Page images
PDF

Carmes du bien suffisamment pour en nourrir plus que les quatorze. It Car-Aux Monastères qui íontpour être pauvres & non rentes, MELirEMe nombre des Religieuses du chœur ne doit être que de trei-* DECHAUS- ^ & £jasls Jes couyens rencc;s ï il ne peut y en avoir plus de

• vingt y compris les Sœurs converses. En été elles se levent à cinq heures, & font oraison jusqu'à six. En hiver elles se levent à fix heures, & font oraison jusqu'à sept, & avant le sou

λer elles ont encore une heure d'oraison.Elles jeûnent depuis 'Exaltation de la sainte Croix jusqu'à Pâques, ne mangent jamais de viande, si ce n'est dans les maladies ;& aux jeunes d'Eglise & tous les vendredis de Tannée , excepté ceux qui lbnt entre Pâques 8c la Pentecôte, elles ne mangent ni œufs ïii laitages. Le silence leur est recommandé depuis compiles qu'elles disentaprès souper, jusqu'à Prime du lendemain.Outre les disciplines de verge au jour qu'on fait de la série en calême ouenaventj & en tout tems, les lundis, mercredis, & vendredis, elles Ja prennent encore tous les vendredis del'année pour Taugmentation de la foi, la conservation de la vie, &des Etats des princes souverains, pour les bienfaicteurs , pour les ames du purgatoire , les captifs, & ceux qui font en péché mortel 3 & ce durant l'espace d'un Miséréré^ &. quelques oraisons.

Ces Religieuses aussi-bien que les Religieux ont une tunique 8c un scapulaire de couleur minime, 8c un manteau blanc étroit. Les Religieux mettent par dessus le manteau un ca

{)uce , aussi blanc, & les Religieuíès leur scapulaire par dessus a guimpe.Les uns ôcles autres couchent íur des paillasses posées fur trois ais. Les Religieux vont nuds pieds avec des sandales de cuir , 8c les Religieuses ont pour chaussure des souliers ou sandales de cordes que les Espagnols appellent Alperyites, & des bas d'une étoffe grossière comme la robe.

Outre les deux congrégations des Carmes déchaussés dont nous avons parlé , il y en eu c une troisième qui prit aussi naissance en Italie, mais qui fut supprimée dans Ion berceau. Dès le commencement de la séparation des deux congrégations d'Espagne 8c d'Italie,il y eut de la contestation entre elles au sujet des Religieux de cette reforme, que les papes Clement VUI.&Paul V. envoyèrent en Perse en 1604. & 1605. en qualité de Missionnaires Apostoliques. Ceux d'Espagne |>retendoient qued'envoïerdesReligieux dans les pais étrangérs, c'étoit aller contre l'efprit de leur reforme. Ceux d'I- Carmes talie soucenoient au contraire que ces sortes de missionsET car" étoient conformes à l'efprit de la Reforme. II y cut nKrae!E"T" ■

11-./- I 11 ' DECHAUS"

des Espagnols qui entrèrent dans leur sentiment, entre au-Se W 1 tres,le pereThomas de Jésus, qui écrivit en faveur des Italiens. Mais comme c'étoit un saint homme qui avoit un grand zele pour le salut des ames, & qu'il apprehendoit que ces contestations n'empêchassent les fruits que les missionnaires de leur reforme pourroit faire, il persuada à Paul V. d'érigerune congrégation deCarmes dechauílés, dont la fin feroit uniquement deprocurer le salut des ames dans les pays étrangers , soit parmi les infidelíes, soit parmi les schismatiques 8ç hérétiques. II s'associa pour cet effet avec quelques Religieux des congrégations d'Espagne &. d'Italie 5 Sc obtint du pape un bref du 22. Juillet i6o8.quilesexemtoit de la jurífdictionde ces deux congrégations, & les incorporoit dans une nouvelle congrégation que fa Sainteté érigeoit fous le nom de S. Paul, pour travailler à la conversion des infidelíes, &. nommoit le P. Thomas pour commissaire gênerai de cette nouvelle congrégation. On avoit déja commencé un Monastère pour les Religieux de cette congrégation proche la place Farnezeà Rome, lorsque les deux congrégations d'Espagne & d'Italie, s'étant accordées ensemble, obtinrent du pape la suppression de cette nouvelle congrégation par un bref du 7. Mars 1613. qui portoit aussi que le Monastère qui avoit été commencé prochel'Eglife de sainte Susanne, aux Thermes de Diocletien, serviroit pour toujours,de séminaire pour les missionnaires, qui seroient destinez pour la conversion des infidelíes &des hérétiques. Ce monastère étant en état d'être habité, le P. Jean de Jésus qui étoit pour lors gênerai, obtint du même pontife l'érection de ce séminaire íousle titre de la conversion de saint Paul, & que les trois mille écus Romains que le Baron Cacurri avoit laissés par son testament pour les missions des Carmes déchaussés, y seroient appliqués. L'on y fit venir l'an 1620. deux Religieux de chaque Province, qui donnèrent commencement à ce séminaire des missions, dans ce couvent de la conversion de saint Paul > qui a été appellé dans la fuite Notre-Dame de la Victoire. Mais comme il y eut quelques différends entre le gênerai ses definiteurs, & les pères de la province de Rome ? au (u-'

[ocr errors]

€ARMEsjec du gouvernement de ce séminaire. Le Pi Dominique de fcr Car- la sainte Trinité^François 3 pour obvier aux inconveniens qui Meutes pouvoient arriver de ces différends qui ne pouvoient être que préjudiciables aux Missions, chercha les moyens de pouvoir transférer ce séminaire en un autre lieu , ôc le rendre immédiatement soumis aux généraux ÔC à ses definiteurs. II y réussit , 8c obtint pour cet effet du cardinal Maildachini l'an 16 61. l'Eglise ôc le Monastère de saint Pancrace hors des murs de Rome, qui avoient appartenus aux Religieux de saint Ambroise , dont l'Ordre avoit été supprimé, ôc duquel Monastère le cardinal Maildachini étoit abbé commendataire. Ce gênerai fît rebâtir l'Eglise ôc rétablir les lieux réguliers , ôc ses bâtimens ayant été achevés en 1665. il y transsera le séminaire des Carmes Déchaussés, qui depuis ce tems-là a toujours été soumis immédiatement au gênerai de cet Ordre & à ses definiteurs,qui yenvoyentles sujets qu'ils jugent les plus propres pour les Missions. Us y apprennent pendant trois ans les langues orientales, 6c huit jours après leur arrivée dans ce couvent, ils doivent faire voeu d'aller en quelque Mission que ce soit pour la conversion des hérétiques 6c des infidèles à la volonté de leurs supérieurs. Ces Missionnaires ont déja des maisons à Hifpaham capitale de Perse, Sindi,ôí Tatah dans les états du Mogol, dans le Malabar, à Bassara, au Mont-Liban, à Alep, à Goa Ôcen plusieurs autres lieux, tant de la Syrie que des Indes Orientales.

Cet Ordre a pour armes chapé d'argent 6c de couleur tannée , ce dernier terminé en croix, accompagné de trois étoiles de l'un de l'autre , deux en chef ôc une en pointe, l'écu timbré d'une couronne ducale, d'où fort un bras vêtu d'une étoffe de couleur tannée , ayant en main une épée á laquelle est attaché un rouleau avec cette devise: Zclo zelatus j'um pro Domino Deo exercituum y la couronne surmontée de huit étoiles d'or disposées de manière, qu'elles ferment la couronne.

Voyez les historiens Carmes que nous avons ci-devant cités *vec Francisco di S. Maria, Reforma delos Defcalcos de nosira Segnora del Carmen. La mème traduite en François par le Pcrê Gabriel de la Croix, & en Italien far le Pere Gaspard de laint Michel. Alphonse de lamcre de Dieu a donné le catalo* fpe des écrivains des Carmes Dcchaujfés qui se trouve imprimé

A ta

[graphic]
« PreviousContinue »