Page images
PDF

seph, de sainte Sophie, de sainte Helene, de saint Jean de la Cité, des Porte-Clefs, des Forciferes où PorteCiseaux, des Gladiateurs, ou Porte-Epees & de quelques autres. Quant à ces Porte-Epées quecesAuteurs qualifient · de Cœnobites, ils les ont confondus avec les Chevaliers de Livonie qui avoient aussi le même nom, & qui portoient pour marque de leur Ordre,deux Epées röuges, en forme de Croix de saint André sur leurs habits. Les Religieux du Monastere de Biclaro, dans les Pyrenées, dont ils parlent aussi, ont pû être appellés dans le VI. siécle, Girondins, peut être à cause que Jean surnommé de Biclaroleur Fondateur, fut élu Evêque de Gironde, ou, comme on l'appelle presentement, Gironne, & qu'illeur écrivit une Regle, comme dit S. Isidore de Seville. C'est la raison pour laquelle nous ne voulons pas leur disputer cet Ordre, dont il ne reste plus que la memoire & qui avoit même été confondu avec celui de saint Benoît avant la destruction du Monastere de Biclaro, dont il ne reste plus que les ruines. L'on s'étonnera peut-être queje citeSchoonebeck, commeAuteur de cette Histoire desOrdresReligieux, dont il y a eu deux éditions en Hollande, puisqu'il n'est que Graveur de sa profession, & que le titre de cet ouvrage marque que c'est lui qui en a gravé les figures. Il est vrai que dans cette Histoire des Ordres Religieux l'on ne trouve rien qui prouve qu'il en soit l'Auteur;mais il se declare assez dans la Preface de celle qu'ila donnée des Ordres Militaires en 1699. où il dit dans un endroit, que ce qui l'a le plus encouragé à composer cet ouvrage, c'est l'accueil favorable qu'on a fait au premier , & l'heureux succès qu'il a eu dans le monde :

monde: qu'il est vrai que cet ouvrage demandoit une plume plus judicieuse & plus polie que la sienne, & une main plus sçavante à manier le burin ; mais qu'il se console par ce mot de Properce,

Audacia certe
Laus erit in magnis, & voluise far eft.

Il ajoûte un peu plus bas qu'il a marqué les couleurs des vêtemens par les emaux, selon la pratique de l'Arc heraldique, où l'on fait connoître les couleurs des Armoiries par des traits, comme on a pu voir dans la derniere planche de son Traité des Ordres Religieux ; & que pour ce qui regarde les Coliers & les autres ornemens, lorsqu'il n'a pas pu les faire entrer d'une manieniere allez necce dans sa planche, illes a gravés sur un autre morceau de cuivre & qu'il les a placés au commencement du Chapitre.

L'on ne peut pas parler plus clairement pour se designer Auteur d'un Ouvrage. C'est ce que je fais remarquer , parce que je refute souvent cet Historien Graveur qui a aussi mal representé les habillemens des Ordres Religieux qu'il a été peu fidele à rapporter les années de leur fondation, leur donnant souvent des Fondateurs, ou les faisant approuver & favoriser de graces & de Privileges, par desPapes & des Princes, qui sont morts quelques centaines d'années avant leurs établissemens.

C'est ce qui me fit entreprendre cette Histoire des Ordres Religieux que je donne au Public; & ce qui m'y porta aulli, fut celle de Monsieur Hermant, Curé de Malcot en Normandie,qui paruren un volume indonze l'an 1697. où il a omis beaucoup d'Ordres dont Tome I.

b

il ne parle en aucune maniere,s'étant contenté en passant de marquer la fondation de quelques autres qui sont très-considerables & qui meritent une description plus ample de leurs etablissemens, aussi-bien que des vies de leurs illustres Fondateurs. C'est ce que l'on croyoit trouver dans la seconde edition de cette Histoire qu'il a donnée l'an 171o. en quatre volumes.Une augmentation de trois volumes sembloit devoir être considerable, & renfermer tout ce qui manquoit dans la premiere édition. Si l'on avoit été surpris de voir dans cette premiere édition que Monsieur Hermant avoit avancé que l'Ordre de saint Jean de Dieu avoit été approuvé par le Pape Leon X. quoique cet ordre n'ait commencé que plus de cinquante ans après la mort de ce Pontife , s'il y avoit assuré que saint Jean de Dieu avoit été canonisé par le Pape lnnocent Xl I. † n'y ait personne qui ne sçache que cette canonisation ait éte faite par Alexandre VllI. s'il avoit donné aux Humiliés pour Fondateur saint Jean de Meda l'an 1196. quoiqu'il fût mort dès l'an 11s9. & qu'il eût été canonisé par le Pape Alexandre lIl. qui mourut l'an 118I. on s'attendoit que ces fautes & un trèsgrand nombre de même espece auroient été au moins corrigées dans laseconde edition Mais il semble qu'il se soit fait un scrupule d'y rien changer. Les augmentations qu'il a faites consistent seulement, en ce qu'il s'est plus étendu sur quelques vies de Fondateurs qu'il n'avoit fait dans la premiere édition, en ce qu'ila donné des catalogues de Monasteres de France qui se trouvoient déja imprimés, ( pour la plûpart) dans la Clefdu grand Pouillé de France de Monsieur Doujat, & qui pourroient même faire un des quatre Volumes,

si on les reünissoit ensemble, encore surpasseroit-il le plus gros de cinquante ou soixante pages , & en ce qu'il a ajoûté de nouveau,mais en petit nombre,quelues Ordres & Congregations dont il n'avoit point parlé dans la premiere édition. J'avoue que je fus dans la resolution d'abandonner mon Ouvrage, lorsque j'appris que le Reverend Pere Bonanni de la Compagnie de Jesus, de la Maison Professe de Rome, travailloit à une Histoire des Ordres Religieux, & qu'il faisoit graver leurs habillemens; mais je me rassurai lorsque je vis que ce n'étoit proprement qu'une traduction en latin & en italien, de la petite histoire des mêmes Ordres, que Schoonebeck avoit donnée en françois,&qu'ilavoit seulement ajoûté quelques ordres & quelques côgregations dont cet auteur Hollandois n'avoit point parlé.Je fus même surpris, en recevant la premiere partie de cette histoire du Pere Bonanni, imprimée à Rome en 17o6. & la seconde qui parut l'année suivante quel'on m'envoyoit en même tems de Rome, quel'on y avoit joint des memoires touchant les Peres de la Doctrine Chrétienne en Italie, & des religieuses de l'Ordre des Humiliés, dont le Pere Bonannine parloit point, quoique les uns & les autres eussent des maisons dans Rome & dans toute l'Italie. Cet auteur parlant des Peres de la Doctrine chrétienne en France, faisoit remarquer que le Pape Clement VIII. avoit erigé dansRome uneCongregation de Prêtres Seculiers pour enseigner la Doctrine Chrétienne , mais que Paul V. l'avoit depuis erigé en Archiconfraternité. ll semblcit donc § cette Congre1

[ocr errors]

geai par là, que sile pere Bonanni étoit si peu instruit des o† qui étoient à Rome, lui qui écrivoit son histoire dans cette Ville, il devoit être bien moins informé des autres Congregations qui se trouvent dans les pays éloignés de lui. Mais quoique § addition il ait ajoûté dans la troisiéme partie de son histoire, qui parut en 17o8. cette Congregation des peres de la Doctrine Chrétienne en Italie & les ReligieusesHumiliées,ila neanmoins omis un grand nombre d'autres Ordres & de Congregat. & l'on en verra plus de cent dans mon histoire dont il n'a point parlé. Cette troisieme partie ne regarde que les Congregations Seculieres, dont il auroit pu augmenter le nombre, qui auroit même surpassé celui des Colleges & des hôpitaux de Rome, dont il parle aussi dans cette troisiéme partie,aïant fait aufli graver les habillemens des pensionnaires & des pauvres de ces hôpitaux, ce qui paroît inutile dans une histoire, quine comprend que les Ordres Religieux & les congregations Seculieres de l'un & de l'autre sexe , puisque l'on ne doit point regarder comme Congregations ni les colleges, ni les hôpitaux où l'on ne contracte point d'engagement, sil'on en excepte neanmoins les colleges Apostoliques établis par les Souverains Pontifes pour la propagation de la foi , où lespensionnaires & Seminaristes s'engagent par vœu , de n'entrer dans aucun Ordre Religieux, † ou Congregation, sans la permission du Saint Siege ou de la Congregation · de la Propagation de foi, & qu'au cas qu'ils en obtiennent permislion,ou qu'ils demeurent dans l'état seculier, de rendre compte à la même Congregation tous les deux ans, s'ils sont hors de l'Europe, & tousles ans,

« PreviousContinue »