Page images
PDF
[graphic]

Crefcenze die qu'en 1641. Dom Hilarion Mazzolaride Vied» Crémone Religieux de l'Ordre de saint Jérôme, chercha B. Aldans les archives de Rome, dans les bullaires & dans les bi-BERT* bliotheques, & qu'il ne trouva rien concernant cette bulle dePier Cre£ Leort IV. & les autres alléguées par les Carmes. II faut fans «nz. P«doute que les originaux de ces bulles ayent eu le même fort-^'" Ktma queceluidela bulle fabbacinequi fut portée en Angleterre «jî' ( à ce que disent les Carnles ) avec l'original d'one bulle d'Alexandre ,V. par le pere Alphonse de Therane, où ils ont été perdus. Mais quoique Sixte IV. par fa bulle de l'an 1477. ait confirmé celle de Léon IV. &les autres contestées, ce n'est pas une conséquence qu'il les ait vues, il s'en étoit rapporté feulement, comme font les autres papes , à l'expofé que lui avoit fait le pere Christophle Martignon gênerai des Carmes : Saneficut exbibita nobis nuper pro farte Chrifiophori Martiytoni diíli Ordinis generalis magistri petitio continebat, &c. Ainsi ce n'est pas au pape Sixte IV. à qui l'on s'en prend t c'est à celui qui a mal exposé. Mais c'est aílèz parler de ces prétendues bulles ; nous allons donner la viedu legistateur des Carmes dans le chapitre suivant.

Chapitre XLII.

Vie du B. Albert, patriarche Latin de Jérusalem, &* legifla-. teur de l'Ordre des Carmes.

L'ordre des Carmes est trop illustre dans l'Eglise pour ne pas parler du B. Albert patriarche de Jérusalem, qui lui a prescrit des loix qui ont servi á le maintenir dans la régularité & cette exacte observance, où il s'est maintenu depuis tant d'années; & avant que de rien dire de son grand progrès, & de cet agrandissement qui lui a procuré la gloire & l'avantage de tenir un des premiers rangs parmi les Ordres Religieux , nous donnerons un abrégé de la vie de son législateur. Le bienheureux Albert n'étoit point François d'origine , ni petit-neveu de Pierrel'Ermke, d'Amiens, comme plusieurs écrivains Vont avancé. 11 prit naissance à Castrodi. Gualteri en Italie , dans le diocèse de Parme, & fut destine àl'étude des lettres & au service de l'Eglise par sesparens, * Tome I. Rr

Viëdu qui avoienc rang parmi la noblesse du pays. A peine eut - il achevé íes études , qu'il renonça au monde pour se donner

RT" encieremenc au service de Dieu. II prit l'habic de Chanoine Régulier au Monastère de sainte Croix de Mortare dans le Milanois, où il fit en peu de tems un fi grand progrès dans la vertu, qu'étant encore jeune, il fut élu prieur de ce Monastère.

Sa réputation s'étant répandue au dehors,il fut choisi trois ans après pour être évêque de Bobio ; & dans le tems que fa modestie & son humilité lui faisoient naître de jour en jour de nouvelles difficultés pour ne point accepter cette dignité, & qu'on lui vouloit faire violence pour l'enlever de son Monastère, l'évêché de Verceil étant venu à vacquer, il fut aussi élu pour gouverner cette Eglise -} mais ceux de Verceil eurent , avec beaucoup de difficulté, le consentement que ceux de Bobio n'avoient pu obtenir , & pendant vingt ans qu'il fut leur pasteur, il en remplit les devoirs avec toute la vigilance qu'on pouvoit attendre d'une períònne qui n'instruisoit pas moins ses peuples par les exemples de fa vie, que par ses discours 5 ce qui ne servit pas peu à la reforme de son clergé &c de ses autres diocésains, quiavoient honte d'être dans le desordre, lorsque leur pasteur pratiquoit toutes les vertus dans un degré éminent.

Son principal foin fut de procurer à son Eglise les biens spirituels j mais en même tems il lui en procura de temporels, en acquittant ses dettes dont elle étoit beaucoup chargée, & en augmentant ses revenus. II l'embellitpar de nouveaux édifices , il en défendit les droits , conserva ses immunités ; & comme il n'étoit pas moins habile jurisconsulte ôccanoniste, que bon Théologien } il ne poursuivit aucune cause dont il. ne fut pleinement persuadé de la justice , ce qui faisoit que dans toutes les poursuites, il en obtint toujours le succès qu'il en avoit espéré.

II fut choisi par le pape Clément III. & par l'empereur Frédéric I. pour être médiateur entre l'Eglife Romaine & l'empire,& l'arbitre de leurs différends. L'on ajoûte même qu'il fut honoré du titre de prince de l'empire par Henri VI. successeur de Frédéric , qui accorda aufìì à ía considération , plusieurs grâces à Péglife de Verceil. Le pape Celesçin III. successeur de Clément, le combla auíH de bienfaits > & Innocent III. imitant íes prédécesseurs , l'employa pour Vie Du ménager un accommodement entre les peuples de Parme &B. Al- . de Plaisance qui étoient en guerre. BERT*

Sa réputation passa Jes mers -, &c soit que la sainteté de sa vie, 6c les emplois qu'il avoit eus, l'eussent fait connoître en Terre-Sainte, ou qu'il y eût fait lui-même un voyage:il fut nommé l'an 1104. patriarche de Jérusalem, d'une voix commune, par ceux qui s'assemblèrent en Palestine pour donner un successeur à Monachus onzième patriarche Latin de Jérusalem , sur le refus que fit le cardinal Soffredo légat du pape en Palestine , d'accepter cette dignité , à laquelle il avoit été aussi élu. Monsieur Baillet dit que ce fut à Hera- 1 clius qu'il succéda , qui étoit le dixième patriarche Latin; mais nous aimons mieux suivre la chronologie de ces patriarches , que le pere Papebroch nous a donnée au commencement du troisième tome du mois d» Mai des actes des saints, où il met Heraclius pour le neuvième patriarche, auquel succéda Sulpice, qui eut pour successeur Monachus, à qui succéda saint Albert.

Le pape Innocent III. témoigna la joie qu'il avoit ressenti de son élection , par une lettre qu'il lui écrivit à ce sujet le vingt-uniéme Février de la même année, dans laquelle il Combat les excuses qu'il pourroit alléguer pour refuser cette dignité, &l en même tems il lui donne des instructions fur ce qu'il avoit à faire & à souffrir dans ce pays. II le fit venir à Romepour recevoir fa confirmation ,&il ne se contenta pas delui donner le Pallium avec la dignité de patriarche j mais il le fit encore son légat pour quatre ans dans la Palestine, & le combla de privilèges.

Albert retourna à Verceil pour mettre ordre, aux affaires de son Eglise & pourvoir á un successeur. 11 s'embarqua ensuite sur un vaisseau Génois pour la Terre-Sainte , où il aborda l'an 1106. &. établit fa résidence à Acre , autrefois Ptolemaïde en Phénicie, où les patriarches Latins de Jérusalem se retirèrent , lorsque les Sarasins se rendirent maîtres de cette ville. Les patriarches de Jérusalem y firent leur résidence., quoiqu'il y eût un évêque particulier ,& les choses demeurèrent en cet état jusques fous le pontificat d'Urbain IV. qui voyant qu'il n'y avoit point d'espérance qu'on pût reprendre la ville de Jérusalem, & qu'il n'étoit pas convena

Viédu ble que le patriarche demeurât comme hôte dans une autre B. Al- vjne unjc pévêché d'Acre au patriarchat de Jérusalem. Saint Albert vêcut à Acre dans un martyre continuel , joignant aux travaux & aux persécutions du dehors qu'il eût à souffrir, la mortification de sa chair, les jeunes, les veilles, 8c plusieurs autres austérités ; ce qui lui attira l'estime ôc le respect, non seulement des Chrétiens} mais même des infidelles,

Çe futl'an 1109. que Brocard supérieur des Ermites, que Berthold avoit ramassés fur le Mont-Carmel, comme nous avons dit dans le chapitre précédent, s'adressa à lui, afin qu'il leur prescrivît une règle qu'ils pussent suivre. II leur en donna une fort courte qu'il renferma en seize articles 3 8c qui fut dans la fuite divisée en dix-huit chapitres^après les additions 8c mitigations qui y furent faites par les commissaires deputés par le pape Innocent IV. Cette règle primitive du patriarche Albert fut adressée à Brocard ôc aux Ermites qui demeuroient avec lui, qui embrassèrent cette règle avec joie j & pour satisfaire au premier article, où il est parlé de sélection d'un supérieur, ils se soumirent à Tobéíflance de Brocard qui fut établi prieur de cette petite congrégation, qui a eu depuis de si grands accroissemens 5 8c qui ayant passé du Levant en Europe , s'est répandue par toute TÉglife. C'est ainsi que le B. Albert a mérité le titre de legiflateur de Tordre des Carmes, qui a pris pour son patron le prophète Elie, au sujet de la retraite qu'il a faite sur la montagne de Carmel; il prétend même Pavoir eu pour son fondateur, 8c s'est mis au/fi fous la protection particulière de la sainte Vierge.

Le pape Innocent III. ayant convoqué le concile de La* tran qui se tint l'amzij. y manda le B. Albert, avec lequel il avoit entretenu un grand commerce de lettres. Mais ce pape n'eutpas la consolation de voir ce saint patriarche, qui étant à la procession le jour de la fête de l'Exaltation de la sainte Croix , le quatorze Septembre de l'an 1114. fut assassiné par un Italien de CalulTìo au Mont-Ferat, pour se venger de ce que ce saint étant évêque de Verceil,l'avoit repris de ses de£ ordres ; c'est ce qui a fait que Philippes Ferrari dans son catalogue des saints Sc des bienheureux .d'Italie omis dans Iç Martyrologe Romain , l'y a inféré au quatorze Septembre, ôc lui a donné le titre de martyr, comme ayant répandu sojj

« PreviousContinue »