Page images
PDF

du tçms des Prophètes, on doit présumer qu'il y en avoir Tut, deux autres differens. Cependant il dit, que lorsque les Car-^^8 mes eurent reçu, le baptême de la main des Apôtres mêmes, TM* AR~ ils se divisèrent pourlors en trois classes avec des manières de vie différentes : que la première fut celle des Religieux qui vécurent en congrégation : que la deuxième suc celle des Religieuses qui vécurent aussi en congrégation avec voeu de clôture: 8c qu'enfin la troisième fut celle desTierçaires, qui vécurent avec leurs femmes & leurs parens dans leurs maisons , les uns & les autres fous la règle & les préceptes du sacré Ordre du Mont-Carmel. Ainsi, s'ils n'ont commencé à se séparer & â former trois différentes classes qu'après avoir été baptisés par les Apôtres y il s'enfuivroit que le prophète Abdias & la bisayeule de Jesus-Christ, n'auroient pas été plutôt du Tiers-Ordre des Carmes, que du premier ou second Ordre, supposé qu'il y en eût un , puisqu'il n'y avoie point encore de séparation.

La seconde contradiction que je trouve dans Coria } c'est qu'ayant dit qu'il n'est pas vrai que saint François soit le premier qui ait institué un troifiéme Ordre, il convient eníuite • que le pape Sixte IV. l'an 1476. donna permission au prieur gênerai, aux provinciaux , aux prieurs locaux de l'Ordre des Carmes &: à ceux qui tiendroient leurs places, de pouvoir donner J'habic régulier & la règle de leur Ordre aux personnes de l'un & de l'autre sexe qui se presenteroient pour le recevoir, de même que les Mantelées * & Pinzoches,ou les Frères de la Pénitence du Tiers-Ordre des Mineurs, & de ceux des Frères Prêcheurs ,& des Ermites de saint Augustin, & d'admettre aussi au même habit les vierges, matrones ,^ veuves & femmes mariées > d'où l'on doit conclure que fi le pape Sixte IV. a permis à l'Ordre des Carmes de recevoir ces sortes de personnes, comme ceux qu'on recevoic dans l'Ordre de saint François , c'est qu'ils n'en recevoient pas auparavant , & par conséquent que le Tiers Ordre de saint François est plus ancien que celui des Carmes.

Silvera fameux écrivain de cet Ordre a été, ce me semble, plus sincère que Coria ,& sans foire-remonter leur Tiers

* On appelle Martelées & Pinjíxhesem Italie, & Beates er. Espagne, certaines femmes habillécsen Religieuses, qui font de quelque Tiers-Ordie & demeurent lians leussmaisons particulières, soit seules ou avec leurs parens.

Tierî Ordre au tems du prophète Elie -y il avoue de bonne foi, que Ordre non feulement il n'a commencé que sous le pontificat de Des Car- sixte IV. en vertu de Ja bulle de ce Pape de l'an 1476. mais MES* même que S. François est le premier qui a institué un Tiers Ordre en 1 m. pour des personnes de l'un ôc de l'autre sexe, ausquellesle pape Nicolas IV. prescrivit une règle; qu'enfui-, te les autres Ordres, à l'imitation de ce feraphique Pere.onc eu des Tiers Ordres qu'ils ont établis 5 Ôc que lorsque l'Eglife chante dans son office cette Antienne i tres ordines hic ordinat, elle entend qu'il a été le premier qui ait établi trois Or. silvera, dres difFerens 5 voici fes paroles : Hanc facuLtatem récifiendi tpusc. v*r. ac admittendi Tertiarios habcnt Ordines Mendicantes, & primo usol. 3 s. fatffa Franciscus hujus facri Ordinis Patriarchaanftituit Fratres & S or ores hujus Ordinis de pœnitentiaanno Izzi. Ejus regulam prœscripfit Nicolaus IV'.anno 1. fui pontifieatus. Pofieavcaliœ Religiones ad ejus imitationem etiam Tertiarios instituerunt ac habucrunt; dr- Ecclcfia dum canit de S. Francisco; tres Ordines hic ordinat, intclligit quod ipfc fuit primus qui hos tresordinavit ac instituit. Lezana dit auíìì la même chose; il • trouve seulement â redire que Casarubios ait avancé que laine François étoit le seul qui edt établi unTiers-Ordre,puifque, dit Lezaua, il y en a qui prétendent que saint Dominique Lezana, à son imitation en a aussi institué un. Etquamvis ipse CasaruL. summ. qu. jn compen(l. verb. Tertiarii num, 14. § .sciendum eji ulteriuS: di««/>. 14! dtCdt quodfolus S. P. Franciscus Fratres éf Sororcs Tertii OrdiTtrtUriis. ni$ ficu de pœnitentia instituent, ut propterea de eo canat Ecclennm'' fia, Tres Ordines hic ordinat, &c. alii tamen etiam hoc tribuantS. Dominico , &dicunt folum illa de B. Francisco dici ab Ecclefia , quia ipse primus omnium fuit, & S. Dominicus adipïbìd. num.fius imitationem. Et après avoir dit en un autre endroit que *°' la règle des Tierçaires des Mineurs n'oblige à aucun péché, il ajoute qu'il en est de même des Tierçaires des Carmes, parce qu'ils n'ont été approuvés qu'à l'imitation de ceux de saint François 6c de saint Dominique. Jdemdicode Tertiariis nofiri Ordinis, eo quod ad instar Terliariorum Pradicaforum & Jrfinorum approbantur a Sixto Jf*,

Ce n'est donc que l'an 1477. que le Tiers Ordre desCarmeç a commencé en vertu de la bulle de Sixte IV. qui est le Mare magnum de l'Ordre des Carmes. Les frères &. sœurs de cç troisième Ordre n'avoient point autrefois d'autre règle quç celle que le patriarche Albert avoit donnée au premier Or^ Tiers dre; mais ils en eurent une dans la fuite, qui suc dressée Parp^cBR le Pere Théodore Stratius,general des Carmes vers l'an i63JMES, Scelle a été reformée l'un 1678.par le Pere Emilie Jacomelli, vicaire gênerai de cec Ordre, 6c contient présentement dixneuf chapitres. Conformément à cette règle on peut recevoir dans ce Tiers Ordre toutes sortes de personnes de l'un ôede l'autre sexe,ecclésiastiques 6c laïques, filles, veuves ou femmes mariées i pourvu qu'ils soient tous d'une vie exemplaire: qu'ils ayent une grande dévotion envers la Ste Vierge: qu'ils ne soient point déja reçus 6c profés dans un autre Tiers Ordre: qu'ils ne (oient point suspects d'heresie ou de désobéissance á la sainte église Romaine: qu'ils n'ayentpoinc quelque notable difformité de corps, ni de maladie ou incommodité qui puisse donner aux autres une aversion naturelle pour eux : qu'ils ayent honnêtement dequoi vivre,ou au moins qu'ils puissent gagner leur vie dans une vacation honnête. Ayant été reçus, ils font un an de noviciat, après lequel ils font profession en la manière suivante. Moi frère JV. ou sœur 2V. fais ma profession , & promets obédience & chasteté à. Dieu tout-puiffant, & k la B. Vierge Marie du Mont-Carmels & Au reverendiffìme Pere 27". gênerai du dit Ordre , & à fes successeurs , selon la règle du Tiers-Ordre jusqu'à la mort. Ceux qui font clercs doivent dire l'office divin , selon l'usage dç l'églisede Rome ou de leur propre diocèse -, les laïques lettrés le doivent reciter, selon l'usage de l'Ordre des Carmes, ou bien le petit office de la Vierge, 6c ceux 6c celles qui ne sçavent pas lire, doivent dire pour Matines vingt fois Pater noster, 6c autant de fois Ave Maria, excepté qu'aux Dimanches 6c Fêtes folemnelles, ce nombre doit être doublé. Ils en disent sept pour Prime, Tierce, Sexte, None 8c Complies , 6c pour Vêpres quinze. Outre les jeûnes qui font institués ôc commandés par l'Eglife, ils doivent s'abstenir de viande 6c jeûner durant l'Avent ôc tous les Vendredis de l'année, excepté celui de l'octave de Pâques. Ils font encore obligés à jeûner les Fêtes de l'Ascension, de la Pentecôte, du saint Sacrement, de la Nativité,Présentation, Visitation, Purification , Assomption ÔC Commémoration de la sainte Vierge ; ôc de plus tous les Mercredis, Vendredisôc Samedis, depuis la fête de la sainte Croix inclusivement jusqu'à * P b b iij

Tiers l'A vent, & depuis la Nativité de Notre-Seigneur jusqu'au Ordre Carême. En tout tems & en tout lieu, ils gardent l'abstinence Dis Car- je viande les Mercredis & Samedis,excepté le jour de la NaMES* tivité de Notre-Seigneur. Quant à l'habillement les frères & soeurs doivent avoir une robe ou tunique longue jusqu'aux talons, tirant fur le noir, ou rousse íàns ceinture, &. pardessus une ceinture de cuir noir , large de deux doigts. Ils doivent porter pardessous la tunique, selon la coutume du lieu, le scapulaire de six pouces de large & de telle longueur qu'il descende plus bas que les genoux. 11s doivent avoir aussi une chappe blanche à la façon d'un manteau descendant jusqu'à mi-jambe ,& ils la peuvent même porter en public ou la coutume le permet. Les sœurs ont un voile blanc fans guimpe ni linge au front & à la gorge , néanmoins dans les pays où ces sortes d'habits ne font point en usage parmi les Tierçaires, ils peuvent être habillés comme les séculiers en retenant la couleur tannée.

Coria prétend que les chevaliers de Malte dans leur origine ont été du Tiers- Ordre des Carmes. II dit que le B.Gerard leur fondateur étoit frcreconvers de l'Ordredes Carmes, & que fous l'autorité du gênerai, il institua un nouvel Ordre de Religieux Tierçaires, fous l'habit & la règle de celui du Mont-Carmel, pour combattre contre les ennemis de la foi & garder la Terre-sainte, & qu'on leur donna un couvent qui appartenois aux Carmélites, qui demeuroient dans le saint Sépulcre, & qui furent transférées dans un autre. Saraceni& Munoz font aussi de ce sentiment -, mais ils confondent ce B. Gérard , instituteur des chevaliers de Malte, avec un autre saint Gérard évêque &c martyr, & premier apôtre de Hongrie. Allègre voyant que cette opinion n'étoit pas sotîtenable 5 puisque cet apôtre de Hongrie est mort, selon le sentiment de presque tous les écrivains l'an 1042. & que le B. Gérard n'a institué l'Ordre des chevaliers de saint Jean de Jérusalem que l'an 1099. il en a fait deux Saints disterens, & tous deux enfans du prophète Elie, Mais je ne crois pas que les chevaliers de Malce soient de ce sentiment, non plus que les Bénédictins qui reconnoiílènt l'apôtre de Hongrie pour appartenir à leur Ordre , comme ayant été Religieux de la célèbre abbaye de saint George le Majeur à Ve

« PreviousContinue »