Page images
PDF

s'ils sont en Europe, de leur état, de leurs exercices, du lieu où ils seront, & de retourner dans leurs pais au premier ordre qu'ils en recevront pour y emploïer leurs soins & leurs travaux au salut des ames. C'est pourquoi nous parlerons de ces colleges en traitant des differentes Congregations qui ont été établies pour la Propagation de la foi.

Il faut cependant rendre justice au pere Bonanni : quoique son histoire à laquelle il n'a donné que le titre de catalogue des Ordres Religieux, soit courte ; il a neanmoius parlé de plusieurs Ordres, dont ceux qui ont écrit avantluisur le même sujet n'avoient rien dit; & j'avoue que je suis redevable de la connoissance que son catalogue m'a donnée de quelques Ordres qui m'étoient inconnus, & dont je parlerai plus amplement qu'il n'a fait,surles memoires que j'aidemandés depuis qui m'ont été accordés. Il rapporte assez fidellement la fondation de la plûpart des Ordres Religieux & des Congregations seculieres; mais il s'est trompé dans quelques-uns, aïant suivi des auteurs peu exacts. Les figures qn'ila données sont d'ailleurs bien gravées & rendent son catalogue curieux , il seroit à souhaiter qu'il n'eût pas copiéSchoonebeck, ses figures representeroient mieux les habillemens de quelques Ordres qu'il a fait graver d'après cet Hollandois, qu'ila neanmoins abandonné lorsqu'il le devoit suivre,comme on le peut voir dans la figure qui represente un Alexien ; car SchoonebecK l'avoit assez bien representé, & on ne le connoît point dans la figure

qu'en a donnée le pere Bonanni, Bien loin donc que l'histoire du pere Bonanni m'ait fait discontinuer celle que j'avois or# elle m'a

Il]

au contraire fortifié dans la resolution que j'avois prise de la donner au public qui la trouvera la plus ample de toutes celles qui ont paru jusqu'à present; puisqu'outre le grand nombre d'Ordres & de Congregations differentes dont je parlerai, & dont ceux qui ont écrit avant moi sur le même sujet n'ont fait aucune mention , je donnerai encore un abregé des vies de leurs fondateurs, & reformateurs, & que je m'étendrai davantage sur l'établissement, le progrès, les observances de chaque Ordre, & sur les évenemens les plus considerables qui y sont arrivés.Cette histoire comprendra aussi celle de toutes les Congregations seculieres de l'un & de l'autre sexe, & celle aussi de tous les Ordres militaires & de chevalerie. Je ne parlerai pas seulement de ceux qui subsistent, mais j'y joindrai encore ceux qui ont été éteints & supprimés, & même ceux qui n'ont été que projettés sans execut1OIl. Comme il y a des auteurs qui ont traité de quelques Ordres que je pretends supposés, & même qui en ont donné des histoires assez étendues, comme celle de l'Ordre militaire de saint Antoine en Ethiopie, si j'en parle, ce ne sera que pour faire connoître le peu de foi † y doit avoir; & quoique je parle d'un rand nombre d'Ordres, tant ecclesiastiques que mi§ & de chevalerie qui ont été inconnus jusqu'à present,ie ne pretends pas avoir épuisé la † est impossible qu'il ne s'en trouve encore quelques-uns qui m'ayent échappé. A l'égard des habillemens que j'ai fait graver, je les ai fait tirer ou sur les originaux, ou sur des figures qui ont eté déja gravées qui m'ont paru justes, &

, eu un mode

lorsque l'on ne m'a fait que la description d'un habillement par écrit, & qu'il étoit § de le bien representer sans avoir un modele, j'ai mieux aimé ne le point faire graver que de le representer mal, ce ui me seroit arrivé, par exemple, à l'égard des habillemens des religieuses Benedictines des abbayes de Bourbourgen Flandres, du Roncerai à Angers, de Moizevaux en Alsace & de plusieurs autres, si j'avois fait graver leur coëffure sur un simple recit : car il auroit été impossible de la bien representer sans avoir † ainsi nous n'avons pas voulu imiter Schoonebeck, qui sur un simple recit a gravé des habillemens qui n'ont nulle ressemblance à ceux qu'il a voulu representer. Comme il n'y a que quatre regles principales qui sont celles de saint Basile, de saint Augustin, de saint Benoît, & de saint François ; en parlant de ces saints fondateurs, selon l'ordre des tems ou ils ont vecu. Je les ferai suivre par tous les Ordres tant ecclesiastiques que militaires qui professent leurs regles, & je diviserai cette histoire en six parties. La premiere comprendra les moines de saint Antoine, de saint Basile, des autres fondateurs de la vie monastique en Orient, les Ordres qui ont aussi pris naissance en Orient & les Ordres militaires qui ont suivi leur regle. Dans la seconde je parlerai des chanoines reguliers de saint August n. J'y joindrai aussi ceux qui sont reconnus pour tels, quoiqu'ils n'ayent pas suivi la regle de ce Saint, ou qui s'attribuent le titre de chanoines, & je ne separerai pas les Ordres militaires qui ont quelquc liaison avec eux.

Comme la regle de ce saint Docteur de l'Eglise est suivie par un très-grand nombre d'Ordres & de Congregations de l'un & de l'autre sexe, je traiterai dans la troisiéme partie de leurs origines, de leur progrès & des Ordres militaires qui sont compris sous la même regle. La quatriéme renfermera aussi tous les Ordres tant ecclesiastiques que militaires qui suivent la regle de saint Benoît. Dans la cinquiéme je joinderai aux Congregations qui suivent la regle de saint François, les ordres qui vivent sous des regles qui leur sont particulieres. Et enfin la sixième comprendra toutes les Congregations Seculieres, & les Ordres militaires, & de chevalerie qui ont été établis, non seulement pour la defense de la religion Catholique, ou qui ont reçu leurs approbations des Souverains § ; mais encore qui ne sont que des marques d'honneur & de distinction, dont quelques Souverains ont voulu recompenser des Seigneurs de leurs cours. Je ne pretens pas neanmoins par cet ordre que je garderai, décider sur la préseance que certains Ordres veulent avoir au dessus des autres. Je ne veux point entrer dans leurs differends: il y a trop long-tems que celui des Chanoines Reguliers & des Ermites de saint Augustin touchant le droit d'aînesse dure, pour être si-tôt terminé. Jean XXII. pour les mettre d'accord, leur donna en commun l'Eglise de saint Pierre au Ciel d'or de Pavie, où repose le corps de leur Pere, & on leur assigna à chacun un côté pour en être le maître. Mais au lieu que cela auroit dû conserver l'union & la charité entr'eux cela, ne servit au contraire qu'à aug- IIlCIltCI

menter leurs divisions par rapport aux offrandes & aux oblations des Fideles, de sorte que l'on fut contraint depuis ce tems-là de leur donner à deservir cette Egli. se à l'alternative pendant un mois, ce qui a été oblervé pendant un long-tems sans que les divisions ayent certé. Mais comme elles augmenterent l'an 1695 au sujet du corps de ce faint Docteur que l'on pretendoit avoir decouvert dans cette Eglise, ils la desservent presentement à l'alternative pendant huit jours.

Il est vrai que ces divisions ne sont pas si grandes qu’elles le furent sous le Pontificar de Sixte Iý.l'an 1484. lorsqu'ils disputerent ensemble de l'habit & du portrait de leur Pere. Il y eut plusieurs écrits de part & d'autre. Dominique de Trevise & Eusebe de Milan prirent la défense des Chanoines, & Paul de Bergame celle des Ermites. Ce Pape leur imposa silence , mais la dispute étoit trop échauffée pour que les uns & les autres pussent demeurer dans le silence; car nonobftant le decret du Pape , Ambroise Coriolan General des Ermites, fit encore en leur faveur une apologie, & les Chanoines y répondirent.

Les moines de saint Basileen Italie &les Carmes ne sont pas plus d'accord. Les premiers pretendent que l'Ordre des Carmes est une branche de celui de saint Basile sur ce que lesCarmes se vantoient autrefois que la regle qu'ils ont reçue du patriarche Albert, étoit tirée des écrits de saint Basile. C'est ce que l'on voic encore à la tête de leurs anciennes constitutions que j'ai , & qui ont pour titre : Regula ex fancti Basiliis Foannis quadragefimi quarti Episcopi ferosolimitani scriptis , ab Alberto Patriarcha Jerosolimitano extracta , c. Ce qu'ils ont retranché dans les nouvelles, afin de ne

Tome I.

с

« PreviousContinue »