Page images
PDF

& finit à saint Antoine, & qu'il auroit pû continuer lus avant, s'il n'avoit pas mis au nombre des Fonda

teurs d'Ordres, saint Pierre, saint Clet, saint Ignace Evêque d'Antioche, saint Crescenze, saint Polycarpe, & quelques autres qui ne doivent pas être compris dans ce rang. Mais soit qu'il n'ait pas achevé son Ou† avant que de mourir, soit pour quelques autres raisons, l'on n'a pas vû les neuf autres Decades.

Le Pere Louis Beurier, de l'Ordre des Celestins, donna en 1635. les Vies de ces Fondateurs d'Ordres, depuis saint Paul premier Ermite, jusqu'à saint François de Sales , mais il n'a pas été assez exact pour qu'il ne lui en soit pas échappé quelques-uns; & quoiqu'il se trouve § une Histoire sous ce Titre, composée par le Pere Etienne Binet de la Compagnie de Jesus, elle ne comprend neanmoins que les Vies de ceux qui sont representés dans les Tableaux que l'on voit dans le Chœur de la magnifique Abbaye de Liessies dans le Haynaut.

L'intention de cesAuteurs & des autresCatholiques qui ont traité des Ordres Monastiques, a été de † connoître aux Religieux la sainteté de leurs Peres, de leur proposer leurs vertus pour modele,afin qu'ils les imitassent; & de faire revivre dans leurs esprits cette ferveur & ce zele dont ces saints Patriarches d'Ordres étoient animés lorsqu'ils les ont établis , & en décrivant la maniere de vivre des Religieux pleine d'austerités & de mortifications, ils ont voulu confondre les Mondains qui menent une vie toute sensuelle, & qui trouvent à redire ( comme remarque un sçavant, †, Ecrivain) à leur exterieur si éloigné de celui des autres #, hommes & si distingué dans leurs vestemens, dans laoooo

nouriture, dans les heures du sommeil, dans leurs lo-
gemens,& même dans les choses indifferentes,croiant
qu'ils ont voulu par ces distinctions s'attirer du respect
& des bienfaits. C'est ce que plusieurs disent & ce que
plusieurs pensent, parce qu'ils jugent temerairement

* ? 3 * 4 faute de connoître l'antiquité, dit le même Auteur,

qui, après avoir montré que ce sont seulement des res-
tes des mœurs antiques que les Religieux ont conser-
vés fidélement, tandis que le reste du monde a prodi-
gieusement changé,conclut que c'est dans les Cloîtres
que la pureté de l'Evangile s'est conservée, lorsqu'elle
a été se corrompant de plus en plus dans le siécle.
La plûpart des Heretiques qui ont ecrit sur le mê-
InC sujet , ont eu une autre intention que les Ecrivains
Catholiques, & encherissant sur ce que pensent & di-
sent les mondains sensuels,ils n'ont écrit que pour ren-
dre les Religieux odieux & méprisables, & ont cru
pouvoir y réüssir par les impostures dont leurs Ouvra-
ges sont remplis. Hospinianus entr'autres s'est mon-
tré fort éloquent en invectives, lorsqu'il a parlé des
Religieux dans son Histoire de l'origine des Moines &
des Ordres Monastiques, imprimée à Zurich pour la
† fois l'an 1588. en quoi il a été imité par Gil-
ert Pomerose, Ministre de Bourdeaux,dans le Traité
· qu'il a fait du vœu de Jacob, oppose aux vœux des
Moines, qui fut imprimé à Bergerac l'an 16 II. où il est
· aussi parlé de l'origine & de la fondation des Ordres
Religieux. Hospinianus a fait neanmoins paroître un
peu plus de moderation,lorsqu'il est entré dans le dé-
tail de la fondation de quelques Ordres. Mais comme
s'il se repentoit de n'avoir pas assez temoigné d'animo-
· sité contre les Religieux dans son Ouvrage, & de n'y

[ocr errors]

avoir pas assez avancé de faussetés, il a attaqué les Jesuites en particulier, en composant l'Histoire de leur Societé; & l'on peut juger par le titre injurieux de ce Livre aussi imprimé à Zurich en 1619. quel étoit l'esprit de l'Auteur, & ce que l'on doit penser de sabonne

foi & de sa sincerité. · ll s'est neanmoins trouvé des Protestans qui ontfavorablement parlé des Ordres Religieux.L'on ne peut ajoûter aux louanges que le Chevalier Marsham a données à l'Ordre Monastique, dans la Preface qui est à la tête de l'Histoire des Monasteres d'Angleterre, composée par Dodvold & Dugdalle, où il traite d'extravagans & de gens sans jugement, ceux qui disent que les Ordres Religieux sont sortis du Puits de l'abîme, qui est le langage ordinaire de plusieurs Heretiques.il n'attribue cette invective qu'à la passion dont ces sortes de personnes sont preoccupées; & quoiqu'il y ait des Ordres † s'attribuent une origine chimerique, cependant illes excuse, & leur pardonne, dit-il, volontiers cette faute, en considerant qu'il y a eu des peuples illustres qui cherchant l'origine de certaines · choses obscures,l'ont fait descendre de leurs Dieux. A l'imitation de Dodvold & de Dugdalle, à qui nous sommes redevables de l'Histoire Monastique d' Angleterre,à laquelle neanmoins leChevalierMarsham avoit eu beaucoup de part, d'autres sçavans Protestans nous ont donné depuis quelques années des Annales & des Chroniques fideles de plusieursM OIla steres d'Allemagne, que l'heresie a enlevés aux Religieux qui les possedoient ; & nous avons obligation

en particulier au sçavant M. de Leibnitz de nous avoir

donné plusieurs recueils de differents titres, & de differens Historiens où l'on trouve beaucoup de choses favorables à l'Etat Monastique. Nous lui sommes même redevables par ce moyen de la connoissance de quelques Ordres Ecclesiastiques & Militaires qui étoient inconnus. C'étoit ces Auteurs que Schoonebeck devoit consulter plûtôt qu'un § & d'autres aussi peu fideles, lorsqu'il a travaillé à son Histoire abregée des Ordres Religieux, imprimée à Amsterdam l'an

1688. avec des figures, où il a voulu representer les

differens habillemens de ces Ordres , qui a été augmentée de plus de quatre-vingts figures dans une seconde édition en 17oo. Il n'y auroit pas fait tant de fautes, & ces figures representeroient mieux les habillemens des Religieux, qui la plûpart sont si peu reconnoissables par ceux qu'il leur a donnés, que sans le nom qu'il a mis au bas, on n'auroit pû deviner de · quel Ordre il auroit voulu parler, si l'on en excepte neanmoins quelquesChanoines Reguliers qu'il a gravés fur les figures que le Pere du Moulinet, Chanoine Regulier de la † de France, donna en 1666. dont Schoonebeck avoit omis la plus grande partie dans sa premiere édition, & qu'il a ajoûtées dans la derniere.

[merged small][ocr errors]

a qui ont été suprimés,& de nouveaux qui ont été établis, aussi bien que de nouvelles Reformes, qui ont formé de nouvelles Congregations distinguées de leur tige, par la diversité de leurs habits & de leur maniere de vivre. \ C'est à ces corrections que Schoonebeck devoit s'appliquer dans la derniere édition de son Histoire, au lieu d'y ajoûter des Ordres qui n'ont jamais été, & dont il a copié les habillemens sur les figures qu'en a données Abraham Bruin en 1577.avec des Commentaires d'Adrien Damman , lequel Bruin a été aussi copié par Michel Colin en 1j81. & par Josse Ammanus en 1585. dont les figures sont aussi accompagnées d'un discours en vers & en prose de François Modius, sur l'origine de ces Ordres.Quoique cet Ammanus se vante, que † alors il n'avoit paru aucun recueil d'habillemens des differens Ordres de Religieux, comme il le dit dansle titre de son Livre : A7udoco Ammano express ; neque unquam antehac similiter editi , il est neanmoins certain qu'Abraham Bruin avoit donné ses figures en 1577 & que celles de Michel Colin avoient été gravées en 158I. Qui voudra confronter les figures de ces graveurs avec celles d'Ammanus,trouvera que ce sont presque les mêmes, n'y ayant que les attitudes de changées; & s'il y a de la difference, c'est que celles de Bruin & de Colin sont en cuivre, & celles d'Ammanus en bois. •/ Schoonebeck n'avoit pas eu apparemment connoissance de ces Auteurs, lorsqu'il donna la premiere édition de son Histoire, car il n'y avoit pas parlé de ces Ordres supposés, qu'il a ajoûtés dans la seconde, tels que sont ceux des freres du Purgatoire, de saint Jo

« PreviousContinue »