Page images
PDF
EPUB

LIRS DE

les Etats du Roïaume à Paris l'an 1267. donna le jour de la CHEVAPentecôte en l'Eglise Cathedrale, le Collier du même Ordre A Cosse à Philippe de France son fils aîné, à Robert son neveu, fils de DE GENEST. Robert Comte d'Artois son frere, qui mourut en Egypte, & à plusieurs Barons & grands Seigneurs de France ; que cette solemnité fut grande & la Cour magnifique ; que la Fêre dura huit jours, que les ruës de Paris étoient tapislées, les boutiques fermées, & qu'il y avoit des tables dans les ruës pour y donner à manger à tous les passans. Anno Domini 1267. in Pentecoste, Prælatis á Bironibus fere totius Regni Francie Parisiis Congregatis , Ludovicus Rex Francie videns filium suum primogenitum Philippum juvenem , fortem & nobilisimum , atque Robertum nepotem suum filium Roberti fratris jui Attrebatenfis Comitis, quondam apud Mafforum interfectuieos cum pluribus aliis, Milites novos' Genislilla fecit, ubi tanta fuit latitiæ folemnitas , quod populus civitatis Purifienfis ab omni opere vacans , folummodo lætitia & exultationi intentus, peroéto dies & amplius civitate per totum cortinis pinnorum varii coloris ornamentis pretiofis mirabiliter palli at 1,cibisque publicis folemnitatem protenderent. Ainsi, selon le témoignage de Guillaume de Ningis , l'Ordre du Genelt ou de la Colle de Genelt, subsistoit du tems de saint Louis ; mais on ne peut pas assurer qu'il en ait été l'Instituteur.

Favin dit aussi avoir vû des Lettres du Roi Chirles V. dit le Sage, accordées l'an 1378. à un de ses Chambella's, Geoffroi de Belleville, d'une ancienne Maison de Poirou , par lesquelles il lui permet de porter le Collier de la Coffe de Genest. Les voilà celles qu'il les rapporte dans toute leur teneur. Charles par la grice de Dieu Roi de France, à tous' ceux qui ces presentes Lettres verront , falut , sçavoir faisons , que pour la bonne relation qui faite nous a esté de Geoffroy de Belleville notre feal Chambellan de si bonne a noble generation , nous lui avons donné do octroyé de grace speciale, qu'il puisse do lui loise en toutes festes compagnies porter le Collier de la Core de-Genest, sans qu'il puiffe eftre repris en aucune maniere. Donné à Tours fous notre fcelele fixiéme jour de fuillet l'an 1378. & de notre regne le quitorziene.

Ces Lettres jointes au témoignage de Guillaume de Ningis , prouvent assez que cet Ordre avoir été institué avant Charles V I. que plusieurs Ecrivains prétendent en avoir été

LA Cost

CHEVA-le veritable Instituteur. Quoiqu'il en soit, Favin n'a pas rapLIERS DE porté fideilement la description du Collier de cet Ordre. Le DE GINEST. Pere Menestrier a plus approché de la verité, lorsqu'il dit,

qu'il étoit composé de deux gousses de genest,l'une blanche & l'autre verte, avec le mot Jamais : il y avoit néanmoins plus d'ornement à ce Collier, dont on voit une description fidele dans un ancien Registre de la Chambre des Comptes à Paris de l'an 1393. où se trouve un compte rendu par Charles Poupart, Argentier du Roi,le 19. Septembre de la même année, 3ans lequel il y a la dépense faite pour le Collier du Roi ; une autre pour ceux que l'on envoïa au Roi d'Angleterre, & à quelques Seigneurs Arglois; & d'autres pour des Seigneurs François.. Voici ce que contient le compte fait pour les Colliers qui furent envoïés en Angleterre.*

Audit Jean Compere Orfevre demeurant à Paris pour quatre autre's Colliers d'or, l'un pareil au Collier du Roi, pour le Roi d'Angleterre : c'est à sçavoir icelui Collier fait en façon de deux gros tuyaux rond's, e entre iceux tuyaux coffe de Geo neste doubles entretenans par les queuës,& autour d'icelui sur les coses fait neuf potences , autour chacune de neuf grosses perles', ó en l'entre-deux d'icelles potences autour dudit collier a cinquante lettres d'or, pendant à l'un d'iceux tuyaux , qui font par dix fois le mot du Roi JAME's ; & au devant d'icelui Collier, a un gros balay quarré,environné de huit grosses perles , pareilles aux perles du Collier du Roi, au derriere a deux coses en forme de couffe de zeneste , ouvertes émaillées , l'une de blanc l'autre de vert, da dedans chacune d'icelles, colles trois grofjes perles. Oledits tuyaux poin onnen de branches fleurs et colles de geneste. Et les trois autres Colliers , l'un pour le Duc de Lancastre , l'autre pour le Duc de Gloceftre , como l'autre pour le Duc dThorst, semblables à celui-ci, à quelques perles un peu moins fortes : pour ce , pour tout 830. francs 3.S.4. deniers.

Favin , Theatre d'Honneur & de Chevalerie. Bernard Giustiniani , Hist. di tutt. gli. Ord. Milit. De Belloy, de l'origine & institution des Ordres de Chevalerie. Schoonebeck , Hist.. des Ordres Militaires. Hermant, Hist. des Ordres Militaires. Mennenius , Deliciæ Equeft. Ord. Milit. Le P. Menestrier ,, Traité de Chevalerie ; & differens manuscrits..

CHEVA LIERS DU CROISSANT

CHAPITRE XXXVIII.
Des differens Ordres Militaires sous le nom du Croissant,

tant supposes que veritables , comme ausi des Chevaliers
du Devidoir Boi de la Lione.
I l'on veut ajoûter foi à quelques Historiens, qui ont écrit

des Ordres Militaires, lorsque saint Louis entreprit son second voïage d'outre-mer l'an 1269. pour aller delivrer les Chrétiens de l'oppression des Infideles , il institua un Ordre Militaire sous le nom du double Croissant ou du Navire, dont il donna le Collier à plusieurs Seigneurs François,pour les encourager à l'accompagner dans son voïage. Ce Collier, à ce qu'ils prétendent, étoit entrelassé de coquilles & de doubles croissans , avec un navire qui pendoit au bas. Le navire & les coquilles representoient le voïage par mer ; & les croislans montroient que cette entreprile étoit pour combattre les nations Infidelles, qui portent pour armes le croissant. Les doubles croissans passés en sautoir étoient d'argent ; les doubles coquilles, d'or ; & le navire representé dans une ovale , étoit armé & freté d'argent en champ de gueules à la pointe ondoïée d'argent & de sinople. Ils ajoûtent que saint Louis permit aussi aux Chevaliers de cet Ordre de mettre au Chef ou au Cimier de l’Ecu de leurs Armes , un navire d'argent, aux banderoles de France sur un champ d'or , qui étoient des armes à enquerir qu'il leur donnoit par honneur. Les premiers qui reçurent cet Ordre furent les trois fils de saint Louis, Philippe le Hardy, Jean Tristan Comte de Nevers, & Pierre Comte d'Alençon, son frere Alfonse , son gendre Thibaud Roi de Navarre, & plusieurs autres Princes & grands Seigneurs qui le suivirent en Syrie.

Cer Ordre, selon ce que disent les mêmes Auteurs, ne dura gueres en France après la mort de son Fondateur, qui arriva le 25. Août 1270. & les Seigneurs qui l'avoient accompagné dans son vorige d'outre-mer, en gardurent seulement li memoire , en portant le Collier de cet Ordre. Mais ils prétendent qu'il für fort illustre dans les Roïaumes de Naples & de Sicile: car Charles de France Comte d'Anjou, après avoir pris poilellion de ces Roïaumes , prit cet Ordre

LIIRS DU

CHIVA pour lui & pour les succefleurs Rois de Naples, lui donna CROISSANI Teulement le nom de Croissant, & changea le Collier,qui fut

entrelassé d'étoiles & de Heurs-de-lis, au bout duquel pendoit un Croissant, avec cette Devise, Donec totum impleat. L'Abbé Giustiniani , qui est un de ces Ecrivains, & qui a été suivi par d'autres, dit dans son Histoire des Ordres Militaires , pag. 606. que son opinion est que Charles d'Anjou Roi de Naples, réforma le Collier de l'Ordre du double Croissant: L'opinione , dit il, di chi scrive il presente opera e che Carlo 1. d' Angio prendeffe a riformare il collare dalla dopia luna crescente. Mais comment ce Prince auroit-il reformé le Collier de l'Ordre du double Croissant & du Navire l'an 1268. comme il a avancé à la page 597. puisqu'il reconnoît que saint Louis ne fonda cer Ordre que l'an 1269. & comment cet Ordre auroit-il été approuvé par le Pape Clement IV. comme l'Abbé Giustiniani avance aussi, puisque ce Pontife mourut l'an 1168. Ainsi l'on doit regarder ces Ordres du double Croissant , ou du Navire & du Croissant, comme supposés & chimeriques , d'autant plus que Charles d'Anjou Roi de Naples & de Sicile , pour récompenser la Noblesse qui s'étoit declarée pour lui, lorsqu'il alla pour prendre poffeffion de ces Roïaumes , institua l'Ordre de l'Eperon d'or, comme nous dirons en un autre endroit.

Voiez pour ces Ordres supposés , l'Abbé Giustiniani , Hist. di tutti gli Ord. Milit. Schoonebeck, Hist. des Ord. Militaires. Favin, Theatre d'Honneur á de Chevalerie.. & Hermant , Hist. des Ordres Militaires..

L'Ordre du Croissant, qu'on nommoit aussi l'Ordre du Navire ou des Argonautes de saint Nicolas , a été plus réel, & fut institué par Charles de Duras Roi de Naples', que Jeanne l. qui n'avoit point d'enfans, avoit adopté, & fait élever comme son propre fils, & auquel elle avoit fait épou. fer sa niece Marguerite, dont il voulut rendre la cérémonie

couronnement plus auguste, par l'institucion de l'Ordre du Croissant & du Navire. Le Collier de cet Ordre étoit composé de coquilles & de croissans , au bas.duquel étoit actaché un navire avec cette Devise , Non credo tempori. L'ha. billement de ces Chevaliers, selon le Pere Bonanni,conlistoit en un grand manteau parsemé de fleurs de lis en broderie,sur le côté gauche duquel il y avoit un navire flotant sur les

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

de Prilly F

« PreviousContinue »