Page images
PDF

que fous le nom de Surpe-Sar Kifì-bas, carême de S. Sergius. Monnt Ce mot d'Artzibure,signifie précurseur ou avant-coureur arm»

NIENS.

qui annonce une chose prête à arriver.Les Grecs prétendent que c'étoitle nom da chien de l'Heresiarque Sergius, dont t les Arméniens ont été les disciples, & que ce chien fut ainsiad *»*• nommé, parce qu'il avoit accoutumé de courir devant cet * %\'^c\k hérésiarque , & avertissoit par ce moyen que son maître Quarcsm. étoit proche, afin qu'on le vînt recevoir. Ce chien se perdit ElMeidT'run jour dans un bois,& Sergius s'étant mis en chemin le len- r* .T. m. demain à son ordinaire,pour aller au lieu où il l'avoit envoyé, c*t- 4/. il suc surpris de ce que personne ne venoit au-devant de lui ; p^^]"y' mais sçachant qu'Artzibure n'étoit point venu, il se douta Tom.4. ed. que quelque loup l'avoit mangé dans le bois3ce qui se trouvas vrai. L'affliction qu'il en eut fut fi grande (à ce que préten- tu»g*[. »rtK dent les Grecs) qu'il ordonna un jeune gênerai, qui se de- 7« voit renouveller tous les ans durant toute une seniaine.

Les Arméniens ne regardent cette fable, que comme une imposture inventée par les Grecs j à cause qu'ils observentce jeûne en mémoire de S. Sergius martyr, qui étoit Grec , & que les Grecs ne veulent point reconnoître pour tel; disant qu'un Grec qui s'étoit mis au service des Armeniens,ne pouvoit pas être Saint,ni avoir remporté la couronne du martyre j & qu'ainsi ils n'ont inventé la fable du chien de l'herefíarque Sergius, que pour rendre ce jeûne odieux à routes les nations. Ce S. Sergius martyr, selon les Arméniens, étoit, comme nous avons dit, Grec de naiíTance , & officier dans les troupes d'un roi d'Arménie qui étoit idolâtre. II acquit, â ce qu'ils prétendent, beaucoup de gloire dans plusieus actions , où il eut le commandement de quelques troupes, ce qui lui attira l'estime & l'amitié du prince , & donna en même- tems de la jalousie aux Arméniens qui le dénoncèrent à ce prince comme un G rec, que ceux de fa nation avoient envoyé en Arménie pour servir d'espion. Le roi, pour s'assurer de la fidélité de Sergius, voulut l'obliger de sacrifier aux idoles j ce qu'ayant refusé de faire, il le fit mourir, & les Arméniens l'ont honoré comme martyr, prétendant que c'est en son honneur que ce jeune a été institué.

Le -second careme,qu'ils appellent Mie^bas : c'est-à-dire, le grand carême, commence au Lundi de la Quinquagesime j dure cinquante jours, pendant lesquels Us ne mangent nj Moi un laitage, ni huile, ni poisson, ôcne boivent point de vin. Le Arme- troifiéme s'appelle Surpe-Eliaï-bas le carême de saint Elie, 8c MIÍNS" dure cinq jours. Le quatrième en l'honneur de S. Grégoire rilluminateur Surpe-Gregori-bas, est encore de cinq jours. Le cinquième, qu'ils nomment Vartivari-bas , le carême de la Transfiguration, dure aufíì cinq jours, &; ils peuvent manger des œufs ôcdu laitage le Samedi. Le sixiéme,de l'Assomption de la sainte Vierge, yljìouVafafna-bas, est de même que le précédent. Le septième, de l'Exaltation de la sainte Croix , qu'ils nomment Surpe-Kaggi-bas , est pareillement de cinq jours , aussi-bien que celui qui le fuit, & qu'ils observent en í'honneur de Pinvention d'une croix qui fut trouvée sur le Mont-Varak , le nommant pour ce sujet F'araKa-Kaggibas, le carême de la Croix du Mont-Varak. Voici comme ils racontent l'origine de ce jeûne.

Ils disent que sainte Rupsimée , vierge Romaine, pour éviter la persécution del'empereur Licinius,vint se réfugier en Arménie, & se retira sur le Mont-Varak, avec environ trente autres Vierges qui Pavoient suivie : que le roi Tiridate, Payant voulu épouser & l'obliger de sacrifier aux idoles , elle n'avoit pas voulu y consentir, aimant mieux souffrir la mort: que voyant qu'on alloit se saisir d'elle, elle ôta de son cou une croix qu'elle portoit -, & qu'appréhendant qu'elle ne fût pro. fanée , elle la posa fur une pierre qui s'ouvritpour la recevoir & íe referma en même tems : qu'à quelque teins de lá, le Roi ayant été converti à la foi avec tout le peuple, on avoit vû une grande lumière au lieu où cette croix étoitj ce qui y ayant attiré le peuple , on trouva que la pierre s'étoit ouverte: qu'on découvrit la croix de sainte Rupfimée : qu'en mémoire de ce miracle , le roi Tiridate avoit fait bâtir, auprès de ce lieu, un fameux Monastère qui subsiste encore , où il y a un grand nombre de Religieux , & qu'on institua aussi un jeune de cinq jours , qui s'appelle, comme nousavonsdit, VaraKa-Kawi-bas. Comme les Arméniens donnent beaucoup dans la fable aussi-bien que les autres Orientaux, il y en a quelques-uns qui disent : qu'après que le roi Tiridate eut fait mourir sainte Rupsimée, il fut changé en pourceau, & qu'il demeura en cet état jusques à ce qu'il en fût tiré par les prières de S. Grégoire l'Illuminateur : c'est ce que leurs vartabieds font accroire au peuple.

• Im" - - |

[graphic]

Le neuvième carême a été institué en l'honneur de saint Momei Grégoire le Thaumaturge, I'appellant pour ce sujet, Surpe- AKUíGrigori-lefavorichi-bas, qui dure cinq jours, aufïï-bien que""1*** celui de Surpe-Ay>pa-bas} institué en l'honneur de S Jacques de Niíibe ; &,selon quelques auteurs, en l'honneur de l'heresiarque Jacob ou Jacques, qui a donné son nom aux Jacobites j ce que les Arméniens ( au moins les Catholiques ) rejettent comme une calomnie. Enfin l'onzième carême est celui de la Nativité de Notre-Seigneur, qui se nomme Zenonti-bas, qui dure huit jours. Mais les Religieux renferment ces onze carêmes dans quatre grands & deux petits, lesquels comprennent près de cinquante jours de jeûnes de plus, que dans les onze des séculiers 5 &ence cas M. Baillet auroit eu raison de dire que les Arméniens étoientles plus grands jeûneurs de la Chrétienté, ce qui est véritable à l'égard des Religieux Arméniens; mais non pas des séculiers, puisque les Grecs ont encore plus de jeûnes qu'eux.

Les quatre grands carêmes des religieux Arméniens font celui de la Résurrection de Notre-Seigneur , qui commence au Lundi de la Quinquagesime ; celui des apôtres qui dure cinquante jours -y celui de l'Assomption de la sainte Vierge de quinze jours ,& celui de la Nativité de Notre Seigneur de quarante jours; pendant lesquels carêmes ils ne peuvent manger ni poisson, ni huile , ni laitage, ni boire du vin. Les deux petits carêmes font celui de la fête de l'Exaltationde la sainte Croix, qui dure quinze jours , pendant lequel ils peuvent manger du laitage & boire du vin; & celui de S. Sergius ou des Ninivites,qui dure cinq jours, & qui est très-rigoureux; il y en a même qui pendant ces cinq jours , ne mangent qu'une fois, & d'autres qui ne mangent point du tout.

L'habillement des religieux Arméniens consiste dans une longue veste ou soutane serrée d'une ceinture de cuir. Pardessus cette veste ils mettent uneespece de robe avec des manches aflèz amples,& un manteau, le tout d'étofíè noire, auflî, bien que le capuce, qui est pointu, à peu près comme celui des Augustins déchaussés, dçssous lequel ils ont un turban.L* différence qu'il y a entre l'habillement de ceux qui se disene de l'Ordre de S. Basile , &ceux de l'Ordrede saint Antoine <jui sont solitaires 3 c'est que ces derniers portent dçs étoffe*

« PreviousContinue »