Page images
PDF

T

tSopTVLgU a±á&cAlcunl Sand díAokpìcLGp.4. ì -fol 37.

PREFACE. ^

LES Ordres Religieux n'ayant pas moins été de fh&ruAícttnû dtbu tout tems l'ornement de l'Eglise , qu'ils lui ont C&no^poùcTi, été utiles dans les différents besoins où elle s'est trou- r vée i il ne faut pas s'étonner si la plupart des H istoriens Vllcoulù* Ecclésiastiques & des Théologiens qui ont traité des matières Régulières , & même quelques Historiens prophanes, ont parlé de leur Origine & de leur Fondation ; & il s'est trouvé plusieurs Ecrivains qui en ont fait des Histoires particulières.

Les uns, comme Middendorp, Recteur de l'Université de Cologne, dans son Histoire des Ordres Monastiques, n'ont touché que fort légèrement ce qui regarde leur Fondation, & se sont plus étendus fur la Discipline & sur l'Observance Régulière > & d'autres au contraire n'ont écrit que pour donner connoissance de leur Origine, de leur Fondation & de leurs progrés.

Paul Morigia de l'Ordre des Jesuates, donna en 156 9. une Histoire de toutes lesReligions,qui est assez succinte,&qui fut traduite del'IralienenFranç, ois l'an 1578. Silvestre Marule, ou Maurolic , de l'Ordre de Cîteaux & Abbe de Rocmader en Sicile, en donna une plus ample l'an 1613. qui n'est pas néanmoins si étendue que le titre de Mer Oceane de toutes les Religions du monde, sembloit le promettre. Pierre Crescenze,qui ne prend que la qualité de Patrice de Plaisance, & qui se donne aflez à connoître pour Religieux de Tome l, á

1

l'Ordre de saine Jérôme, crue avoir exprimé le grand nombre d'Ordres Religieux & Militaires, & les différentes Congrégations, en donnant pour titre à son Histoire des Ordres Religieux qu'il publia en 1648. celui de Troupes Romaines, ou Milices Ecclefìafliques, Ô* Religions Militaires & Clauflrales. Mais il auroit pû augmenter cette Milice, s'il n'avoit pas omis un grand nombre d'Ordres & deCongregations dont il ne parle point. Silvestre Maurolic auroit pû groíïir fa Mer Oceane, s'il y avoit fait aussi entrer plusieurs Ordres dont il ne parle point í & Paul Morigia auroit pû donner avec plus de justice à son Livre le titre d'Histoire de toutes les Religions, s'il l'avoit augmenté de plus d'un tiers, en y ajoutant aussi pluíieurs Ordres & plusieurs Congrégations dont il ne parle point, tous Ordres néanmoins qui croient déja établis lorsque ces Auteurs ont écrit. Je ne parle point d'Aubert le Mire , Doyen de TEglise d'Anvers., qui outre les Origines Monastiques que nous avons de lui, a encore fait des Histoires & des Chroniques particulières de quelques Ordres , fur lesquels il ne s'est pas assez étendu i ae Pierre le Gris, Chanoine Régulier de l'Abbaye de saint Jean des Vignes ; & de plusieurs autres Ecrivains qui ont écrit des Ordres Religieux & de leur Origine.

Comme ces Auteurs n'ont traité que de laPondation de ces Ordres & de leurs progrès, ils n'ont parlé qu'en passant des Vies de quelques-uns de leursFondateurs. Mais Annibal Canale de la Compagnie de Jésus entreprit une H istoire assez ample des Patriarches & des fondateurs de Religions, dont il ne donna en \ 6x^. que la premiereDecade qui commence àJesus-Christ, ôc finit à saint Antoine, & qu'il auroit pû continuer plus avant, s'il n'avoit pas mis au nombre des Fondateurs d'Ordres, saint Pierre, saint Clet, saint Ignace Evêque d'Antioche, saint Creícenze, saint Polycarpe, & quelques autres qui ne doivent pas erre compris dans ce rang. Mais soit qu'il n'ait pas achevé son Ouvrage avant que de mourir, soit pour quelques autres raisons, l'on n'a pas vu les neuf autres Décades.

Le Pere Louis Beurier, de l'Ordre des Celestins, donna en 1635. ^es Vies de ces Fondateurs d'Ordres, depuis saint Paul premier Ermite, jusqu'à saint François de Sales ; mais il n'a pas été aííez exact: pour qu'il ne lui en soit pas échappé quelques-uns ; & quoiqu'il se trouve aum une Histoire sous ce Titre, composée par le Pere Etienne Binet de la Compagnie de Jésus, elle ne comprend néanmoins que les Vies de ceivx qui font représentés dans les Tableaux que l'on voit dans le Chœur de la magnifique Abbaye de Liesties dans le Haynaut.

Uintention de cesAuteurs & des autresCatholiques qui ont traité des Ordres Monastiques, a été de Élire connoîtreaux Religieux la sainteté de leurs Pères, de leur proposer leurs vertus pour modele,afin qu'ils les imitaíîent i & de faire revivre dans leurs esprits cette ferveur & ce zele dont ces saints Patriarches d'Ordres étoient animés lorsqu'ils les ont établis > & en décrivant la manière de vivre des Religieux pleine d'austérités &de mortifications, ils ont voulu confondre les Mondains qui menent une vie toute sensuelle, & qui trouvent à redire (comme remarque un sçavantM*S;, tcrivain) à leur extérieur si éloigné de celui des autres Cm**tm , hommes & si distingué dans leurs vestemens, dans la w J 1,1

nouriture, dans les heures du sommeil, dans leurs Iogemens,& même dans les choses indifférentes,croiant qu'ils ont voulu par ces distinctions s'attirer du respect & des bienfaits. C'est ce que plusieurs disent & ce que plusieurs pensent, parce qu'ils jugent témérairement u> t ì *4« faute de connoître l'antiquité ,dit le même Auteur, qui, après avoir montré que ce íont feulement des restes des mœurs antiques que les Religieux ont conservés fidèlement, tandis que le reste du monde a prodigieusement changé,conclut que c'est dans les Cloîtres que la pureté de l'hvangile s'est conservée, loríqu'elle a été íe corrompant de plus en plus dans le siécle.

La plupart des Hérétiques qui ont écrit fur le même sujet, ont eu une autre intention que les Ecrivains Catholiques, & enchérissant fur ce que pensent & disent les mondains sensuels,ils n'ont écrit que pour rendre les Religieux odieux & méprisables, & ont cru pouvoir y réuílìr par les impostures dont leurs Ouvrages font remplis. Hospinianus entr'autres s'est montré fort éloquent en invectives, lorsqu'il a parlé des Religieux dans son Histoire de l'origine des Moines & des Ordres Monastiques, imprimée à Zurich pour la première fois Lan 1588. en quoi il a été imité par Gilbert Pomerose, Ministre de Bourdeaux,dans le Traité qu'il a fait du voeu de Jacob, oppose aux vœux des Moines, qui fut imprimé à Bergerac l'an 1611. où il est • aufli parlé de l'origine & de la fondation des Ordres Religieux. Hospinianus a fait néanmoins paroître un peu plus de modération, loriqu'il est entré dans le détail de la fondation de quelques Ordres. Mais comme s'il se repentoit de n'avoir pas assez témoigné d'animosité contre les Religieux dans son Ouvrage, & de n'y

« PreviousContinue »