Page images
PDF
EPUB

ee voyage qu'il crût être l'autographe , & dont il envoya une ORDRE traduction à Amsterdam à Berthold Nihuse son ami, qui le des CARfit imprimer en 1633. On le trouve à la tête des opufcules MES. d'Allatius, & les continuateurs de Bollandus l'ont mis au commencement du second tome du mois de Mai. Comme il avoit d'abord été imprimé en Hollande , il parut suspect aux Carmes, qui lui opposerent un autre voyage fait en Terre-Sainte par un saint Antonin martyr. Mais les mêmes continuateurs de Bollandus pretendent que ce voyage rempli de fables , qu'ils ont mis aussiаu commencement du second To. me du mois de Mai, n'a été inventé que par un écrivain du douziéme siécle.

Si les Carmes furent surpris que ces continuaceurs de Bollandus, après la priere qu'ils leur avoient faite , avoient eu si peu d'égard dans le premier tome d'Avril, à la tradition de leur Ordre , dont le pere Papebroch n'avoit fait remonter l'origine que jusqu'au douzième siécle ; ils ne le furent pas moins, lorsque dans le second come du même mois, ils virent que le pere Papebroch leur disputoit d'anciens couvens qu'ils pretendoient leur avoir appartenu avant le douziéme siécle, & qu'ils regardoient comme faux & supposés, les titres sur lesquels ils appuyoient leur pretention. C'est ce qui obligea encore le pere François de Bonne-E{perance de don ner un second volume de son arsenal historique-chronologique ; & comme il n'avoit donné le premier que pour exciter les continuateurs de Bollandus à lui repondre par un traité particulier , & qu'ils ne l'avoient pas fait, les approbateurs de cet arsenal, Religieux Carmes, attribuerent la victoire,au. pere François de Bonne-Esperance.

Ce pere mourut l'an 1677. & la mort fut suivie l'année suivante par celle du pere Daniel de la Vierge Marie, qui avoit été aussi l'un des adversaires des continuateurs de Bollandus &qui y avoit attaqué en particulier le perePapebroch,contre lequel'il avoit composé un craire sous le titre de Propugnacu. lum Carmelitanæ hiftoriæ ; mais en combattant le pere Papebroch, il l'avoit fait d'une maniere honnête, telle qu'elle se pratique entre gens sçavans. Le differend ne fut moins terminé par la mort de ces deux adversaires des Bol. landistes, & nonobstant le second arsenal du pere François de Bonne - Esperance, ils demeurerent dans le silence

pas nean.

MES.

[ocr errors]

ORDRE jusques en l'an 1680. qu'ils donnerent les trois premiers to.
DES Car-mes du mois de Mai. Les Carmes dans le cours de l'impres-

sion de ces trois volumes, Içachant qu'on y devoit parler de
faint Ange martyr de leur Ordre , demanderent au Pere
Papebroch communication de cette vie , afin de l'examiner
avant que ces trois tomes fussent publiés. Il fit d'abord dif,
ficulté de la leur montrer; mais enfin voulant les conten-
ter , il l'envoya à Rome à son general pour la faire voir à
celui des Carmes. Cet examen traîna fi fort en longueur
que les trois premiers tomes de Mai furent achevés avant
que l'on eût réponse de Rome. Le Libraire s'ennuyant de ne
les point debicer , & le Pere Papebroch étant pressé de partir
pour aller en Vvestphalie , consentir enfin que le Libraire
exposât en vente ces trois comes du mois de Mai. Mais à
peine fut-il parti , que le general des Jesuites envoya ordre
de retrancher de ces voluines la vie de faint Ange, comme
il en étoit convenu avec le general des Carmes. Le Pere
Hinscheniusen donna aussi-côt avis au Pere Papebroch, qui
à son recour auroit satisfait les Carmes, s'il n'y avoit déja eu
plusieurs exemplaires de débités , & fi ceux qui en vouloient
acheter, & même des Carmes, n'avoient declaré qu'ils ne
vouloient point prendre ces trois comes, si la vie de saint An-
ge en étoit retranchée. On avoir sçû ce qui s'étoit passé à
Rome, & l'ordre que le general des Jesuites avoit donné;
c'est ce qui excitoit davantage la curiosité & l'envie que

l'on
avoit de voir cette vie. Le Pere Papebroch consentit donc
que ces volumes fussent debites tels qu'ils étoient , & s'excu-
la auprès de son general qui reçut ses excuses. Mais il s'attira
en même tems de nouveaux adversaires , tant à cause qu'il
avoir regardé comme apocryphe tout ce que l'on disoit de
saint Ange ; que parce qu'au commencement de la vie du
B. Louis Rabata, Religieux du même Ordre, il avoit donné
une espece d'apologie pour justifier sa conduire à l'égard des
Carmes, & ce qu'il avoit avancé contre leur antiquité; qu'il
y lançoir des traits contre les boucliers du second arsenal du
pere François de Bonne-Esperance, qui n'étoient

pas

à l'épreuve de ses coups ; & qu'au commencement du troisiéme tome, dans l'histoire des patriarches de Jerusalem, il avoit encore refuté les prétentions des Carmes. Mais ils crurent avoir assez lieu de s'en venger sur le champ , en lui oppo.

[ocr errors]

72.

Ancien habillement des Carmes, Tel qu'il est représente dans un tableau de leur convent de Cologne, de lan 1522.

« PreviousContinue »