Page images
PDF

plus donner lieu aux Basiliens quiles regardoientcomme freres, de pretendre aucune alliance avec eux. Ils font au contraire remonter leur origine plus de douze cens ans avant la naissance de saint Basile, soûtenant u'ils sont descendus du Prophete Elie, qu'ils regar§ comme le pere & le fondateur de leur Ordre, & même l'an 167o. ils intenterent procès aux Basiliens, sur ce qu'ils avoient dans leur couvent de Troïna en Sicile, un tableau de ce Prophete qui n'étoit pas habillé en Carme. Ce procès fut porté à plusieurs tribunaux & ne fut terminé qu'en 1686. comme je le dirai plus au long dans mon histoire. Quoique saint Jerôme n'ait fondé aucun Ordre & n'ait écrit aucune regle, & que les Religieux qui | portent son nom ne soient qu'une production du quatorziéme siécle, ils veulent neanmoins avoir la pre· séance sur tous les autres Ordres, même sur ceux de S. Augustin & de S. Benoît, qu'ils pretendent n'être que des branches de celui de S. Jerôme. C'est ainsi que Crescenze en parle dans la premiere partie de son histoire qui contient plus de quatre cens pages, faisant les deux tiers du livre, & qui n'elt qu'un éloge outré de l'Ordre de saint Jerôme, qu'il compare au fleuve du Rhin qui se divise en plusieurs bras, sous differens noms : & après avoir combatu l'antiquité que pretendent les Carmes, il tombe dans le même excès, en disant que son Ordre a pris son origine au tems des Prophetes, qu'il a été rétabli par saint Autoine, étendu par saint Jerôme, repandu par tout l'Univers, tantôt se maintenant de lui même, tantôt changeant de nom & s'unissant à d'autres, sans cesser d'être toûjours l'Ordre de saint Jerôme. Voici

Pietr. Cres ceng. Pre

ses paroles : Ecco l'Ordine Gieronimiano, originato da Propheti , ristorato da San Antonio , dilatato da Jan Gironamo , fid.Roman. diffuso nell

' universo, hor da se mantienfi , hor muta nome, è'363. ad altri si unisce , fenfa mutarsi d'eßere.

L'on croiroit peut-être qu'il n'y a eu que les Carmes & les Religieux de l'Ordre de faint Jerôme, qui ayent pretendu

une antiquité si éloignée, qu'ils l'ont fait remonter jusqu'au tems des Prophetes ; puisque quelquesOrdres hospitaliers,qui apres eux se vantent d'être plus anciens que les autres Religieux, n'avoient osé chercher leur origine dans l'Ancien Testament, & s'étoient contentés de la fixer au tems de Jesus-Christ, en reconnoissant sainte Marche pour leur fondatrice ; parce que le Sauveur du monde ayant été la voir ausli bien

que sa læur Magdelaine, dans leur château de Bechanie, Marthe avoir eu le soin & l'embarras de la

le recevoir. Mais le frere Paul de saint Sebastien, Religieux hospitalier de l'Ordre de saint Jean de Dieu, qui prend la qualité de definiteur & d'infirmier majeur , a été plus hardi que les autres. Il est allé chercher dans l'Ancien Testament un fondateur, & pretend que son Ordre est plus ancien de neuf cens ans que celui des Carmes. Par quel droit , dit-il, pretendent ils être plus anciens que nous ? par quels titres veulent-ils prendre rang au dessus de nous ? si par le moyen de leurs peres, ils remontent jusqu'à neuf censans avant la naissance de Jesus-Christ avec le Prophete Elie ; pour nous nous trouvons notre origine 900 ans avant la naissance d'Elie: Quo jure prætendunt Apud pae illi effe antiquiores nobis, o qua veritate nobis se volunt ante R-fpont. poni? si enim per juos patres attollunt se ad nongentos annosas. Paulo ante Chriftum cum Elia? nos ad alios nongentos annos ante re: 16. Ma

maison pour

.

Eliam extendimus principium nostrum. C'est dans une lettre qu'il écrivit de l'Hôpital d'Antiquera à son general en Espagne, au mois d'Octobre 1696. rapportée par le pere Papebroch de la Compagnie de Jesus dans sa reponse au pere Sebastien de saint Paul, exprovincial des Carmes de Flandre, qui avoit accusé ce sçavant Jesuite d'avoir avancé deux mille erreurs dans les vies des SS. dont il étoit auteur, & qui se trouvent dans la continuation des actes des SS.du P. Bollandus. Ce Religieux hospitalier faisant le plan d'une histoire Patriarchale qu'il avoit dessein de donner au public pour opposer àl'histoire Prophetique des Carmes dit que son Ordre a eu pour fondateur le Patriarche Abraham, & que saint Jean de Dieu l'a transporté de la va'lée de Mambré dans la ville deGrenade en Espagne. ll compte au nombre des generaux de cet Ordre, après le Patriarche Abraham, Lot, Laban, Tobie, &c. Les Maisons de ces Patriarches, aussi-bien ue celles de la veuve de Sarepta, de la Sunamite, & même de la Piscine Probatique de Jerusalem, étoient selon lui, les couvents de cet Ordre ; il en met même jusques dans les Limbes, car il dit que le patriarche Abraham y établit un Hôpital pour y recevoir les o * » enfans qui meurent sans Baptême ...... .. Quid nist hyeroglyphicum fecit Hospitalitatis, per omnia secula propagande , ad usque Limbum ? Nam & hic hospitalem domum excitavit primus Pater & Generalis totius nostri Ordinis Abraham, qua reciperetur innocentia parvulorum,sine ori

-- ginalis peccati remedio morientium.

Le frere Paul de saint Sebastien, s'applaudissant ensuite de sa nouvelle découverte qu'il a faite du fondatcur & premier general de son Ordre, & tout glo

[ocr errors]

rieux de se pouvoir dire avec ses confreres, les enfans des Patriarches, défie le pere Papebroch & le pere Sebastien de saint Paul, d'aller contre de telles pretentions, & de trouver depuis tant de siécles un auteur qui leur ait disputé leur genealogie. ll nomme des Jesuites, des Dominicains, des Carmes de l'Observance, des Carmes Dechaussés, des Trinitaires, & d'autres, qui disent que le Patriarche Abraham a fondé l'hospitalité, & qu'il a fait de sa propre maison un hôpital. ll apporte entr'autres le temoignage d'un pere Thomas de Salas, qui assure que l'Ange saint Raphaël dit à saint Jean de Dieu qu'ils étoient tous du même Ordre, parce que, dit le frere Sebastien de S. Paul, cet Ange étoitl'un des trois qui assisterent à la fondation de l'Ordre dans la vallée de Mambré : Et Pater Thomas de Salas referens diétum Angeli Raphaëlis ad sanctum foannem de Deo, omnes sumus unius Ordinis, nam &9" iste cum duobus aliis Angelis, fuit presens in Mambre. ll y a d'autres auteurs qu'il ne nomme point, & qu'il reserve à citer dans son tems; mais en attendant il se

[ocr errors]

bastien de saint Paul pourroient lui alleguer des bulles & des conciles contraires à ce qu'il a avancé. Quoique les ReligieuxCroisiers ou Porte-Croix, soient § hospitaliers, ils ont été plus moderés que le frere Paul de saint Sebastien. Bien loin d'aller chercher un fondateur dans l'Ancien Testament & de remonter jusqu'au Patriarche Abraham, ils n'ont pas même voulu, comme les autres hospitaliers, reconnoître sainte Marthe pour leur fondatrice, & se sont contentés par modestie, de faire remonter leur Origine jusqu'au pape saint Clet qu'ils appellent leur Pc- C 11]

re, & qui succeda au Souverain Pontificat l'an soixante & dix huit, après la mort de saint Lin. Les Chanoines Reguliers de l'Ordre du saint Sepulcre, preten- . dent que l'Apôtre saint Jacques le Mineur, premier Evêque de Jerusalem, a été leur instituteur ; & il y a d'autres Chanoines Reguliers, qui ne regardent saint Augustin que comme le restaurateur de leur Ordre, † a commencé au tems des Apôtres, qui étoient, elon quelques uns de leurs écrivains, Chanoines Reguliers, & avoient pour abbé Jesus-Christ. Enfin sil'on vouloit examiner tous les Ordres en particulier, il y en a peu qui ne pretendent quelque prerogative au dessus des autres, & qui ne veuillent s'attribuer des hommes illustres, ou qui n'ont jama s été Religieux, ou qu'ils font sortir d'un autre Ordre pour les faire entrer dans le leur ; quoique quelque fois il se trouve que ces personnes soient mortes avant la naissance des Ordres où on les veut faire entrer; & même les Carmes mettent au nombre de leurs confreres des # Payens & des idolatres, témoins les theses qui furent #r soutenues dans leur couvent de Beziers l'an 1682 dans 1.#. un chapitre provincial en presence deM.Armand Jean #* * de Rotundis de Biscaras, Evêque de cette ville, par le p broch pere Philippes Teslier Religieux de cet Ordre, qui #voulut prouver qu'il étoit probable que Pythagore & # ses disciples étoient Religieux profez de l Ordre du 41't. I 6 f3, - - - j 2 » Mont Carmel, aussi bien que les anciens Druides des # Gaules : mais ces theses furent cenfurées à Rome par § T. .. un decret du 25 Janvier 1684. - o** Comme ils mettent aussi au nombre de leurs Religieux, Basilides qui étoit un des devins de l'empereur

[ocr errors]
« PreviousContinue »