Page images
PDF
EPUB

cer édit de 1672. elle avoit entendu comprendre les hôpitaux Chevafondés pour la reception des pelerins & des pauvres passans ,LIERS DE & par un autre édit du mois d'Avril 1675. elle declara que De Noconformément à celui de 1672. & la declaration de 1674. TRE-DAl'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel & de saint Laza-ME DU re de Jerusalem seroit mis en possession & saisine de l'adminis-Mont

CARMELO tration de tous les hôpitaux, maladeries , commanderies & autres lieux pieux qui lui avoient été accordés, même de ceux qui avoient été ci-devant concedés & accordés

par

sa majesté ou autres à quelques communautés ecclesiastiques ou laïques , regulieres ou seculieres lors de leur fondation, premier établissement ou dotation, de quelque qualité & Orr dre qu'elles fussent. Voulant neanmoins que les hôpitaux, maladeries, commanderies & autres lieux pieux qui étoient actuellement posledés par des communautés tant seculieres que regulieres, & qui leur avoient écé abandonnés & unis lors de leur fondation, dotation, & pour servir à leur premier éța. blissement, continuassent de jouir comme par le paslé de leurs bâtimens, églises, chapelles , lieux reguliers, autres logemens, jardins & clôtures y joignant; soit que lesdits bâtirnens & clôtures fissent partie des bâtimens anciens de ces hôpitaux, maladeries & lieux pieux ; ensemble de tous les autres fonds & revenus que ces communautés pouvoient avoir acquis de. puis leur établissement, & que sur tous les biens, droits & revenus dependans desdits hôpitaux , maladeries, commande, ries & autres lieux pieux , distraction seroit faite au profit desdites communautés de la moitié de ces fonds & revenus, (les charges ordinaires prealablement deduites,) pourvû toutefois

que lesdits revenus n’excedassent pas la valeur de deux mille livres par an ; & qu'au cas que lesdits revenus excedassent cette somme, il feroit fait seulement distraction du ciers au profit de ces communautés pour leur entrecien & subsistan, ce ; & à l'égard de l'hospitalité pour laquelle ces lieux pieux avoient été fpecialement fondés , Sa Majesté voulut qu'elle fût doresnavant exercée par l'Ordre de Notre-Dame du Monr-Carmel & de laine Lazare.

Il y eut par le moyen de ces édits & declaration, un grand. nombre d'hôpitaux, maladeries & lieux pieux qui furent unis à l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel & de faing Lazare, & dont l'on forma cinq grands prieurés & cent qua. ome I.

D dd

ME DU
MONT-

CHEVA-rante-cinq commanderies, Le roi, par fes lettres patentes LIERS DE du 28. Decembre 1680. fic l'érection deces cinq grands prieuL'ORDRE rés, & Sa Majesté dressa encore des reglemens touchant la DE NoTRE-DA

maniere de parvenir aux commanderies, tant anciennes que nouvelles. Les cinq grands prieures qui furent érigés , furent

celui de Normandie , dont la residence étoit au Mont-auxCARMEL. Malades près de Rouen ; celui de Bretagne, dont le Chef

lieu étoit à Aurai , & avoit pour annexe la commanderie de Blois; celui de Bourgogne, dont la residence étoit à Dijon; celui de Flandres, dont le Chef-lieu étoit à Lille ; & le cinquiéme étoit celui du Languedoc. On établit aussi un conseil de l'Ordre à l'arsenal, qui fut composé du vicaire general, du chancelier, du procureur general, du grand-maître des ceremonies, du trésorier , du secretaire, & de cinq conseillers de l'Ordre.

Mais après la mort du Marquis de Louvois arrivée le 16. Juillet 1691. les affaires de cet Ordre changerent de face.Sur les remontrances, que firent au Roi quelques Ordres qui avoient été declaréséteints ou supprimés de fait ou de droit, & dont les biens avoient été unis à celui du Mont-Carinel & de faint Lazare par l'édit de 1672. Sa Majesté nomma des coinmissaires pour l'examen de cet édit;& après que les coinmissaires eurent écouté les raisons des parties , & en eurent fait rapport au Roi, Sa Majesté , par un autre édit du mois de Mars 1693. revoqua celui de 1672. desunissant de l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel & de faint Lazare, les maisons, droits , biens & revenus , qui étoient poffedés, avant le premier édit, par les Ordres du saint Esprit de Montpellier, de faint Jacques de l'Epée de Lucques , du saint Se. pulcre, de sainte Christine de Somport,de Notre-Dame,dite Teutonique, de faint Louis de Boucheraumont, & autres Ordres hospitaliers, militaires, seculiers & reguliers ; comme aussi les maladeries & leproseries , hôpitaux, hôtels. Dieu, maisons-Dieu, aumôneries , confrairies, chapelles , & autres lieux pieux du royaume , même ceux destinés pour les pelerins & les pauvres, unis à l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel & de faint Lazare par l'édit de 1672. & declarations intervenues en consequence, soit que ces hôpitaux ou lieux pieux fussent possedés en titre de benefices ou de fimplesadministrations, & quoique l'hospitalité n'y fût pas gar

T.1. P 394.

Novice de l'ordre de Notre Dame de Mont-Carmii,

ct de s.' Lazare de Jerusalem

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

ver par

dée. Sa majesté voulut que les biens & revenus possedés CHEVAavant cet édir de 1672.par les Ordres du saint Esprit de Mont-LIERS DE pellier & les autres, leur fullent rendus & restitués ; main- L'ORDRE tint les chevaliers de Notre-Dame du Mont. Carmel & de

DE No. faint Lazare dans la possession des commanderies, prieu-me du

TRE - Das rés , hôpitaux & autres lieux qui leur appartenoient avant Mont cet édit.

CARMEL, Au mois de Decembre de la même année , sa majesté nomma pour grand-maître de cet Ordre Monsieur le marquis de Dangeau , qui en cette qualité lui prêra serment de fidelité le 18. Decembre 1695. Le 29. Janvier de l'année suivan. te 1696. il se rendit dans l'église des Carmes Billettes , où il jura sur les faints Evangiles , d'observer & de faire obler.

les chevaliers les statuts de cet Ordre. Ensuite les a12 ciens chevaliers lui prêterent obéissance, & après la mesle, il en fit trente-cinq nouveaux ausquels il donna l'épée , la croix, & le livre des regles.

Jusques - là ces chevaliers n'avoient point eu d'habits de ceremonies , ils portoient seulement à la boutonniere du jufte-au-corps, comme ils portent encore à present, une croix d'or à huit rais, d'un côté émaillée d'amarante avec l'image de la Vierge au milieu , & l'autre côté émaillée de fie nople avec l'image de saint Lazare aussi au milieu , chaque rayon pomeré d'or , avec une Aeur de lis aussi d'or dans chacun des angles de la croix qu'ils attachent à un ruban de couleur amarante ; & les freres servans ne portoient, comme ils font encore a present, qu'une medaille aux mêmes émaux attachée à une chaîne sans ruban. Mais monsieur le marquis de Dangeau a ordonné des habits pour les ceremonies, & qui sont differents selon la qualité des chevaliers. Celui du grand-maître consiste en une dalmatique de toile d'argent sur laquelle il met un long manteau de velours ainarante se. mé de fleurs de lis d'or , de chifres & de trophées aussi en broderies d'or & d'argent ; les chifres forment le nom de Marie au milieu de deux couronnes. Celui des chevaliers de justice consiste en une dalmatique de satin blanc , sur làquelle il y a une croix de la hauteur & de la largeur de la dalmatique , écartelée de couleur tannée & de sinople, & par

dessus la dalmatique un long manteau de velours ama. rante au côté gauche duquel il y a une croix tannée en bro.

« PreviousContinue »