Page images
PDF
EPUB

Soeur de S'Ioseph

25

[ocr errors]
[ocr errors]

de Poilly F

Noviciat,après lesquels elles prononcent leurs væux simples Congre& leurs promesses en cette maniere. Mon Dieu tout-puissant Stosos & Eternel, fe N. votre indigne fille & servante, desirant de vi- S. JOSLP4, vre toute pour vous, do dependre absolument de la conduite de votre grace, en presence de Jesus-Christ votre Fils á de la glorieuse Vierge Marie, de Notre Patriarche faint foseph ü de toute la Cour celeste, fuis veu à votre Divine Majefté, de pauvreté , de chasteté ú d'obeissance perpetuelle en li Congregation des Sæurs de saint Joseph, & ce entre vos mains , MonJieur, qui tenez la place de Monseignenr notre Evéque & très honoré Superieuri & je promets,jelon les •Regles de ladite Congregation de profeffer morennant votre grace la plus profonde humilité en toutes choses a la plus cordiale charité envers le prochain que je desire fervir par l'exercice de toutes les auvres de misericorde, tant spirituelles que corporelles portées parnotre Institut. Mon Dieu recevez cette offrande en odeur de fuavité. Ainsi soit-il. Lorsque les Sæurs sortent de la Congrégation ou qu'elles en sont chassées pour leur incorrigibilité, l'Evêque du lieu d'où elles fortent les dispense de leurs væux; mais conformément aux Constitutions, il ne doit accorder celle dilpenle qu'après avoir pendant un long tems emploie les voïes de douceur , & ensuite de rigueur pour ramener l'esprit foible ou incorrigible de ces Sæurs, qui s'exposent au malheur de quitter leur vocation ; & s'il arrive que quelqu'une sorte furtivement de la Congrégation, il la doit faire reconduire à la maison d'où elle est forties, ou à une autre où elle doit être enfermée durant quelques jours, pendant lesquels on fera tout ce que l'on pourra pour la faire rentrer dans son devoir , soit par des remontrances charitables, soit par des corrections severes;& si après cela,elle persevere dans Ion obstination , l'Evêque doit accorder la dispense de ses veux & la renvoier dans le monde.

Leur habillement est honêre & modeste d'une étoffe commune de laine noire, qui ne doit point avoir écé preflée ni lustrée : le corps de l'habie doit être sans taille les manches fimples & d'une largeur médiocre, dom la longueur, quand elles font étendues, va jusques au bouc de la main ; la longueur des jupes ne doit point toucher à terre & leurs souliers doivent être noirs & sans façon Eles portent un bandeau de toile blanche sur le front, une coëffe toute simple aussi de

A a iij

Congre- toile blanche qui se joint avec une épingle sous le manton, GATION DES une autre petite coëffe de taffetas noir qu'elles ont toûjours 5 JosipH. dans la maison en forme de petit voile, & quand elles sortent

elles mettent une grandecoëffe de taffetas noir comme les Dames du monde. Elles ont sur les épaules un mouchoir simple de toile blanche, & portent sur la poitrine une croix de bois noir avec un Christ de cuivre jaune,& à la ceinture un chapelet noir. Les Saurs servantes sont habillées de même façon, excepté que leurs habits sont d'une étoffe plus grossiere& qu'elles ne portent ni coëffes de tafferas,ni bandeaux,ni crucifix.

Comme il y a dans plusieurs villages quantité de pauvres filles qui sont appellées de Dieuà une vie pure & retirée du morde; les Seurs de saint Joseph, avec la permission de l'E- vêque & de l'avis du Pere spirituel , peuvent aggreger à leur Congrégation ces sortes de pauvres filles , & en établir dans ces mêmes villages de petites Communautez de trois ou quatre seulement. On les appelle les Sæurs aggregées & dépendent de la Superieure de la plus prochaine maison des Sæurs de saint Joseph, laquelle doit veiller sur elles & sur leur conduite , les corriger, & donner avis , s'il est neceffaire, des choses qui se passent entr'elles , au Pere spirituel qui les doit visiter au moins une fois l'année, aufli bien que les Sæurs. Ces aggregées font habillées de la même façon que les Sæurs de la Congrégation ; à la reserve que tant dedans que dehors la maison, elles ne portent qu'une fimple coëffé de toile blanche & jamais de noires, & leur Crucifix doit être un peu plus petit que celui des Sæurs de la Congrégation. Avant que de prendre l'habit,elles demeurent au moins trois mois dans la maison des Scurs aggregées, après lesquels la Superieure de cette maison les fait examiner par la Superieure des Sæurs de la Congrégation,& , si elles sont reçuës, on leur donne l'habit de Saur aggregée sans aucune cérémonie. Elles font aussi deux ans de Noviciat , après lesquels elles font seulement trois væux simples de pauvreté, chasteté & d'obéissince perperuelle, tant qu'elles demeureront parmi les Sæurs aggregées , en sorte que foit qu'elles en veuillent sortir ou qu'elles en soient expulsées pour quelque faute considerable, elles sont absolument libres de leurs væux sans autre dispense. Elles doivent obferver autant qu'il leur est posible les regles prescrites par

[ocr errors]

DE SAINS

les Constitutions des Sours de la Congregation ; mais elles Mis sica • ne sont point obligées comme elles à dire l'Office du Saint- MIRIS Esprit , ni celui de la Vierge, non plus que les Litanies de GREGATION Jelus , de la sainte Vierge & de saint Joseph. Néanmoins si Josipa." elle sçavent lire,& qu'elles aïent le tems , on leur permet de dire en commun ou en particulier l'Office de la Vierge. Il n'y a point dans leurs Communautés d’Altistantes ; mais en l'absence des Superieures , les plus anciennes de profellion tiennent le premier rang, & gouvernent les Maisons.

Constitutions pour la congregation des Sæurs de saint Joseph.

CHAPITRE XX V.
Des Prêtres Misionnaires de la Congregation de saint

Joseph, avec la Vie de Monsieur Cretenet , leur

Fondateur.
TL n'est pas extraordinaire que Dieu , qui dit dans ses

saintes Ecritures qu'il perdra la sagelle des sages & qu'il reprouvera la prudence des prudents , se serve quelquefois de ce qu'il y a de plus foible pour enseigner ses voïes à ceux qui se croient les plus fpirituels & les plus éclairés. Mais que la divine Majesté confie à des Laïcs le soin de conduire dans le chemin de la perfection les Ministres de ses Aurels; c'est ce qui seroit sans exemple si elle ne s'étoit servie dans le dernier siécle de M. Crecener Laïque & Chirurgien de profession , pour établir une Congregation de Missionnaires & diriger des Prêtres dans tout ce que la vie spirituelle a de plus saint & de plus relevé. Ce serviteur de Dieu nâquit au bourg de Chamlite dans le Comté de Bourgogne l'an 1603. & reçut le nom de Jacques sur les Fonts de Baptême. Ses parens étoient d'une condition mediocre , mais recomiendables par leur vertu. Ils eurent de leur mariage fix garçons & trois filles. Jacques de qui nous parlons étoit le fixiéme & le dernier de ces garçons. Ils negligerent assez son éducation dans le commencement, mais l'aïant reconnu dans la suite d'un bon naturel & porté à la vertu,ils prirent le dels sein de le faire étudier , dans la pensée que Dieu le destinoit au Sacerdoce. Il apprit d'un de ses oncles les rudimens

« PreviousContinue »