Page images
PDF

distingué des autres, des exercices reglés & uniformes, des écoles, des colonies; & c'est ce qu'on ne trouve point qu'après saint Antoine. Il est aisé de répondre à cela , en disant que durant les trois premiers siécles de l'église il n'y a point eu d'autres regles monastiques que les conseils évangeliques , qu'il s'est pu trouver des communautés ; comme nous avons montré dans le Paragraphe Il I. qui n'éroient que de cinq , de six , ou de dix au plus,comme M deTillemont en demeure d'accord.Les |† ne permettoient pas qu'elles fussent plus nomreuses. L'habit que saint Palemon donna à saint Pachome, temoigne assez qu'il y avoit un habit particulier pour lesMoines. Celui qu'il portoit lui - même, lui avoit été donné sans doute par ceux qui l'avoient instruit dans les pratiques de la vie solitaire , & ayant été instruit dans ces pratiques , c'est une preuve que ces solitudes étoient des écoles où l'on aporig. in prenoit la pieté en même tems qu'on la pratiquoit. Origene # o ayant mené la vie des Ascetes, l'a marquee comme un état - distingué entre les Chrétiens , lorsqu'il dit qu'ils sont attachés uniquement au service de Dieu , degages des affaires temporelles , combattans pour les foibles par la priere, le jeûne , la justice , la pieté , la douceur, la chasteté , & par toutes les vertus , ensorte que les foibles mêmes profitent de leurs travaux. On trouve aussi dans ces Ascetes ou Solitaires des exemples de ces colonies que le P. Thomassin demande , puisqu'ils étoient répandus par toute la terre. Leurs exercices sont assez connus, ils étoient reglés & uniformes , ils vivoient par tout dans une grande retraite, ils gardoient tous la continence , & la vie de ceux qui gardoient ainsi la continence , est appellée vie monastique ou strom. liv. solitaire par Clement d'Alexandrie , comme nous avons dit # ailleurs. Ils renonçoient aussi à tous les biens de la terre , # 7 " pour embrasser la pauvreté ; ils châtioient leurs corps , & le reduisoient en servitude , pour pratiquer le conseil de l'Apôtre. Tels étoient donc les Moines des trois premiers osiécles. Mais pourquoi le P. Thomassin exige-t-il des Moines des trois premiers siecles des regles écrites, puisqu'il n'en demande point à ceux du quatriéme ? car en parlant des regles écrites & non écrites que distingue saint Gregoire de

[ocr errors]

Thom.

Nazianze, & qu'il dit que saint Basile donna à ses religieux ,
il ajoûte encore qu'on pourroit bien penser que les monas-
ceres d’Egypte & de la Palestine, avant S. Bafile, n'avoient as
que des regles données de vive voix, écrites sur les ta-
bles immortelles des cœurs, & dans les mæurs & coûtu- « Discil. Ec.
mes de saints religieux. Disons donc ( conținue cet Au-cc. i.
teur ) que lorsque les congregations n'avoient point d'au. c num.'s!
tre regle que l'évangile , elles étoient parfaitement sou- «
mises aux évêques par la divine autorité de cette regle ,
puisque les évêques sont les successeurs des apôtres.
Cela étant, il n'y a donc point d'inconvenient de dire que
les Moines des trois premiers fiecles ont pû vivre sous la re-
gle de l'évangile ; puisque , selon le pere Thomassin , ceux du
quatriéme siecle n'ont point eu de regle écrite avant saint
Basile.

Il reconnoît qu'il y a eu de veritables religieuses dès
le commencement de l'église ; pourquoi ne dirons-nous pas
qu'il y a eu de veritables religieux ? & l'on doit enten-
dre qu'il y a eu de veritables religieuses , lorsqu'il dit as
qu'il faut ingenuement avouer que la profession des veu. «
ves & des vierges est beaucoup plus ancienne que celle co
des Moines ; car en comparant la profession des veuves
& des vierges des premiers siecles , à celle qu'ont fait les
Moines , c'est les reconnoître pour religieuses ou monia-
les ; puisqu'elles avoient deslors les mêmes engagemens que
les Moines n'ont eu , selon lui, que dans la suite. Et après
avoit rapporcé l'occupation de ces veuves & de ces vierges, il chap. sc.
ajoûte ; »ce silence , cette retraite , ces mortifications, an.8
cette application continuelle à la priere & à la lecture des as
saintes lettres, nous obligent de croire qu'avant qu'il y a
eût des monasteres distingués des maisons communes,

il y avoit autant de veritables monasteres qu'il y avoit de co maisons communes , où ces vierges saintes habitoient au « milieu des villes & de Rome même ; & il cite ce que dit co saint Jerôme écrivant à Marcelle, en lui faisant l'eloge de sainte Afelle : Vt in Urbe turbida inveniret Eremum Mona.. HierEp. ad chorum.

Land.Afel, Il paroît par-là que selon le P. Thomassin les maisons où demeuroient ces vierges & ces veuves; non seulement des trois premiers siecles de l'église , mais encore du quatrième,

Ibid.

Marcell.de

!

Pallad

tomme ci-desus

étoient comme de veritables monasteres , quoiqu'elles für.
sent des maisons communes & ordinaires ; pourquoi donc ne
veut-il pas qu'il y ait eu aussi dès ce tems là des Moines qui
demeuroient dans des maisons communes & ordinaires, com-
me dans de veritables monasteres ? Mais nous ne demeurons
pas d'accord avec le P. Thomassin, que sainte Alelle , & quel-
ques autres veuves & vierges qui étoient sous la conduite de
saint Jerome,ne vivoient pasdans des monafteres distingués
des maisons communes , & nous sommes obligés de croi.

re Pallade qui se connoissoit parfaitement bien en veri. Hist. Lau. tables monasteres , & qui nous assure qu'étant à Rome Cap. 133. il avoit veu sainte Aselle qui avoit vieillie dans un mo

naltere.

Се que nous avons dit , que le pere Thomallin reconnoît pour de veritables religieuses les veuves & les vierges des premiers siecles qui étoient consacrées à Dieu, est confirme par

» ce qu'il ajoûte dans la suite. » Il y avoit , dit il, deux lorThom.

» tes de filles religieuses : les unes s'étoient consacrées à

» Dieu , en prenant l’habit brun & modeste qui distinguoit 2.9.6 11. » les vierges religieules des autres

religieules des autres , & c'étoit la marque de » leur profession. Les autres avoient reçu de la main de l'é

vêque un voile de consecration au jour de quelque fête » solemnelle, en présence de tout le peuple , pendant qu'on » celebroit lé facrifice ....... Ces filles prenoient elles » mêmes, ou recevoient des mains de leurs parens ces ha. » bits vils & modestes qui étoient des marques publiques » de leur profession; mais il y en avoit d'autres qui rece.

» voient de l'évêque le voile d'une confecration plus lainHieron. » te & plus auguste. Telle fut Demetriade à qui faint Jerô. ad Deme- „ me écrit en ces termes : Scio quod ad imprecationem Ponferv. virgi-» tificis , flammeum virginale fanétum operuit caput. Telle

„ fut aussi celle , dont il parle en un autre endroit ? Pof

Apoftoli Petri Bafilicam , in qua Christi flammeo conse.
Sabinig. » crata eft &c. Ce n'est pas que le voile des autres vierges

'» religieuses ( continue ce sçavant écrivain ) ne fût faint,
» & ne fit connoître le væu qu'elles avoient fait de leur

virginité ; car Tertullien le fait allez connoître , quand il
de Virginia
bus velan- » dit que ceux qui dévoilent ces filles , sont des lacrileges:

» O sacrilegæ manus quæ dicatum Deo habitum detrahere po.
3 tucrunt.

nitare.

Idem ad

num.

Tertul.

[ocr errors]

dis,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Bolland. Act. Ss. in vit. S. Ant. 1 7.Jan.

S. Denys d'Alexandrie parle avec éloge, peuvent avoir été
aussi des Solitaires, comme quelques-uns ont cru; puisque les
noms de Therapeutes , § , d'Anachoretes, de Moi-
nes, de Solitaires, de Religieux & d'Ermites, ont été don-
nés indifferemment à ceux qui ont fait profession de la vie
Monastique.
Que § Paul a merité d'être appellé le premier des Er-
mites, c'est un nom qui lui a été donné par excellence, pour
avoir été le plus celebre dans cette profession. C'est pourquoi
ceux qui choisirent le même genre de vie , le regarderent
comme leur chef; étant bien juste qu'ils prissent pour modele
un homme, qui avoit mené sur la terre une vie toute angeli-
que pendant quatre-vingt-dix ans, sans avoir eu communi-
cation avec aucun homme ; sinon avec saint Antoine, à qui
Dieu le fit connoître, pour apprendre par lui-même sa vie
admirable, & donner la sepulture à son corps.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »