Page images
PDF
EPUB

201

206

222

CHAP.XVIII. De l'Ordre de saint Bafile & de fon grand progrès,

175 Chap. XIX. Des Caloyers ou Moines Grecs , de leurs exercices, jeûnes @ abstinences,

181 CHAP. XX. Des principaux Monaftcres de Caloyers ou Moines Grecs,

193 Chap. XXI. Des Moines Melchites, Georgiens & Mingre

liens, CHAP. XXII. Des Moines de saint Bafile dans la grande Rullie

ou Duché de Moscovie , CHAP. XXIII. Des Moines de S. Bafile dans la petite Russie ou

Rullie Blanche , & dans la Russie Rousse, 211 Chap. XXIV. Des Moines de S. Bafile en Italie , & de la Re

forme de cet Ordre par Gregoire XIII. 214 CHAP. XXV. Des Moines de saint Basile en Espagne, 218. CHAP.XXVI. Des Moines de saint Basile , Reformés, appellés

de Tardon, Chap.XXVII. Des Moines Esclavons ,

229 CH. XXVIII. Des Religicuses de l'Ordre de saint Bafile , en Orient qu'en Occident,

231 CHAP. XXIX. Des Moines Acémetes , avec la vie de saint Alexandre leur Fondateur,

238 CHAP. XXX. Des Moines Armeniens ou Barthelemites de

Gennes, comme ausi des Religieux Armeniens appellés les Freres-Unis de saint Gregoire l'Illuminateur,

243 CHAP. XXXI. Des Chevaliers de l'Ordre de Constantin , appellés

auli Dorés, Angeliques & de S. Georges, 249. CHAP.XXXII. Des Chevaliers Hospitaliers de l'Ordre de saint Lazare de Jerusalem ,

257 CH. XXXIII. Des Chevaliers de Frise ou de la Couronne, 271 CH. XXXIV. Des Chevaliers de l'Ordre Militaire de saint

Côme e de saint Damien , ou des Martyrs dans la Palestine,

272 CHAP.XXXV. Des Chevaliers de l'Ordre de sainte Catherine du Mont-Sinaï

274 CH. XXXVI. Des Chevaliers de l'Ordre de Chypre ou du Silence, appellés aussi de ľEpée,

276 CH. XXXVII. Des Chevaliers de l'Ordre de Mont-foye , appel

lés ausi de Monfrac & de Truxillo, CH.XXXVIII.Des Chevaliers de l'Ordre de saint Blaise, 280

278

CH. XXXIX. Des Chevaliers de l'Ordre de saint Gereon, 281

CHAP. XL.

Des Rcligieux de l'Ordre de N. D. du Mont.

Carmel,appellés communement lesCarmes, 282

CHAP. XLI. De la Regle primitive des Carmes, & des chan-

gemens qui y ont été faits par les Souverains

Pontifes,

300

CHAP. XLII. Vie du B. Albert, Patriarche Latin de Jerusa-

lem,& Legislateur de l'Ordre des Carmes, 313

CHAP. XLIII. Du grand progrès de l'Ordre des Carmes depuis

.

317

CHAP. XLIV. Origine des Religieuses Carmelites, avec la vie

du B. Jean Soreth leur instituteur , XXVI.

General & premier Reformateur de l'Ordre des

322

CHAP. XLV. Des Carmes Reformés de hat Congrcgation de

Mantoue,

327

CHAP. XLVI. Des Carmes de l'Etroite Observance , comme ausi

de quelques autres Reformes faites en cet Or-

dre,

333

CHAP. XLVII. Des Religieuses Carmelites Dechauffées , avec

la vie de Ste Therese leur Reformatrice , 340

CHAP.XLVIII.Continuation de l’Origine des Carmelites De-

chaussées, il est parlé de la Reforme des Car-

mes Dechaussés, avec la vie du B. Jean de la

Croix,premierCarme Dechaussé,&Coadjuteur

de sainte Therese dans cette Reforme, 348

Chap. XLIX. Des Exercices d'observances des Carmes De-

chaussés dans leurs Deferts,

361

CHAP. L. Des Religieuses Carmelites Dechaussées en

France,

366

CHAP. LI, Des Religieuses Penitentes, ou Converties d'Or-

viete en Italie,

374

CHAP. LII. De l'origine du Tiers Ordre des Carmes, & des

Beates du même Ordre ,

376

CHAP.LIII. De l'Archiconfraternité de Notre-Dame du

Mont-Carmel à Rome ,

384

Chap.LIV. Des Chevaliers de l'Ordre Royal, Militaire de

Hospitalier de Notre-Dame du Mont-Car.

mel & de saint Lazare de ferusalem, 386

DISSERTATION

[ocr errors][ocr errors]

DISSERTATION

PRÉLIMINAIRE SUR L'ORIGINE ET SUR L'ANTIQUITÉ DE LA VIE MONASTIQUE,

PARAGRAPH E I.

Que les Therapeutes ont été les instituteurs de la vic

Monastique.

A

YANT à traiter de tous les Ordres Religieux en particulier, nous ne pouvons pas nous empêcher de parler de l'origine & de l'antiquité de l'étaç monastique. Il est inutile de la faire remonter jusques au tems d'Elie &

d'Elisée, comme il y en a qui le pretendent ; puisque tout ce que nous lisons de ces propheres,

de leurs difciples, des Nazaréens, des Rechabites , & de saint JeanBaptiste , que saint Jerôme nomme le prince des Anachoretes

& que saint Jean Chrysostome appelle le prince des moines ; n'étoit que l'ombre & la figure de la vie mona, stique. Tome I,

A

de mona

chis cmp.s.

Bellarm." Le cardinal Bellarmin dit que dans la loi de nature avanë

"le deluge, il y en avoit quelque ébauche: que dans la loi de Moïse , il y en avoit eu une plus grande expression ; mais qu'elle a reçu fa perfection au tems des Apôtres. En effet, il semble qu'on devroit rapporter son origine à ce tems-là,après que quelques peres , plusieurs souverains pontifes, les conciles de Meaux & de Thionville & un grand nombre d'écrivains , ont reconnu les Apôtres pour les fondateurs de ce saint institut , & leur exemple ayant été suivi par les Chrétiens de l'église de Jerusalem , qui n'ayant qu'un cæur & qu'une ame , vendoient tous leurs biens , & en apportoient le prix à leurs pieds, pour n'avoir rien qui les attachâc en

cette vie. Neanmoins les Therapeutes dont parle Philon,emPhil. de brasserent un profession encore plus haute que celle des previt.contem. miers Chrétiens de Jerusalem ; & Eusebe, Callien, Sozomene

& quelques autres, les regardent comme ceux qui ont tracé le plan des premiers monasteres. Ce fut après que saint Marc eut fondé l'église d'Alexandrie, où ses predications ayant auiré à la foi de Jesus-Christ un très-grand nombre de per. sonnes , il y en eut beaucoup qui embrasserent les regles les plus élevées & les plus étroites de la perfection chrétienne; en quittant leurs parens & leurs amis, & se retirant dans la solitude pour s'y donner entierement à la vie contemplative; ce qui leur fit donner le nom de Therapeutes,c'est-à-dire,medecins ou serviteurs, parce qu'ils avoient soin de leurs ames & qu'ils servoient Dieu. Ils établirent d'abord leurs demeu. res auprès du lac Meris. Ils abandonnoient volontairement leurs biens, & quittoient sans aucun retour , pere , mere femme & enfans, freres & fæurs, parens & amis. Ils avoient chacun leur cellule separée, qu'ils appelloient Semnée ou Monastere. Ils y vaquoient seuls aux exercices de la priere & de la contemplation. Ils y étoient continuellement en la pre. sence de Dieu. Ils faisoient la priere deux fois le jour, le matin & le foir. Le matin ils demandoient à Dieu de leur donner une journée heureuse ; & de remplir leur esprit d'une lumiere celeste ; & le soir ils le fupplioient de les délivrer de l'affe. &ion des choses terrestres & sensibles. Ils employoient le reste du jour à la lecture de l'écriture sainte & à la meditation. Le plus fouvent ils chantoient des cantiques & des hymnes. Les jeûnes étoient feveres. Ils ne mangeoient & ne buvoient

« PreviousContinue »