Page images
PDF
EPUB

DE No

ME DU

CHEVA-derie , au milieu de laquelle il y a l'image de la Vierge. Les
LIERS DE chevaliers ecclesiastiques ou chapelains ont un rocher sur
L’ORDRE leur soutane , & sur le rochet un camail de velours ama-
TRE-Da-

rante avec la croix en broderie au côté gauche. Le manteau

des freres fervans n'est que de drap, & ils n'ont sur le côté
MONT- gauche que leur medaille en broderie. Les novices ont seu-
CARMEL. Iement un petit manteau de satin verd , auquel est attaché une

espece de capuce, & le herault a une dalmatique de velours
amarante, ayant par devant un écusson en broderie d'argent
où sont les armes de l'Ordre, qui sont d'argent à la croix
écartelée de couleur tannée & de sinople, l'écu surmonté
d'une couronne ducale. Les uns & lesautres, à l'exception des
chevaliers ecclesiastiques qui ont un bonnet quarré, portent
une toque de velours noir avec des plumes noires&une aigret-
te; il y a encore l'huillier de l'Ordre qui a seulement un juft-
au-corps violet, & porte une masse de vermeil doré. Ils s'af-
semblent ordinairement aux Carmes des Billettes ; mais ils
folemnisent la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel & celle
de saint Lazare dans l'église de saint Germain des Prez, où
ils se trouvent tous eu habit de ceremonie.

Pour être reçu dans cet Ordre , il faut faire preuve de no-
blesse de trois quartiers , tant du côté paternel que maternel.
Le grand-maître peut neanmoins dispenser de la rigueur des
preuves de noblese, ceux qui ont rendu des services conside.
rables au roi ou à l'Ordre, & les recevoir chevaliers de grace.
Les ecclesiastiques qui veulent faire preuve de noblesse , tien-
nent rang parmi les chevaliers de justice, & il y a encore des
chapelains & des freres servans qui ne sont pas nobles. Les
chevaliers , tant ecclesiastiques que laïques , payent pourleur
passage dans l'Qrdre mille livres, & les chapelains & les fre-
res servans cinq cens livres.

Voici ce qui se pratique à leur reception & à leur profeffion , conformément au nouveau ceremonial imprimé en 1703. La messe étant finie,& le grand-malcre ou son representant érant asfis dans un fauteuil, l'officiant revêtu d'une chap pe fait les benedictions de la croix & de l'épée , après quoi le novice qui a toujours été à genoux pendant ces benedictions, se leve & se va presenter devant le grand-maître qui lui dit : Que demandez-vous. Le novice répond : Je vous supplie trèsbumblement , Monseigneur , de me donner l'Ordre de chevalerie

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Heraut de l'ordre de Notre Dame de Mont-Carmel,

ct de st Lazarc de Jerusalem .

101.

[ocr errors]

LIERS De

tant que

CHEVAde Notre-Dame du Mont-Carmel & de faint Lazare des Jerufalem. Le grand-maître lui dit : Vous me demandez une grace L'ORDRE qui ne doit être accordée qu'à ceux que le merite en rend dignes au- de Notke la noblesse de leur naissance , & qui sont disposés à la Dame du

MONIpratique des æuvres de misericorde envers les pauvres de Jesus

CARMELO Chrift, & à verser leur sang pour la défense de la Religion Cbrétienne pour le service du roi. Nous avons appris par des preuves certaines , que les conditions & difpofitions necessaires à la grace que vous nous demandez se trouvent en vous, ce qui nous a meus à vous l'accorder. Etes vous dispose à vous fervir de votre épéc pour la défense de l'église, le service du roi, l'honneur de [Ordre & la prote&tion des miserables? Le novice répond. Oui, Monseigneur , avec l'aide de Dieu. Ensuite le grand-maître lui dit : Je vais vous recevoir dans l'Ordre royal , militaire de - hospitalier de Notre-Dame du Mont-Carmel & de faint Laza.

re de Jerusalem, au nom du Pere , du Fils & du saint Esprit. Il fait, en prononçant ces paroles , le signe de la croix sur leno vice. Il se leve de son fauteuil , tire son épée du fourreau & en donne deux coups , l'un sur l'épaule droite, l'autre sur l'épaule gauche du novice en lui disant : Par Notre-Dame du Mont-Carmel & par saint Lazare , je vous fais chevalier.

Le nouveau chevalier se mer ensuite à genoux devant le grand-maître, & reçoit de lui l'épée en baisant la main du grand-ınaître , qui en lui donnant l'épée lui dit : Servervous de votre épée selon l'esprit de la religion , & non pas selon le mouvement de vos pallions , & souvenez-vous que vous n'en devez jamais frapper personne injustement : Chevalier , soyez deformais vigilant au service de Dieu & de la religion , obeissant à vos superieurs , soumis à leurs ordres, & patient à leurs corre{tions. Sçachez que les loix de la religion vous êtes entré, vous obligent à l'exercice de toutes les vertus chrétiennes & morales , & à les porter à un plus haut point que ne fait le commun des Chrétiens.

Le grand-maître , en donnant la croix au nouveau che. valier, lui dit encore : Je vous donne la croix de notre Ordre; vous la porterez

toute votre vic au nom de la sainte Trinité Pere, Fils , & faint Esprit. Elle vous doit faire souvenir de la Pallion de Notre-Seigneur, e vous engage à l'observance des faintes regles & des statuts de la religion. Elle ejt ornée de fleurs de lis, pour vous enseigner la fidelité que vous devez avoir pour le

Ddd iij

[ocr errors]

Cheva-service du roi , dont la pieté & le zele ont donné de l'appui de LIERS de la gloire à notre Ordre. Il lui donne ensuite le livre des prieres L'ORDRE & ftatuts de l'Ordre , en lui disant : Je vous donne aussi le livre DE NOTRE des prieres & des statuts de notre Ordre , vous y apprendrez quels MONT- Sont vos devoirs. CARMEL. Après ces ceremonies le nouveau chevalier ayant les

mains posées sur les saints évangiles que tient le grand-maître, prononce à haute voix ses vaux en ces termes. Moi N. promets &voue à Dieu Tout-Puisant, á la glorieuse Vierge Alarie mere de Dieu , à Saint Lazare , & à Monseigneur le granda maitre , d'observer toute ma vie les saints commandemens de Dieu, ceux de la sainte église Catholique, Apoftolique & Romaine , de servir d'un grand zele à la défense de la foi , lorsqu'il me sera commandé par mes superieurs, d'exercer la charité & les auvres de misericorde envers les pauvres , & particulierement les le. preux selon mon pouvoir , de garder au roi une inviolable fidelité ; & à monseigneur le grand-muitre , de lui rendre une parfaite obéissance , & de garder toute ma vie la chasteté libre & conju. gale. Ainsi Dieu très-bon, très-grand , & très-puissant , me soit en aide , & les saints évangiles par moi touchés. Si l'on reçoit un étranger qui n'est pas sujet du roi , il dit seulement,

de garder à Monseigneur le grand-maitre une fidelité inviolable, de lui rendre une parfaite obéissance , &c.

Après que le nouveau profés a prononcé ses væux, le grand-maître lui dit: Venez presentement que je vous embrasse & que je vous reconnoisse comme notre frere e chevalier de notre Ordre, er en cette qualité défenseur de la foi , fidele serviteur du roi, prote{teur des pauvres , & sujet & soumis à nos reglemens. Allez remercier Dieu de la grace qui vous est faite , & figner votre profelion & vos væux. Si c'est un étranger , on re. tranche aulli ces trois mots : Fidele ferviteur du roi. Quoique l'on voye des armes de la plûpart de ces chevaliers entourés d'un collier; ils ne le portent pas neanmoins dans les ceremonies, ce collier n'ayant pas été encore approuvé par le roi, comme l'ont été les habits que M. le marquis de Dangeau a ordonnés pour les ceremonies aux fêtes folemnelles & aux grandes assemblées de l'Ordre depuis qu'il en est le grand maître. Ce collier qui est d'or est composé de chifres qui designent le nom de la sainte Vierge par ces deux lettres M. & A. entrelassés l'une dans l'autre : entre ces chifres il y a trois grosses

« PreviousContinue »