Page images
PDF
EPUB
[graphic]
[graphic]

eaux , leur toque étoit de velour noir , couverte par devant c Hsvad'une plaque d'or , qui representoit aussi un navire. L'on CKolss^Hr prétend que ce Prince avoit fixé le nombre des Chevaliers à trois cens, & qu'il avoit ordonné que lorsqu'il en mourroic quelqu'un, vingt neuf des principaux procédassent à l'élecj tion d'un nouveau Chevalier. Mais ce même Prince , qui prétendit au Roïaume de Hongrie, après la mort du Roi Louis son frère, aïant été tué à Bude l'an 1386. l'Ordre du Croissant ou du Navire fut aboli à Naples par les troubles dont ce Roïaume fut agité. Car Ladislas son fils aïant été

{>roclamé Roi après fa mort, & aïant été.couronné à Gacte, es Napolitains appellerent Louis 11. Duc d'Anjou: ce qui causa des guerres sanglantes.

Ce fut pendant ces troubles que la noblesse du Roïaume c H H vase trouvant divisée en deux factions, il y eut plusieurs Gen- "**• D a tilhommes de ceux qui s'étoient déclarés pour la maison , T D t\\ d'Anjou , qui prirent pour devise un Dévidoir d'or qu'ils LlONE' portoient fur ìebras gauche dans un fond rouge, & d'autres qui prirent une Lionne qui avoit les pieds liés qu'ils portoient fur l'estomac attachée à un ruban. Les uns & les autres se qualifioient Chevaliers du Dévidoir , ou de la Lionne. Ceux qui portoient le Dévidoir pour devise , le firent par mépris pour la Reine Marguerite veuve de Charles III. qui vouloit gouverner pendant la minorité de son fils Ladislas » voulant faire entendre par cette devise qu'ils étoient capables de démêler les brouilleries de Naples 5 & ceux qui portoient la Lionne aïant les pieds liez vouloient faire connoître par là, qu'ils tenoient la Reine Marguerite comme liée par les pieds. Ladislas eut d'abord l'avantage & Louis II. ne fut pas plus heureux que l'avoit été son pere Loiiis I. lorsqu'il voulut chasser du Roïaume Charles III. Cepen* dant la victoire se déclara pour lui 3 mais ce Prince n'en aïant pas profité,son compétiteur demeura maître du Roïaume auquel Jeanne II. ou Jannelle fa sœur succéda. Louis 111. aussi Duc d'Anjou tenta inutilement de la déposséder ì mais cette Princesse l'aïant appellé dans la fuite, & l'aïant fait reconnoître par ses sujets pour Roi de Naples r il chassa du Roïaume les Catalans & les Aragonnois qui y étoient entrés avec Alfonse leur Roi , dont l'ingratitude obligea cette Princesse ( qui l'avoit adopté pour son Tome V1H. N a

: C H « v A. fils , à annuler son adoption & à appeller Louis III. d'An-' ckoiMANr journouruc lansenfans lan 1434.

Son Frère René à qui la Reine Jeanne avoit laissé ses Etats par son testament, en prit possession aprés la mort de •cette Princesse qui arriva lan 1455. mais Alfonfe V. Roi d'Arragon retourna en Italie & chassa René d'Anjou du Roïaume de Naples, dont il se rendit maître l'an 1442. René qui éioit aussi Comte de Provence s'y retira & institua en 1448. étant à Angers, un nouvel Ordre du Croissant, qu'il mit fous la protection de saint Maurice , comme il paroît par les Lettres. Patentes de ce Prince qui commencent ainsi.

Au nom du Pereju Fils,& du saint Esprits un Dieu en trois personnes seul & omnipotent '< avec raide de fa très Bcnoijìe ejr glorieuse Mere la Vierge Marie, aujourd'hui dnziéme jour du mois d Août de Van 1440. tenant en sainte Eglise le Siège Apostolique Nicolas Pape gujnt , a esté encommencé & mis fus un Ordre pourperpétuellement à j amais durer au plaisir de Dieu par Chevaliers & Escuyers qui feront &pourront estre jusques au nombre de cinquante. Lequel Ordre fera appelle dr nommé íOrdre du Croisant ; parce que lendits Chevaliers & Escuyers porteront dessous le bras dextre un Croisant d'Armes camatllé» fur lequel fera efcript de lettres bleues L o 2 En Cro Issa Nt dr fera fait par la façon dr manière que cy devant est figuré & pourtrait, duquel Ordre est pris pour Chief, Patron , conduifeur dr destenseur Monsieur saint Maurice Chevalier, tres glorieux Martyr. De laquelle fraternelle union & compagnie dejfusd. les points de la Règle à garder observer s'ensuivent cy après par articles.

Ces articles conte noient entre aútres choses qu'aucun nc pouvoit être reçu dans cet Ordre, s'il n'étoit Duc , Prince, Marquis, Comte ou Vicomte , ou issu d'ancienne Chevalerie & Gentilhomme de quatre races , 8c il falloit que fa personne fût sans reproche. Ces Chevaliers faifoient serment sur les saints Evangiles, d'entendre tous les jours la Messe quand ils lapourroient : lorsqu'ils y manquoient,ils dévoient donner en aumône autant que l'ondonnoità un Chapelaia pour dire une Messe, & ils ne dévoient point boire de vin ce jour là. Ils promettoient aussi de dire tous les jours l'OfAce de la sainte Vierge, s'ils le sçavoient, & y manquant ils

« PreviousContinue »