Page images
PDF

ReLiGiEu-un grand nombre de filles,qui onrfairdes établistemens dans Ses Péni- des pays étrangers, comme en Plandre , en Allemagne ,&en Tentes d'autres provinces. Mademoiselle Acarie,après avoir procuré D Orvib- i^cablissement des Monastères de Paris, de Pontoile , d'Amiens^ de Rouen,prit l'habit de cet Ordre,& ne voulat être que soeur converse,fous le nom de íbeu r Marie del'Incarnarion. Ce fut dans le Monastère d'Amiens, & elle mourut dans celui de Pontoifel'an 1618.

De Marillac , Ereítion & institution de l'Ordre des Feligieuses Carmélites en France, plusieurs fattums t bulles, brefs, & sirrèts concernant cet Ordre.

Chapitre XLI.

Des Religieuses Pénitentes , ou Converties d'Orviete ,

en Italie.

NOus parlerons dans la troisième partie de cette histoire de plusieurs Communautés Religieuses de filles Pénitentes ou Converties, qui après avoir vécu dans le monde avec trop de licence & de dérèglement, se sont retirées dans la solitude du cloître , pours'y consacrer à Dieu par des vœux solemnels & y mener une vie pénitente, à Pexemple de sainte Marie-Magdelaine qu'elles ont prise pour leur patrone. Toutes ces communautés de filles pénitentes suivent la règle de S. Augustin ; mais il s'en trouve à Orviete en Italie qui suivent celle des Carmes; c'est pourquoi nous leur donnons rang dans cette première partie.

Antoine Simoncelli Gentilhomme d'Orviete , qui avoit beaucoup de pieté, fit bâtir dans cette ville une maison qui fut d'abord destinée pour y recevoir de pauvres filles abandonnées de leurs parens , &en danger de perdre leur hónneurmiaisl'an 1661. fous le pontificat d'Alexandre VII. certe maison sut érigée en Monastère, pour y renfermer sous clôture les filles ôc femmes, qui après avoir prostitué leur honneur dans le monde , voudroierit faire pénitence de leur vie déréglée , ôc se consacrer à Dieu par des vœux solemnels. Il s'en trouva plusieurs qui demandèrent à être reçues dans ce Monastère, & on leur donna la règle des Carmes approuvée

[graphic]
[ocr errors]

par Innocent IV. & mitigée par Eugène IV. avec des consti- Reucikututions particulières , qui furent approuvées par l'évêquesEs Peni-. d'Orviete. Tentes

Ces Religieuses ne font point de noviciat. Elles restent feu-d0rvie" lement quelques mois dans le Monastère en habit séculier, &. lorsqu'on leur donne l'habit de religion, elles renoncent publiquement à Tannée de probation, & prononcent en même tems leurs vœux folemnels,ce qui se fait en cette manière. Celle qui doit faire profession, après avoir été revêtue de l'habit de religion,étant à genoux devant la fuperieure,dit tout haut ces paroles :SeIon l'ordre établi dans cette Religion ,Cr confirmé par les souverains pontifes , je renonce al'année de probation , & prononce dès à présent, & fais ma prose ffìon comme ont fait les autres qui font entrées en cette Religion. Et mettant ensuite les mains fur les saints évangiles, elle prononce fa profession en ces termes :Je, nommée dans le fiecìe N. à. présent sœur N. de ma propre volonté , me donne moi-même a ce Monastère de sainte Marie-Magdelaine } de sainte Marie Egyptienne de sainte Thérèse ,aypellé des Converties, & promets à Dieu, à tous les Saints , & à vous , venerande mere sœur N. présentement prieure du même Monastère, & à celles qui vous succéderont & seront élues canoniqtement en votre place ^stabilité changement de mœurs, obéissance^ continence & pauvreté ì selon la rcgle du sacre Ordre de Notre-Dame du Mont Carmel 3que Von doit observer dans ce Monastert. Ainfi Dieu me soit en aide , & k* saints évangiles de Notre-Seiyieur.

La prieure lui met ensuite un Crucifix entre les mains avec un cierge allumé ,& fur \a tête une couronne. Les Religieuses chantent des antiennes, le Prêtre dit les oraisons 5 & après avoir donné la bénédiction à la nouvelle professe , on chante le Te Deum. Laprofesse faic ensuite un acte d'humiliation en demandant pardon publiquement de sa vie passée. Elle garde' le voile blanc pendant un an ,-après lequel on lui en donne un noir.

. Ces Religieuses ont les mêmes observances & le même habillement que les Carmélites Déchaussées , mais au lieu de sandales, ou à'Albcrgates 3 elles ont des pantoufles assez élevées , & leur voile noir est doublé d'une toile blanche.

Philipp. Bonanni ,catalog. Ord>Relig.part.}.pag. 16. & moires envoyés d'Orviete en 1711..

[ocr errors]

Tiers , . ——.

Ordre _ T T r

Des Car- Chapitre L11.

De t origine du Tiers-Ordre des Carmes, &* des Beates du

même Ordre.

%jS°ÌT E Pere Papebroch s'est trompé , lorsqu'il die, que la p sttsii.À I / marque que les Religieux de saint François donnent à t.tMtUtrt jeurs tierçaires est un cordon , & que celle que les Carmes * o. num. cjonnenc au^] a ieurs tierçaires est un petit scapulaire en forme de Billettes. C'est ainsi 3 dit-il, que les François nomment de petits morceaux de drap longs ôc quarrés $ & c'est auilì pourquoi l'on a donné à Paris le nom de Billettes, aux Carmes qui ne font pas Déchaussés.

Premièrement il n'est pas vrai que les Carmes de l'obfervance de Rennes, qui font ceux qu'on nomme Billettes à Paris , ayent été ainsi appellés , à cause du scapulaire en forme de Billettes qu'ils donnent aux personnes qui ont dévotion de le recevoir; car il y avoit déja plus de trois cens ans que ce nom étoit donné aux Religieux hospitaliers de la charité de Notre-Dame, qui cédèrent l'an 1631. à ces Religieux Carmes , le couvent des Billettes , qui fut bâti l'an 1194. en la rue des Jardins, appellée dans la fuite des Billettes, à la place dela maison d'un Juif, quiavoit fait plusieurs outrages à la sainte Hostie qui depuis ce tems-lá a été conservée avec beaucoup de vénération dans l'église de saint Jean en Grève : & quoique les François donnassent autrefois le nom de Billettes à des pieces d'étoffé d'or , d'argent, ou de couleur, plus longues que larges, qui se cousoient par intervalle sur les habits pour leur servir d'ornement, & qu'on a depuis transportées fur les écus, comme on peut voir dans les armoiries des maisons de Choifeul, de Beaumanoir, & de plusieurs autres j néanmoins ce mot a eu plusieurs significations , & fe Dictionai- prend encore pour une enseigne en forme de Barillet, qu'on ïelYcTre" metaux ^eux ou ^on doit péage. Ainsi il y a bien de l'apparenvouxC, au ce > <îue lenom de Billette quia été donné d'abord au Mona£ mot, Bu- tere que les Carmes occupent à présent depuis l'an 1631. qui littt. jeur £at cecj^ ^ & qUi a bâti comme nous avont dit , dès l'an iz 94. vient de ce qu'à la maison du Juif qui fut démolie, il y avoit pour enseigne trois ou quatre Billettes, comma

remarque

« PreviousContinue »