Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

J.VIII.p.253.

Frere des Ecoles Chrétiennes,

a Charitabia.

29

de Poilley of

[blocks in formation]

ECOLE-S
CHRE:
TIENNES
ET CHARI-
TABLES DU

JESUS

[ocr errors]

Des Freres og Sæurs des Ecoles Chrétiennes et charitables s. ENFANT

*
du faint Enfant Felus.
E défaut d'éducation & d'instruction des enfans de l'un

& de l'autre sexe aïant toûjours été la source de plufieurs deréglemens qu'on voit regner au milieu du Christianisme, Dieu a suscité de tems en tems de faints Fondateurs,& autres personnes pieuses , qui pouflés d'un saint zele pour

la gloire de la divine Majesté ont tâché de remedier à ces déréglemens en établissant des Congregations de l'un & de l'autre sexe, dont nous avons déja parlé,qui sous differens noms & des regles particulieres ont pour fin principale l'instruction de la jeunesse. Telle est celle des Ecoles Chrétiennes & charitables de l'Enfant Jesus , qui ne differe des précédentes qu'en ce qu'elle renferme sous un même nom & sous une même Regle des personnes de l'un & de l'autre sexe , dont les uns sont destinés pour enseigner les garçons , & les autres pour enseigner les filles. Le P. Nicolas Barré, Religieux de l'Ordre des Minimes, qu'ils reconnoissent pour leur Instituteur , nâquit à Amiens vers l'an 1621. de parens honêtes & fort vertueux , qui n'omirent rien pour lui donner une bonne éducation. Lorsqu'il fut en âge de choisir un état de vie, dans lequel il pût servir Dieu comme il souhaitoit, il entra dans l'Ordre des Minimes, у

fit ses veux l'an 1642. âgé de 21. an. Son principal caractere étoit de retirer les plus grands pecheurs des abîmes du desordre, & de porter les ames déja gagnées à Dieu & avancées dans la piece, à de plus hauts degrés de perfe&ion. Ce fut ce zele qu'il avoit de

gagner
des ames à Dieu, qui le porta

à unir ensemble plusieurs filles vertueuses , qui s'emploïassent à l'instruction des personnes de leur sexe. Le premier établissement s'en fit à Paris l'an 1678. & le Pere Barré voïant le fuccès de cet établissement, engagea aufli des Maîtres d'Ecole à faire une pareille Societé , qui fut commencée l'an 1681.

Les uns & les autres vivent en Communauté sans faire de Foux, sous la conduite d'un Superieur ou d'une Superieure,,

Tome VIII.

&

Gg

CH RE-
TIENNES

pauvres &

ICOLE s ausquels ils sont obligés d'obéïr. Selon l'esprit de leur Insti

tut, ils doivent travailler sans relâche à leur propre sanctifiIT CHaki cation, par l'acquisition de toutes les vertus. Leur emploi S. ENFANT principal est de tenir les Ecoles

pour des enfans indigens , & d'instruire des principaux Mysteres de la Foi, les grandes personnes ausquelles Dieu inspirera d'avoir recours à eux, & cela sans aucune distinction ni acception de personnes. Il n'est pas néanmoins permis aux Freres de recevoir en leurs Ecoles des filles de quelque âge qu'elles soient, ni aux Sæurs des garçons , li jeunes qu'ils puissent être. Les uns & les autres ne peuvent pas non plus aller dans les maisons pour enseigner à lire, écrire, ou travailler, sous quelque prétexte que ce soit. Ils doivent être toûjours difposés au premier ordre de changer de demeure pour aller faire l'instruction aux lieux & aux personnes que les Superieurs jugeront à propos,imitant en cela l'exemple de NôtreSeigneur Jesus-Christ, qui étant sur la terre enseignoir dans les bourgs & villages aussi bien que dans les villes , allant pour cet effet par tout où la gloire de son Pere l'appelloit.

Ces instructions se doivent faire gratuitement; en sorte que tant les Freres que les Seurs ne doivent rien recevoir de ce qui leur sera offert par les parens des enfans qu'ils instruisent, soit riches soit pauvres ; & à plus forte railon leur rien demander, ni directement ni indirectement. Les Dimanches & Fêtes les Freres font des Instructions publiques & des Conferences Chrétiennes pour les hommes & les garçons âgés qui y veulent venir , & les Seurs en font aussi pour les filles & les femmes. Quoiqu'ils ne fassent point væu d'obéïssance ni depauvreté, ils sont néanmoins dans une li grande dépendance de leurs Superieurs, qu'ils ne peuvent rien avoir à leur insçu ni disposer de rien sans leur volonté ni leur permillion. S'il y a des Ecoles dans la ville autres que celles qui sont dans la maison, & qui dépendent de l'Institut ; le Superieur des Freres doit visiter celles des garçons, & la Superieure des Sæurs,celles des filles tous les quinze jours ; & s'il y en a auprès des villes, ils sont obligés d'y aller au moins une fois tous les trois mois , & y demeurer tout le tems qui fera necessaire pour examiner de quelle maniere les Maîtres & Maîtresses se comportent, & l'édification que le peuple en retire. Pour ce qui est des Ecoles les plus éloignées, ils ne sont obligés d'y aller qu'une fois l'année. Ces maisons des Ecoles Ecoles charitables sont sous la protection du saint Enfant CHRE" Jesus & de la sainte Vierge sa Mere : c'est pourquoi leurs et CHARIFêtes principales sont ceiles de la Nativité de Nôtre Sei- TABLES DU gneur, la Pentecôte, & celle de la Présentation de la sainte Jesus. Vierge, ausquels jours les Freres & Sæurs doivent faire une protestation nouvelle, de servir Dieu sincerement, de se rendre dignes de lui appartenir , & de suivre la conduite en relle maniere qu'il voudra , & qu'il leur sera signifié par leurs Superieurs. Ils doivent reciter en commun tous les Dimanches les Litanies des Saints ; les Jeudis celles du saint Nom de Jesus ; & le Samedi celles de la Vierge, dont ils doivent reciter ausli l'Office tous les jours. Tous les ans ils font une retraite de dix jours. Ils prennent chacun à l'alternative un jour de retraite, depuis le premier Dimanche de l'Avent jusqu'à Noël, & depuis le Dimanche de la Passion jusqu'à Pâques , & en quelques autres jours de l'année. Ils ne peuvent faire aucune mortification ni austerité de

corps, fous quelque prétexte que ce soit, sans le consentement exprès du Directeur Général; mais au jour de leur association il leur est permis de faire quelque devotion extraordinaire, afin de renouveller l'esprit avec lequel ils se sont consacrés ce jour là aux emplois qui regardent uniquement la gloire de Dieu & le service du prochain ; & deux fois la Iemaine ils reconnoissent leurs fautes en présence de toute la Communauté assemblée. Tels sont les principaux Reglemens que leur a prescrits le Pere Barré leur Instituteur qui mourut à Paris le 31. Mai 1686. âgé de 65. ans.

lly a déja en France plusieurs Maisons tant d'hommes que de filles de ces Ecoles Chrétiennes & charitables. La priocipale de celles des Freres est à Paris au fauxbourg saint Germain, & ils en ont en plusieurs Provinces ; comm: le Poitou , l'Auvergne, la Lorraine , la Champagne, la Picar. die , la Bourgogne, le Boulonnois & le Berri. Ce qui est honorable pour les Sæurs, c'est que Madame de Maintenon en choisit quelques-unes pour avoir soin de l'éducation des jeunes Demoiselles qu'on éleve à saint Cyr, lorsque le Roi Louis XIV. fit cet établissement l'an 1686. Les Freres onc pour habillement une foutane & une houpelande , avec des manches pendantes, le tour d'étoffe noire & grossiere. Les

« PreviousContinue »