Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

de Poilly f

poux, ils vivent néanmoins à la maniere des Religieux les PRETRES plus austeres : car ils ne portent point de linge , & couchent 102HP RA sur des paillasses sans draps. Ils font profession d'une exacte FRAACE. pauvreté ; ils ne doivent rien avoir enfermé sous la clef. Une table, un siége, & quelques images de papier, font tout l'ornemen: de leur chambre. Ils reconnoissent plusieurs fois dans la semaine leurs fauces devant leurs Superieurs. Outre le Carême de l'Eglise universelle, ils ont encore celui de l’Avent, & un autre à la Pentecôte. Ils jeûnent aussi tous les Vendredis & Samedis de l'année, & les veilles des Fêres de Notre-Seigneur & de la sainte Vierge. Deux fois la semaine ils prennent la discipline. Tous les jours ils font en commun une heure d'oraison mentale, demi-heure le matin & autant le soir. Tous les ans ils font les Exercices spirituels. Ils se levent à deux heures après minuit pour dire Matines ; & outre l'Ofice du Breviaire Romain, ils doivent dire encore tous les jours le petit Office de la Vierge, les Litanies des Saints, & le Salve Regina après Complies. Telles sont les principales Observances des Ouvriers Pieux , dont nous donnons ici l'nabillement.

Pietro Gijolso, Vita del Padre Carolo Caraffa. La Vita del P. Antonio de Collellis. Carolo de Lellis , Neapol. Sucr. D. Carlo Barıbolom. Piazza, Eusevolog. Roman. part. 2. Tract. II. cap. 14. & Memoires envoies de Rome par les Peres de cette Congregation.

CHAPITRE X.
De la Congrégation des Prêtres de l'Oratoire de Jesus en

France, avec la Vie du Cardinal de Berulle leur

Fondateur. T A Congregation des Prêtres de l'Oratoire en France, L qui a été formée sur le modele de celle des Prêtres de l'Oratoire d'Italie,& qui a eu l'avantage de servir elle-même d'exemple à plusieurs Communautés Seculieres qui se sont établies dans le même Roïaume, est redevable de son établissement au Cardinal de Berulle, qui nâquit le 4. Février 1575. au château de Serilly en Champagne, qui appartenoit à son pere Claude de Berulle, Conseiller au Parlement de

TOIRE ENTO

PRETRES Paris. Il fut baptisé à Paris sur les Fonts de la Paroisse de
DE L'ORA saint Nicolas des Champs , & y reçut le nom de Pierre. Sa
FRANCE. mere Louise Seguier , tante du Chancelier de ce nom, étoit

une Dame d'une haute vertu, qui après la mort de son mari,
embrassa le Tiers Ordre des Minimes , & quelques années
après entra dans l'Ordre des Carmelites Déchauffées, sous
le nom de Sæur Marie des Anges. Elle prit un si grand soin
d'élever les enfans dans la connoillance & la crainte de Dieu,
qu'ils ne lui furent pas moins obligés de la vie de la grace
qu'elle leur procura par une sainte éducation,que de celle de
la nature qu'elle leur donna en les mettant au monde. Le
jeune de Berulle,dont nous parlons, fut l'aîné de deux fils
& de deux filles , qu'il surpassa en vertu aussi bien qu'en
âge: car dès l'âge de sept ans il fit væu de chasteté,& cher-
cha tous les moïens de pratiquer cette vertu angelique, en
soumettant sa chair à l'esprit par les veilles , les jeunes , &
tous les autres exercices de la pénitence la plus rigoureuse.

A peine avoit-il passé cet âge qu'il perdit son pere, ce qu'il supporta avec une parfaite résignation à la volonté de Dieu. Il consola même fa mere , par des discours fi touchans & fi remplis de sagelle , qu'elle avoüa que toute la consolation qu'elle avoit reçuë dans une perte i sensible , ne venoit que de lui. Elle le mit entre les mains des Peres Jefuites pour le former par leurs soins dans l'étude des sciences divines & humaines, dans lesquelles il fit un fi grand progrès que rien ne lui sembloit difficile, quelque relevé qu'il fût; en forte que ses Maîtres admiroient également les grandes dispositions de son ame pour les premieres , & sa vivacité & pénés tration pour les secondes ; ce qui étoit solltenu d'une fi gran. de pieté, qu'il ne negligeoit rien de ce qui le pouvoic faire arriver à la pratique de toutes les vertus Chrétiennes, dont les nouvelles lumieres qu'il acqueroit de jour en jour par l'étude , lui découvroient de plus en plus les beautés & l'excellence : c'est pourquoi il se mit sous la direction de Dom Beau-Cousin Vicaire des Chartreux de Paris, l'un des plus grands Personnages de son tems , & à qui Dieu avoit donné une grace fi particuliere pour la conduite des ames, que de sa solitude & de son desert, il connoisloit mieux ce qu'elles avoient à faire & à éviter dans le monde, que ceux même qui en avoient la plus grande pratique. Ce saint Solitaire entre

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »