Page images
PDF

celle que le patriarche Albert avoit donnée au premier Or. TIERs dre, mais ils en eurent une dans la suite, qui fut dressée par ORDRE DEs CAR

le PereTheodore Stratius,general des Carmes vers l'an 1635.§

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

TIeRs l'Avent, & depuis la Nativité de Notre-Seigneur jusqu'au ORDRE Carême. En tout tems & en tout lieu, ils gardent l'abstinence oo CA*- de viande les Mercredis & Samedis,excepté le jour de la Na

[ocr errors]

tivité de Notre-Seigneur. Quant à l'habillement les freres & sœurs doivent avoir une robe ou tunique longue jusqu'aux talons, tirant sur le noir, ou rousse sans teinture, & pardessus une ceinture de cuir noir , large de deux doigts. Ils doivent porter pardessous la tunique, selon la coûtume du lieu, le scapulaire de six pouces de large & de telle longueur qu'il descende plus bas que les genoux. Ils doivent avoir aussi une chappe blanche à la façon d'un manteau descendant jusqu'à mi-jambe, & ils la peuvent même porter en public où la coûtume le permet. Les sœurs ont un voile blanc sans guimpe ni linge au † & à la gorge, neanmoins dans les pays où ces sortes d'habits ne sont point en usage parmi les Tierçaires, ils peuvent être habillés comme les seculiers en retenant la couleur tannée. Coria prétend que les chevaliers de Malte dans leur origine ont été du Tiers-Ordre des Carmes. Il dit que le B.Gerard leur fondateur étoit frere convers de l'Ordre des Carmes, & que sous l'autorité du general, il institua un nouvel Ordre de Religieux Tierçaires, sous l'habit & la regle de celui du Mont-Carmel, pour combattre contre les ennemis de la foi & garder la Terre-sainte, & qu'on leur donna un couvent qui appartenoit aux Carmelites, qui demeuroient dans le saint Sepulcre, & qui furent transferées dans un autre.Saraceni & Munoz sont aussi de ce sentiment , mais ils confondent ce B. Gerard , instituteur des chevaliers de Malte, avec un autre saint Gerard évêque & martyr, & premier apôtre de Hongrie. Allegre voyant que cette opinion n'étoit pas soûtenable , puisque cet apôtre de Hongrie est mort, selon le sentiment de presque tous les écrivains l'an 1o42. & que le B. Gerard n'a institué l'Ordre des chevaliers de saint Jean de Jerusalem que l'an 1o99. il en a fait deux Saints differens, & tous deux enfans du prophete Elie. Mais je ne crois pas que les chevaliers de § soient de ce sentiment, non plus que les Benedictins qui reconnoissent l'apôtre de Hongrie pour appartenir à leur Ordre, comme ayant été Reli†* de la celebre abbaye de saint George le Majeur à VeI111C,

[graphic]

,

[ocr errors]
[ocr errors]

de France, qui avoit fait venir les Carmes dans ce royaume, §

& les avoit établis à Paris, que de l'incorporer dans leur
Tiers.Ordre quelques centaines d'années après sa mort : de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

· Carmes n'avoient pas pouvoir de recevoir des Tierçaires ;

mais l'affaire ayant été portée au tribunal du collecteur apo-
stolique, il y eut une sentence rendue le 31. Août 163o. en
faveur des Carmes, confirmée par une autre du 6. Mai 163r.
sur l'appel qui avoit été interjetté de la † , & dans
l'une & l'autre de ces sentences, il n'y est parlé que de la
bulle de Sixte IV. -

Voyez Didace Martinez Coria, Manuale de las beatas y
hermanos Terceros de la Orden del Monte Carmelo. Theodor.
Stratius, in opuscul. de Tertiariis.Silvera, opuscul, varia. Reso-
lut. 38. Lezana, tom. I.summa quaest. Regul. cap. 13 de Tertia-
riis & tom. III. in Mar. Mag Carmelit. Gio Pietro de Cres.
cenzi, Presidio Romano, & la regle des Ticrfaires des Carmes.

aint Louis roi ORDRE

CARARcHI

CONFRA-
TERNITE
DENoTRE- C H A P 1 T R E L I I I.
DAME DU -

MoNT- - · · · §.. De l'Archiconfraternité de Notre Dame du Mont-Carmel - à Rome.

I nous avons parlé dans le chapitre précedent de la con\D gregation du § de la sainte Vierge établie dans l'Ordre des Carmes, où l'on donne à ceux qui s'y font inscrire un petit scapulaire, composé de deux rubans, ausquels sont attachés deux morceaux de drap de trois ou quatre pouCCS CI) † ce n'a été que pour faire voir l'erreur où etoit tombé le Pere Pabebroch en croyant que les Religieux de S. François ne donnoient à leurs Tierçaires qu'un cordon, & les Carmes aussi à leurs Tierçaires ces sortes de scapulaires , notre dessein n'étant pas de parler des simples confrairies dans cette histoire. Mais comme nous v faisons aussi entrer les congregations & societez seculieres, # semble que l'on doit mettre en ce rangles confrairies qui forment des especes de societés & qui sont distinguées par des habits particuliers,qui ont des statuts & des regles , des églises, des cimetieres, qui font publiquement des processions sous leurs croix particulieres, qui la plûpart n'admettent les confreres qu'après avoir été éprouvés pendant un certain tems, sous la conduite d'un maître des novices, & qui semblent former un corps

dans l'Eglise.
Telle est l'archiconfraternité de Notre-Dame du Mont-
Carmel à Rome. Il y en avoit autrefois une sous ce nom dans
l'église de saint Chrysogonne qui appartient aux Carmes de
la congregation de Mantoue , mais ayant été presque aban-
donnée, on en érigea une autre dans la même Eglise l'an
1543. sous le titre du S. Sacrement & de sainte Marie Mere de
Dieu du Carmel. La confrairie de Notre-Dame semblant
avoir été supprimée par l'union qui en avoit été faite avec
celle du saint Sacrement, le papeClement VlII. permit que
l'on en instituât une autre, sous le nom de Notre-Dame du
Mont-Carmel dans l'église de sainte Marie des Monts,qui ap-
Partient aussi aux Carmes, mais qui ne dépend d'aucune con-
gregation

Frere de l'Archiconfraternité

de N.D. du Mont-Carmel .

95.

« PreviousContinue »