marioit & de faire un présent à la mariée. Tous les premiers Dimanches du mois, ils se trouvoient au Palais pour faire des armes, deux contre deux en présence du Roi. Le nombre de ceux qui étoient admis aux Tournois & dans les Courses , ne pouvoit pas passer trente contre trente. Dans les Tournois on ne pouvoit courir plus de quatre fois, & celui qui dans l'une des quatre courses ne rompoit point fa lance étoic tenu de païer les frais duTour1 c

[graphic]

ïiôis. Enfin Jorsqu'un Chevalier étoit á l'article de la mort, les aucres dévoient l'aller trouver pour l'aider à bien mourir Di 1* cal par de bonnes exhortations. Après fa mort ils accompa- ínui«o°H gnoient son corps à la sépulture. Usenportoientledeiiil pen- D E «■'£dantnn mois j.ils n affistoient a aucuns jeux pendant trois, & L'etoideux jours après Tenterrement, ils porcoient au Roi l'Echar- " ïN E,~ pe du detunt & le pnoient de recevoir en la place un de les enfans s'il en avoir, & de prendre fa veuve & fa famille fous fa protection. Alfonfe fut le premier qui prit l'Echarpe, il la donna ensuite à ses enfans , Dom Pierre^qui lui succéda & -qui fut surnommé le Cruel, Dom Henry , Dom Ferdinand , & Dom Tellez. Cet Ordre subsista encore après la mort de ce Prince. Dom Jean Premier , Roy de Castille & de Léon prit foin de l'aggrandir , & donna l'Echarpe à cenc . Chevaliers le jour de son Couronnement qui íe fit dans la Ville de Burgos l'an 1375?. Il futenfuite aboli, & a été renouvellé de nos jours depuis que Philippe V. de la Maison de Bourbon & petit Fils de Louis le Grand Roi de France, est monté fur le Trône d'Espagne.

11 y a eu encore en Castille deux autres Ordres Militaires, ^Yo** l'un fous le nom de la Colombe, & l'autre fous celui dé la Be. Raison, dont l'institution est attribuée au Roi Jean Premier par quelques Auteurs j d'autres prétendent que celui de la Colombe fut institué par Henry son Fils. Ainsi ne convenant point de l'Instituteur, ils ne s'accordent pas non plus fur le tems que ces Ordres furent établis iles uns prétendent que ce fut l'an 1379.d'autres l'an 1390.& d'autres enfin l'an 139p. Mais que ce soit le pere où le fils qui ait institué celui de la Colombe , cet Instituteur donna aux Chevaliers pour marque de leur Ordre une colombe d'or émaillée de blanc la tcie en bas. L'Abbé Giustinianidit que ces Chevaliers faifoient voeu de chasteté conjugale , qu'ils devoienteommunier tous les Jeudis, deffendre la Foi Catholique & protéger les veuves:mais cet Ordrequi ne se conferoit qu'à des personnes de considération ne fut pas de longue durée.

Celui de la raison n'étoit auífi donné qu'à des personnes °*£*TIS£* dont la Noblesse étoit bien connuë.qui avoient été. à la guerre, 1 * ou qui avoient rendu quelque service considérable au Roi. En les faisant Chevaliers,on leur donnoit une lance au bout de laquelle il y a voit un petit étendart. Ils devenoient par ce

O o iij

« PreviousContinue »