Page images
PDF
[graphic][merged small]

ou Je Superieurdu Monastère. On s'assemhleàTéglise, où l'on Moihi» récite un grand nombre de prières : on demande au Novice^**01"" ■s'il veut faire Profession & s'enrager dans la Religion ; & s'il répond qu'il y confent,il est des ce moment véritablement ReligieuXjlesMaronites étant persuadés que le consentement du Novice renferme lestrois Vœux de pauvreté, de chasteté & d'obéiílance. On lui donne le petit capuce qui le distingue desieculiers,&; laceremonie se termine par quelques prières. Ils ne peuvent quitter l'habit de Religion fans être déclarés apostats ,& ils sont punis très-sévèrement,par Ia.prison,ou par d'autres peines s'ils quittent l'ha.bit. Ils observent encore « quelques reglemens qui leur ont été donnés par le patriarche Etienne Aldoën, natif d'Eden , dont les Religieux Maronites poursuivoient la confirmation en Cour de Romedorsquele P. Bonanni donna son catalogue des Ordres Religieux en 1706. il dit qu'il y avoit pour lors à Rome le P. Gabriel Hœva Maronite qui y étoit venu pour obtenir cette confirmation du Pape Clément XI.

Il y a aussi des Religieuses Maronites au Mont-Liban ,où elles ont deux couvents gardçnt la clôture; & il y en a d'autres ,qui vivent seules dans des solitudes &en Anachorètes. II s'en trouve pareillement à Alep,mais elles ne gardent pas la clôture à cause qu'elles sont parmi les Turcs i néanmoinselles demeurentdeux ou trois ensemble chez leurs paréos , ne permettant á aucun homme'd'entrer dans leurs chambresjd'où elles ne sortent que pour aller âl'église les Bêtes & les Dimanches. Elles observent très-rigoureusement & âlalettrelaregledeS.François/ous la juridiction des RR. PP. Capucins.dontelles portent l'habit.Mais les Religieuses du Mont-Liban font de í'Ordre de saint Antoine, disent leur Office en langue syriaque , aussi-bien que les Religieux , & font habillées comme eux, portant une tunique de serge brune,avecune ceinture de cuir noir, &une rol>ej3ardeslus,qui est de.gros camelot de poil de chèvre de couleur de fumée, frayant les jambes, nues. Toute la différence qu'il y a entre ces Religieux & ces Religieuses de saint Antoinejc'est que les Religieux ont un capuce de drap noir & ne portent point de chemises s &que les Religieuses en ont, & mettent fur leur tête un voile noir qui les couvre depuis la tête jusqu'aux pieds. .Elies font presque toutes filles <Les plus qualifiées & des plu s

M&ines nobles de leur Nation : ainsi elles ne manquent de rien, leurs T«.kon1 "parensleur fourniílant abondammentleurs befoins.Elles s'occupent néanmoins au travail des mains, employant le profit" qu'elles en retirent à l'ùrnement de leur Eglises elles ont les mêmes jeunes & les mêmes observances des Religieux; Monsieur Simon, Auteur du Dictionaire de la Bible, imprisimonD/í. mé pour laseconde fois à Lyon en 1703. dit :qu'on fait passer 11'iti. TomtPour une chose.surprenante & tout-à-fait admirable, que * t*g-i»*. aepuis peu de temsil se soit établi un Couvent de filles au BftintC* "Mont-Liban jce qui ne s'éroit jamais vû en Orient. II ajoute: que la Fondatrice ou Institutrice de ce nouveau Monastère , étoit une pauvre fille qui s'occupoit à l'éducation de la jeunesse de son sexe , leur apgrenoit à lire, à écrire & toutes les » autres choses qu'elles íbntobligées de fçavoir.Elle fut,dit-il, „ » inspirée de Dieu d'assembler les plus grandes,& celles qui fe« roient les plus propres à la seconder dans fa sainte entrepri» femelle n'eut pas beaucoup de.peineà les faire entrer dansía«pensée; & quoiqu'elles n'eussent jamais oui parler de com»munauté , elles en composèrent une d'environ trente filles «qui font non feulement l'édification des Chrétiens de. ce. « pays-là, mais encore des Sarasins. Leur pauvretéest extré-» me 3 leurs cellules qui ne font que de chaumes, font bâties «autour de leur Chapelles quoiqu'elles n'ayent rien que le «travail deleurs inains,elles tiennent pourtant leur autel très «proprement orné,&on ne peut rien voir deplusdecentque «leur Chapelle.EUes éprouvent la vocation de celles qui veu« lent entrer dans leur Compagnie, par un noviciat de trois « ansrelles employent la nuit àla prière & à chanter les louan» ges de Dieu,ôc lejour à travailler des mains,pour fairevaloir « le peu de bien qu'elles poílèdent aux environs de leur Mo« nastere. Une autre fille,à l'imitationde cette premiere,a en« trepris le même dessein à un autre quartier du Mont-Liban; »■& d'autres filles íe font retirées dans des Ermitages,où elles « prétendent passer le reste de leurs jours dans la pénitence.

Cet Auteur paroît peu informé de ce qui regarde l'histoire. Monastique d'Orient, puisqu'il dit : que l'on fait passer pour une choie admirable} 8c tout-íLfait surprenante, que depuis peu de tems il fe soit établi au Mont-Liban un Monastère de. filles j ce qui ne s'étoit jamais vû en Orient 3à ce qu'il prétend. Les fçayans ne. demeureront pas fans doute d'ac

« PreviousContinue »