Page images
PDF
EPUB

LaRaison,

PAGNE,

[ocr errors]

ORDRESD: amis. Ils ne pouvoient paroître à la Cour qu'à cheval & non
ba BANCOsur des mules, à peine de païer un marc d'argent&s'ils avoient
LOMBF, Dr dit quelque parole de Alaterie ou de raillerie, ils ne pouvoient
WADE' paroître à la Cour qu'à pied pendant un mois , & devoient
CAILLT, Er rester dans leur maison pendant un autre mois. Celui qui se
DE L'ETOL-
LE EN ES plaignoit de ses blessures ou qui se vantoir de quelque belle

action , en étoit aussi puni par le Grand- Maître; & pendant
le tems de la penitence, il ne pouvoit être visité par les au-
tres Chevaliers. Il ne leur étoit pas permis de jouer aux dez,
ni de donner à joüer. Ils ne pouvoient mettre en gages leurs
'armes,ni leurs habits. Il leur étoit défendu de manger seuls

& des choses vilaines ou de mauvaise odeur, & devoient en
beuvant prononcer le nom de Jesus. Si quelqu'un sans la
permision du Roi portoit la Bande, il devoit se battre avec
des Chevaliers de cer Ordre , & fi celui qui avoit pris la
Bande étoit vainqueur , il étoit declaré Chevalier & pouvoit
à l'avenir la porter : au contraire s'il étoit vaincu , il étoit
chassé de la Cour. Tous les Chevaliers ne devoient combatre
que contre les Maures, à moins qu'ils n'accompagnassent le
Roi dans quelqu'autre guerre; mais s'ils combattoient contre
d'autres ennemis que les Maures sans être à la suite du Roi,
ils étoient privez de l'Echarpe. Ils s'assembloient trois fois
l'an pour les affaires de l'Ordre, & ils devoient tous se trou-
ver au lieu de l'assemblée avec leurs armes & leurs chevaux.
Ils écoient aussi obligez tous les ans de faire au moins quatre
fois , le jeu des cannes, & de courir la bague une fois la se.
maine,& celui qui négligeoit ces exercices étoit privé de l’E-
charpe pendant un mois , &alloit sans épée pendant un autre
mois. Si quelque Chevalier fe marioit à vingt lieuës à la ron-
de , du lieu où se tenoir la Cour, tous les autres Chevaliers
étoient obligez de l'accompagner , lorsqu'il se présentoit au
Roi pour lui demander quelques présens ; comme aussi de
l'accompagner au lieu ou il se marioit & de faire un présent
à la mariée. Tous les premiers Dimanches du mois, ils se
trouvoient au Palais pour faire des armes, deux contre deux
en présence du Roi. Le nombre de ceux qui étoient admis
aux Tournois & dans les Courses , ne pouvoit pas passer
trente contre trente. Dans les Tournois on ne pouvoir courir
plus de quatre fois, & celui qui dans l'une des quatre courses
ne rompoit point sa lance étoit tenu de païer les frais du Toura

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

PAGNI

nois. Enfin lorsqu'un Chevalier étoit à l'article de la mort, ORDRES DE les autres devoient l'aller trouver pour l'aider à bien mourir Di LA CO? par de bonnes exhortations. Après la mort ils accompa-LAMBERTO gnoient son corps à la sepulture. Ils en portoient le deuil pen-De CE dant un mois ; ils n'affistoient à aucuns jeux pendant trois, & OR L'ETOLdeux jours après l'enterrement, ils porioient au Roi l'Echar-'I en Espe du défunt & le prioient de recevoir en la place un de ses enfans s'il en avoit, & de prendre la veuve & la famille sous sa protection. Alfonse fut le premier qui prit l'Echarpe, il la donna ensuite à ses enfans , Dom Pierre qui lui succeda & qui fut surnommé le Cruel , Dom Henry, Dom Ferdinand , & Dom Tellez. Cet Ordre subsista encore après la mort de ce Prince. Dom Jean Premier, Roy de Castille & de Leon prit soin de l'aggrandir , & donna l'Echarpe à cent Chevaliers le jour de lon Couronnement qui le fit dans la Ville de Burgos l'an 1379. Il futensuite aboli, & a été renouvellé de nos jours depuis que Philippe V. de la Maison de Bourbon & perit Fils de Louis le Grand Roi de France, est monté sur le Trône d'Espagne. Il y a eu encore en Castille deux autres Ordres Militaires, Oprire de

LA COLOM l'un sous le nom de la Colombe , & l'autre sous celui de la st. Raison, dont l'institution est attribuée au Roi Jean Premier par quelques Auteurs ; d'autres prétendent que celui de la Colombe fut institué par Henry fon Fils. Ainsi ne convepant point de l'Instituteur , ils ne s'accordent pas non plus sur le tems que ces Ordres furent établis ; les uns prétendent que ce fut l'an 1379.d'autres l'an 1390.& d'autres enfin l'an 1399. Mais que ce soit le pere ou le fils qui ait institué celui de la Colombe , cet Instituteur donna aux Chevaliers pour marque de leur Ordre une colombe d'or émaillée de blanc la tête en bas. L'Abbé Giustiniani dit que ces Chevaliers faisoient veu de chasteté conjugale , qu'ils devoientcommunier tous les Jeudis, deffendre la Foi Catholique & proteger les veuves:mais cet Ordre qui ne se conferoit qu'à des personnes de consideration ne fut pas de longue durée.

Celui de la raison n'étoit aulli donné qu'à des personnes ORDEEN dont la Noblesse étoit bien connuë,qui avoient été à la guerre, ou qui avoient rendu quelque service considerable au Roi. En les faisant Chevaliers, on leur donnoit une lance au bout de laquelle il y avoit un petit étendart. Ils devenoient par ce

ORDRY DV

ARAISON

[ocr errors]

SES

LE EN
PAGNI.

ORDRE DE

LLE.

[ocr errors]

ORDRESDE moien Chevaliers Bannerets,comme il y en avoit en plufieurs
LA BAND,
DE LA CO Roïaumes. L'Abbé Giustiniani , dit quel'on trouve.encore
LOMSE, DE dans la Province d'Andalousie de ces Chevaliers ; mais ce
LARAISON,
DE L'E' font sans doute des Seigneurs Bannerers, comme il y en a en

Eroit plusieurs Roïaumes, & particulierement en France, où on ne LE EN Es donnoit autrefois ce nom qu'aux Gentilshommes qui pofte

doient de grands Fiefs, & qui avoient droit de porter une banniere dans les armées du Roi , sous laquelle marchoient cinquante hommes d'armes avec grand nombre d'archers &

d'arbalétriers. ORDREDE Il y a des Auteurs qui prétendent qu'il y a eu aussi en Cal

tille un Ordre Militaire sous le nom de la scama ou de l'Ecaille, dont ils font Jean II. Instituceur , & ils disent qu'il donna aux Chevaliers pour marque de leur Ordre une croix rouge faite d'écaille de poison qu'ils devoient porter sur un

habit blanc. PODRIDE A ces Ordres Militaires de Castille , nous joindrons celui IN Espa de l'Esolle en Araşon , dont on ne connoît point l'origine:on

sçait seulement qu'Alfonse V. Roi d'Aragon fit des Chevaliers de cet Ordre ; ce qui fait croire qu'il peut en avoir été l'Instituteur. Summonte dans fon Histoire de Naples , dit que ce Prince étant à Naples, le Duc de Bourgogne lui envoïa le collier de la Toison d'or, & qu'en revanche, le Roi d'Aragon lui envoïa sa devise de l'Ecole & du Lis, à condition, qu'en cas qu'ils fussent en guerre dans la suite, ils se rendroient reciproquement les marques de ces Ordres. Sansovino dans fes Familles Illustres d'Italie parlant de Basile Colatto, dit, qu'il fut fait Chevalier par l'Empereur Sigismord qui en lui donnant l'Ordre du Dragon & celui de l’Ētole, se fervit des paroles suivantes : Te quem manu propria militia singulo, & focietatis noftra Draconica, ac stola seu Amphrigia, Charissimi Fratris noftri Aragonia, insignivimus.

Voyez pour l'ordre de la Bande, Antoine de Guevara, Epilfres dorées, Lettre au Comte de Benavente. Favin, Theatre d'honneur à de Chevalerie. De Belloy, Origine de chevalerie. Mennenius, delicia aquestrium ord. Giuftiniani , Hist. dirutti ali ord. Militari. Herman & Schoonebeck,dans leurs Histoires des Ordres Militaires, & le Pere Anselme. Le Palais d'honneur. Pour ceux de la Colombe,de la Raison & de la Scama,Mennenius Giustiniani & Schoonebeck; pour se

« PreviousContinue »