Page images
PDF

de sorte qu'il demeura avec ceux de sa suite hors du couvent,RELIcIEuce qui l'obligea de les excommunier & de mettre le couvent sos CAR

en interdit, & il ne leva ses censures, qu'à condition qu'ils* souffriroient la visite qu'il fitavec beaucoup de douceur.Mais Dieu prit vengeance de cet excès , une maladie contagieuse emporta en peu de tems la plus grande partie des rebelles & retint les autres dans la soumission, ce qui arriva l'an 1461. S'il étoit si severe à punir les rautes de § , il pardonnoit aisément les injures qui regardoient sa propre personne, & par ce mêlange de douceur & de severité, il reforma un † nombre de couvents ausquels il prescrivit de saintes loix qui furent observées avec beaucoup d'exactitude.

Ce ne fut pas seulement en cette maniere qu'il procura le bien de son Ordre. Il institua,comme nous avons dit, les Religieuses du même Ordre, & obtint pour elles du pape Nicolas V. les mêmes privileges que les Ordres de saint Dominique & de saint Augustin avoient pour la reception de pareilles Religieuses. Il fonda cinq couvents de ces saintes Filles. Il eut toûjours grand soin d'elles , & nonobstant qu'il

commît quelquefois à d'autres la visite de quelques couvents

[ocr errors]
[ocr errors]

RELIGIEusEs CARMELITES•

Ce fut en 1462. que ce general tenant son chapitre à Bruxelles, on examina & approuva les constitutions qu'il avoit faites pour la reforme, & animé toûjours du zele de cette reforme, il alla trouver le pape Paul II. duquel il obtint une bulle en 1466. qui confirmoit ce qui avoit été ordonné dans des chapitres generaux touchant l'élection des prieurs des couvents reformés. Enfin étant venu en France pour achever la reforme de.tous les couvents qui y étoient établis, étant à Nantes avec le provincial de Touraine & un autre Pere qu'il avoit dessein d'y laisser pour prieur, afin de maintenir la reforme qu'il y vouloit introduire ; on leur donna à manger des mures empoisonnées.Sitôt qu'ils en eurent mangé, il y en eut un qui tomba mort subitement, les deux au

tres, quoique malades à l'extrémité, sortirent de ce couvent

& vinrent avec beaucoup de peine à celui d'Angers, où par
la force des remedes, il y en eut un qui échapa, l'autre qui
fut le B. Soreth en mourut : il fit une confession generale de
toute sa vie, reçut le saint Viatique & l'Extrême-Onction,
avec une pieté exemplaire, & pardonna à ceux qui avoient
été cause de sa mort, qui arriva l'an 147I. Il s'est fait plu-
sieurs miracles à son tombeau, & les Carmes lui donnent le
titre de Bienheureux. Dans le chapitre tenu à Ast en Pié-
mont en 1472. on confirma les constitutions qu'il avoit fai-
tes, & il fut ordonné que toutes les provinces en auroient
un exemplaire.
Les Religieuses sont habillées comme les Religieux, elles
ont une robe & un scapulaire de drap couleur de minime ou
tannée, & au choeur elles mettent un manteau blanc, avec
un voile noir. Il y a plusieurs Saintes de cet Ordre parmi les-
quelles se trouve sainte Marie-Magdelaine de Pazzi, quifut
canonisée par le p† Clement IX. l'an 1669.
Lezana,Annal. Sacri prophetici & Eliani Ordinis Tom. IV.
Louis de sainte Therese, succession du prophcte Elie.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

CARMES

- DE LA C H A P 1 T R E X L V. CoNGRE

GATION DH
MANTouE.

Des Carmes reformés de la Congregation de Mantoue.

E s écrivains de l'Ordre des Carmes ne s'accordent point touchant le fondateur de la Congregation de Mantoue. Il y en a plusieurs qui donnent cette qualité au P. Thomas Conecte,François de nation, natif de Rennes en Bretagne, & fameux prédicateur de son tems, qui parut en Flandre & en Artois l'an 1428. Il étoit ordinairement suivi † un si grand nombre d'auditeurs ; que prêchant à Camrai , à Arras, à Tournai , & dans d'autres villes de Flandre & d'Artois,il s'est trouvé quelquefois jusqu'à seize & vingt mille personnes à ses sermons , & on le suspendoit au milieu de l'Eglise avec une corde, afin qu'il pût être entendu de tout le monde. Il fit le voyage de Lyon monté sur un âne , suivi par plusieurs Religieux & quelques personnes du menu peuple, attirés plûtôt par sa vie austere & penitente, que par sa doctrine, qui, selon quelques auteurs, n'étoit pas orthodoxe. Etant arrivé à Lyon, il y prêcha avec tant de fruit, que plusieurs dames de qualité renonçant au luxe & à la vanité, lui apporterent en pleine assemblée leurs ornemens & leurs bijoux qu'il fit brûler sur un échaffaut dressé exprès. Les jeunes gens abandonnoient le jeu. Les § fuyoient les cabarets.Et il s'acquit une si grande estime parmi le† celui-là s'estimoit heureux qui pouvoit conduire son âne par le licou, ou en arracher quelque poil qu'il conservoit precieusement. Il partit de cette ville l'an 1432.pour aller à Rome, dans le dessein, à ce qu'il disoit, de reformer le Pape & les cardinaux. En effet y étant arrivé, il prêcha avec emportement contre les mœurs de cette cour, & avança même quelques erreurs, ou du moins quelques verités trop libres. Le pape Eugene IV. le fit mettre en prison, & donna ordre au cardinal de Rouen, pour lors protecteur de l'Ordre des Carmes,& au cardinal de Navarre, de lui faire son procès. On le condamna à être brûlé, & il fut executé publiquement à Rome

l'an I433

« PreviousContinue »