Page images
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small]

Uo1Qg'IL y ait une regle sous le nom de saint Antoine nous avons deja dit que tous les Religieux qui se disent de I'Ordre de ce Saint, ne la suivent point. La plupart des voyageurs nous ont voulu persuader dans leurs relations, que les Religieux Coptes sont de l'Ordre de saint Nacaire , que tous les Armeniens suivent la regle de saint Basile; & qu'il se trouve aussi des Religieux en Orient qui suivent celle de saint Pachome. Schoonebeck dans son § des Ordres Reliieux , en met même quelques uns des Ordres de saint Sabas & de saint Carithon. Mais plusieurs Levantins dignes de foi, m'ont assuré qu'il n'y avoit parmi les differentes sectes de Chrétiens en Orient, que des Religieux de l'Ordre de sain Antoine, & de celui de saint Basile; ce qui m'a été confirmé par M. Saphar évêque de Mardin en Mesopotamie, que je vis étant à Rome en 1698. & qui me dit : que les Religieux Maronites, Suriens, Coptes & quelques Armeniens, étoient de l'Ordre de saint Antoine, & que les Grecs suivoient la regle de saint Basile, aussi-bien que les Melchites, les Georgiens & la plus grande partie des Armeniens. C'est donc au témoignage de ce prelat, qui est lui-mêmeJacobite ou Surien, que je m'en rapporte & je commencerai par les Maronites, à qui l'on doit donner le premier rang , puisqu'il n'y a aucun Schismatique parmi eux, & que de tous ceux ui se sont separés de l'église Romaine, il n'y en a point qui se oient reunis à elle de meilleure foi & plus sincerement que les Maronites. C'est un peuple de Phenicie,qui habite le Mont-Liban,entre Biblis & Tripoli ; & qui est encore répandu dans la Syrie, Syrophenicie, à Seyde, Barut, Tripoli, Alep, & dans l'Isle deChypre.Leur principale habitation est neanmoins auMontLiban, ou ils ne permettent à qui que ce soit de demeurer, s'il n'est Catholique. Plusieurs auteurs ont pretendu que le nom de Maronite leur a été donné à cause d'un certain heretique Monothelite , nommé Maron, qui les pervertit, & dont ils

pnt suivi les erreurs pendant près de cinq cens ans. Mais ils

[graphic][graphic]

Thomassin culp

Moine Maronite

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

TES

Fauft. Nai

de

ron ,

nit.

n'en demeurent pas d'accord; & ils soutiennent qu'ils ont pris Mo'NES le nom de Maronites , à cause de saint Maron abbé. Faulte Maroni. Näironi qui a fait une dissertation sur leur origine , dir: qu'a. vant que l'heresie eûr infecté la Syrie, il n'y a point de doute que ceux qui y demeuroient ne s'appellassentSyriens; mais que orig. Rela plûpart des Syriens ayant suivi les erreurs de plusieurs He-lig. Maroreliarques,ils ont pris les noms des sectes que ces Heresiarques ont formées ; qu'ainsi ceux qui ont suivi les erreurs de Macedonius, ont été appellés Macedoniens ; ceux qui ont suivi Apollinaire , Apollinaristes; que de Nestorius sont venus les Nestoriens, d’Eutychés les Eutychiens,& de Jacob les Jaco. bites. Cependant lorsqu'il sembloit que toute la Syriealloit être pervertie, qu'elle alloit entierement embrasser l'erreur & se diviser de l'église Romaine, Dieu,dit-il, apporta le remede à un si grand mal, par le moyen de saint Maron abbé; qui non seulement fortifia plusieurs Syriens dans la foi qu'ils avoient reçue des Apôtres; mais il persuada à un grand nombre d'embrasser la vie Monastique. Ce faint , ajoute-t-il , vivoit vers l'an 400. & ses disciples ayant bâti plusieurs Monasteres dans la Syrie , dont le principal, auquel ils donnerent le nom de saint Maron , étoit entre Appamée & Emesse sur l'Oronte ; ils suivirent les traces de leur maître, c'est-à-dire, qu'ils fortifierent de plus en plus quelques Syriens dans la foi Catholique ; c'est pourquoi ceux d'entre les Syriens qui n'ésoient pas infectés du venn de l'heresie , & qui suivoient avec ces Moines les dogmes de l'église Catholique , furent appellés Maronites , comme ayant perseveré dans la foi par leur moyen & par celui de saint Maron.

Mais comme Faufte Naironi prétend appuyer ce qu'il avance par l'aveu même des Jacobites & des Monothelites, principalement d'un Thomas archevêque de Kfartab, que cet évê. que n'a vécu que vers l'onziéme siecle , &

que

d'ailleurs les Auteurs que cite encore Naironi,rapportent souvent pour des choses anciennes ce qui se passoit de leur tems, & qu'ils ont même tiré des livres des Maronites depuis leur reconcilia. tion avec Rome; c'est ce qui fait

que ce que Naironi a donné pour preuves convaincantes , n'a pû encore persuader plu. fieurs sçavans, que les Maronites ayent toûjours perseveré dans la foi Catholique,& n'ayentpas tiré leur origine de l'heretique Maron qui étoit Monothelite. Il est neanmoins bien

[merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

retique, ils l'auroient sans doute quitté comme un nom infame depuis leur reconciliation avec l'église Romaine , de même que les Nestoriens, qui après avoir abjuré leurs erreurs prennent le nom de Chaldéens, & les Jacobites celui de Suriens, comme dit encore Fauste Naironi, qui, pour répondre à ceux qui prétendent que les Maronites ont pris le nom d'un village nommé Maronia, dit: qu'il se peut faire que saint Ma

ron soit né dans ce lieu, & qu'il en ait pris le nom , mais que

pour eux ils ont pris leur nom deS. Maron. Quoi qu'il en soit, ils celebrent la fête de ce Saint le neuviéme Janvier, auquel jour il est permis à ceux qui sont à Rome d'officier selon leur Rit, dans le college que Gregoire XIII. y a fondé pour ceux de cette nation, laquelle n'a pas imité les autres Orientaux, qui pour la plûpart retombent aisément dans les mêmes erreurs qu'ils ont abjurées. Mais pour les Maronites, depuis leur réunion avec l'église Romaine, ils sont toûjours demeurés fermes dans la foi Catholique, dont ils firent profession entre les mains d'Aimeric parriarche Latin d'Antioche, vers l'an 1182.

Il y a parmi ces Maronites, des Religieux qui avoient au-
trefois sur le Mont-Libanenviron quarante Monasteres,dont
la plûpart sont abandonnés & ruinés , & qui étoient bâtis
sur des croupes de rochers si escarpés que ces lieux paroî-
troient n'avoir jamais été habités, si l'on n'y voyoit encore
· les vestiges des anciens Monasteres , & si ceux qui sont pre-
sentement habités n'étoient aussi situés dans des lieux de-
serts, entre des rochers affreux qui inspirent la penitence ,
& où l'on ne peut aller, qu'on ne soit sensiblement touché

de devotion. -
Les uns sont comme suspendus , specialement celui qu'on
Marsalita, & pour y entrer il faut monter avec une
échelle de vingt-cinq pieds de hauteur. Les autres ont leur
entrée comme celle des Cavernes. Celui que saint Hilarionfit
édifier en l'honneur de saint Antoine, est de difficile abord ;
mais on y trouve de beaux jardinages & des vignes. C'est
l'endroit où les Religieux font leur noviciat; & lorsqu'ils sont
| Profez,ils vont demeurer dans les autres Couvents, qui sont
presentement au nombre de dix, où dans quelques-uns,ils §
plus

[graphic]
« PreviousContinue »