Page images
PDF

Akmi

Chapitre V. Nuwï - ..

Des Moines Arméniens.

L'Eglise Arménienne est composée de deux ordres de Chrétiens, donc lesuns , qu'on.nomme francs-Arme, niens, font Catholiques, & les autres Schématiques. Les premiers font ceux que le P. Barthelemi de Boulogne ,>Religieux de l'Ordre de íaint Dominique , envoyé parle Pape Jean; XXII. convertit l'an 1330. étant toujours demeurés fermes dans la croyance de régliíè Romaine depuis ce tems-là .qu'ilsfirent un archevêque & un clergé particulier, qui porte ThabicdeS. Dominique, observant la règle & les constitution* de son Ordre, comme nous dirons plus amplement, en parlant des Frères Unis de S. Grégoire rilluminateur, dans lc chapitre-30.

Les Francs-Arméniens habitent auprès de Naxyvan ville d'Arménie , fous la domination du roi de Perse , dans uà canton appelle A brener,qui contient présentement douze villages Catholiques. II yenavoit un "plus grand nombre , qui a étédiminué par les persécutions des Schifmatiques, qui leur ont suscité de grosses avanies par le moyen des gouverneurs.. 11s en portèrent leurs plaintes au pape Alexandre VII. qui l'an 1664. écrivit enleur faveur au sophi de Perse, pour les faire taxer d'office: ce.qu'il leur accorda j.mais^celaneservit qu'à, augmenter leurs peines ,&. en même teins la rage des ministres Períàns, qui ne manquent aucune occasion de leur faire tous les jours de nouvelles persécutions.

11 ya encore des Francs-Arméniens en Pologne,qui onrun archevêque particulier qui íè soumit à l'église Romaine en, I'année 166 6.ayant fait abjuration del'hereue& profession de lafoiCatholiqne,entrele5mainsduP.ClementGalanoTheatia , que le même pape Alexandre V Iì. envoya exprès de RomeàLeopol^avecle R, P. Pidou, François, auffi Theatin,, & à présent évêque de Babilone. Ils établirent un-collège de philosophie òc de. théologie à Leopol, qui subsiste toujours & dont il est sorti de fost habiies gens. Tous ces Francs-Arméniens suivent entièrement le rit Romain le calendrierpour toutes les cérémonies & les Fêtes.

ARut-1"' Les Arméniens Schismatiques,qui onc autant d'erreurs eux nant. /êuls que toutes les autres Sectes ensemble, ont deux Patriarches. Autrefois leur Eglise n'avoit qu'un Chef qu'elle nommoit Seigneur spirituel, qui étoitaussi très-puiuant pour le temporel , & fáisoitsa résidence au Monastère d'Ekmiazin 3 mais depuis queles guerres ont obligé ce Patriarche de transférer son íìege à Cis, dans l'ArmenieMineure, ou Caramanie, l'Archevêque de cette ville a usurpé aussi la qualité patriarchale , qu'il a peu à peu établie & affermie : desorteque l'on compte présentement dans cette Eglise Schismarique , deux Patriarches universels j l'un au Monastère d'Etaniazin proche la ville d'Erivan , & l'autre â Cis en Caramanie; néanmoins celui qui réside àEkmiazin a retenu la supériorité & l'autoricé sur tout le peuple Armenien,avec le titre de Supérieur spirituel. En erret c'est un des plus grands Prélats du monde 6c le plus pauvre; car il a deux cens Archevêques & Evêques de fa dépendance , & à fa nomination 5 la plûpacr desquels n'ont que le titre fans Eglise , & celui de Cisn'en a pas plus de cinquante ou environ, entre lesquels font ceux de Jérusalem & d'Alep.

L'Archevêque de Constantinople s'est servi de Tautoríté
des Empereurs Ottomans,pour se taire aussi nommer Patriar-
xhe , & son élévation depend de la Porte, qui n'a pas pour
cela augmenté son autorité , puisqu'elle ne s'étend que dans
son Archevêché, & qu'il n'est reconnu d'aucuns Prélats. Le
plus souvent il n'est point sacré , & est obligé de se servir du
ministère de quelques Prélats passagers aulquels il donne de
l'argent pourfaireles fonctions de l'Huile sacrée,& pour don-
ner les Ordres.
II faut être Religieux,pour arriver áces dignités,aussi-bien

3u*á celle de Vartabiedi nom que prennent leurs Docteurs ,
ont la marque est un bâton pastoral Ôc un livre qu'ils portent
toujours ,qui les rend plus respectables que les Prélats mêmes,
Ôcleur donne une autorité presque égale à la Patriarchale,
de décider fur toutes choies en matière de Religion, & de
Loix Ecclésiastiques, &de prêcher assis.
II ya parmi les Arméniens Schifmatiques un très-grand nom-
bre de Moines. Les uns sont de l'Ordre de saint Antoine & les
autres de celui de saint Basile. Ceux de saint Antoine demeu-
rent dans des Solitudes & dans des Déserts, où les austérités

qu'ils

[graphic]
[graphic]

qu'ils pratiquent, surpassent celles des Religieux les plus re- Mow» formes de l'Europe, & ces Moines seroient heureux, s'ils joi- Armegnoient à une vie si austère, une soumission au Chef de Í'E_NIEN** glise Romaine, &C s'ils quittoient leurs erreurs pour embrasser les vérités que cette Eglise enseigne.Leurs monastères sont très-considerables , &. il s'en trouve de soixante, de quatrevingts , & même de cent Religieux. 11s ne mangent jamais de viande,& ne boivent jamais de vin, si ce n'est le seul jour de Pâques. Ils jeûnent toute Tannée , même les Dimanches, 8tne mangent qu'une fois le jour. Ils ne vivent que de racines &de légumes, s'abstenant de poisson , de laitage , &c même d'huile, quoiqu'il leur soitpennis de manger des olives. Us ne sortent jamais du Monastère & ne parlent à personne j& íìquelqu'étranger a quelque chose à dire à quelqu'un de ces Solitaires, il le dit au portier qui va trouver le Solitaire lequel fait réponse à la personne par le moyen de ce portier. 11s demeurent dans des chambres séparées les unes des autres s'employantau travail, hors les heures de l'office & des autres exercices. Ils sont tous laïques, à l'exception de cinq ou six prêtres, & quelquefois de huit, qui demeurent dans chaque Monastère. Leur office est fort long. Ils recitent toutes les nuits au chœur les cent cinquante pseaumcs , étant pendant ce tems-là debout appuyés fur des espèces de béquilles. Proche la ville deVan,quiestla derniere ville de l'Armenie qui confine avec la Perse, il y a deux couvensde ces solitaires, dont l'un est dansuneiste qui s'appelle Limanne , ou Z/. madafe, & l'autre dans une solitude. C'est ce que j'ai appris des sieurs Serge & Joseph, prêtres Arméniens catholiques » d'Andrinople , quiétoientà Paris en 1705.

Tavernier dit : que dans le lac de Van, il y a deux isles TareTM, principales dont l'une s'appelle Aàakctous &. l'autre Lima- y*gt d* <í<îjí':que dans la première il y a deux couvents d'Arme-*7**j*.*t. mens , dont l'un se nomme Sourphague , & l'autre Sourpkarax que dans la seconde il y a aussi un couvent de ces mêmes Arméniens , appellé Limquia/i,&c que ces Moines vivent très austerement > ce qui se rapporte asîèz à ce que m'ont dit ces prêtres d'Andrinople; &il sepourroit bien faire que ces trois couvents font de ces Moines Arméniens de l'Ordre de saint Antoine.

Je n'ai pû sçavoir par qui l'Ordre de saint Antoine avoit étç
Tome I. N

« PreviousContinue »