Page images
PDF
EPUB

MES,

nius & Papebroch ses Confreres , & qui lui avoient été aslo. ORDRE ciés dans ce travail, donnerent au public l'an 1668. où au fix des CARde ce mois ils avoient inseré la vie de saint Cyrile, & au vingt-neuf celle du B. Berthold, ayant donné à celui-ci letitre de premier general de l'Ordre des Carmes, & à saint Cyrile celui de croisiéme general.

Quoique ces 1çavans Jesuites n'eussent en cela suivi que le sentiment de Jean le Gros, l'un des generaux de cet Ordre, & de Jean Paleonydor Religieux du même Ordre : qu'ils euffent cité un traité de l'origine & progrès de cer Ordre, attribué au même faint Cyrile, dont il y a un exemplaire de

у l'an 1446. dans la bibliotheque du college de Navarre à Paris , que le P. Daniel de la Vierge Marie a inseré dans sa vigne du Carmel : & qu'ils eussent aussi rapporté le sentiment des sçavans cardinaux Baronius & Bellarmin, qui ne mettent l'origine des Carmes que l'an 1180. ou 1181. sous le pontificat d'Alexandre III. les religieux de cer Ordre en Flandres en furent neanmoins forc scandalisés , & l'on vit paroître de leur part dès l'année suivante un gros ouvrage, composé par le P. François de Bonne-Esperance Exprovincial de Flandres sous ce titre : Historico-Theologicum Armamentarium proferens omnisgeneris fcuta , five

facræ Scriptura , summorum pontificum , sanctorum patrum, geographorum, & doctorum tam antiquorum quam recentiorum, authoritates, traditiones &rationes, quibus amicorum disidentium tela , sive argumenta in Ordinis Carmelitarum antiquitatem , originem , & ab Elia sub tribus essentialibus votis in Monte-Carmelo hareditariam fuccellionem & huc usque legitimè non interruptam , vibrata , enervantur. L'Arsenal historique - theologique , qui fournit des boucliers de toutes especes ou des autorités, des traditions e des raisons de la sainte Ecriture, des souverains pontifes, des saints peres ,

des geographes & des doéteurs tant anciens que modernes, avec les

9

, quels les traits que les amis discordans lancent contre l'antiquité des Carmes, leur origine , & la succession hereditaire du prophete Elie, fous les trois væux essentiels , a qui n'a point été inter. rompue jusqu'à present, font affoiblis.

Les Carmes se doutant bien que les Jesuites ne demeureroient

dans les autres tomes qui devoient suivre le mois de Mars, ils pourroient leur répondre; lep. Matthieu Orlandi, pour lors General des Carines,

pas dans le silence, & que

[ocr errors]
[ocr errors]

MES.

ORDRE & depuis évêque de Cephalu, écrivit l'an 1671. aux ConDES CAR-cinuateurs de Bollandus, pour les prier que lorsqu'ils parle

roient du B. Albert patriarche de Jerusalem, & de la regle qu'il avoit donnée aux Carmes, ils consulcassent le pere Da. niel de la Vierge Marie historiographe de leur Ordre; & que

& quand ils citeroient l'autorité du cardinal Baronius, ils ne le fissent pas si nuëment qu'ils avoient fait dans le mois de Mars, mais qu'ils modifiassent un peu les paroles de cet annaliste par quelques commentaires. C'est neanmoins ce qu'avoient ja fait les continuateurs de Bollandus, qui avoient consulte le

pere Daniel de la Vierge Marie sur ce qu'ils avoient dit de faint Berthold, & qu'il avoit approuvé.

Ils donnerent l'an 1675. trois volumes du mois d'Avril mais les Carmes ne furent pas peu surpris, lorsqu'au huitiéme de ce mois, dans la vie du B. Albert patriarche de Jerusalem, leur legislateur , ils y virent que le pere Papebroch, qui s'en étoit declaré l'auteur , y avoit non seulement avancé y

que

le tradition de l'Ordre des Carmes ; qui regardoit le prophete Elie comme son fondateur, souffroit beaucoup de difficulté, par les contradicions que l'on y trouvoit

depuis Elie jusqu'à Jesus - Christ, & depuis Jesus-Christ jusqu'au bienheureux Berthold ; & qu'il falloit des preuves solides pour la foûtenir ; mais qu'il pretendoit en avoir trouvé une convaincante, que cer Ordre n'avoit commencé que dans le douziéme siécle, apportant pour la justifier, le temoignage de Jean Pho. cas temoin oculaire, qui dans sa relation d'un voyage qu'il fit dans la Terre-Sainte l'an 1185. dit, en parlant du MontCarmel , qu'on y voyoit la caverne ou grotre d'Elie ; qu'il y avoit quelques années.qu'un certain Moine revêtu de la dignité de Prêtre, venerable par ses cheveux blancs , & na. tif de Calabre , étant venu sur cette montagne, après une revelation qu'il eut du prophete Elie, fit un petit retranche. ment autour d'un lieu où l'on voyoit encore les vestiges d'un Monastere ; & qu'y ayant bâti une tour & une petite Eglise , il demeuroit dans cette enceinte avec dix Religieux qui s'é. toient joints à lui. Ce Phocas'avoit d'abord servi dans l'ar. mée de l'empereur Emmanuel Comnene. Il quitta ensuite le parti des armes, & s'étant fait Moine, il visita les saints Lieux l'an 1185. & écrivit la relation de son voyage. Leon Allatius natif de la ville de Chio , y trouva un manuscrit de

>

[ocr errors]

Ancien habillement des Carmco, tel qu'il est represente dans un tableau de l'an 160g.au Convent

d'Anvers,

71

[ocr errors]
[ocr errors]

ce voyage qu'il crût être l'autographe , & dont il envoya une ORDRE traduction à Amsterdam à Berthold Nihuse son ami, qui le des CARfit imprimer en 1633. On le trouve à la tête des opuscules MES. d'Allatius, & les continuateurs de Bollandus l'ont mis au commencement du second tome du mois de Mai. Comme il avoit d'abord été imprimé en Hollande , il parur suspect aux Carmes, qui lui opposerent un autre voyage fait en Terre-Sainte par un saint Antonin martyr. Mais les mêmes continuateurs de Bollandus pretendent que ce voyage rempli de fables , qu'ils ont mis aussi au commencement du second To. me du mois de Mai, n'a été inventé que par un écrivain du douziéme siécle.

Si les Carmes furent surpris que ces continuaceurs de Bol. landus, après la priere qu'ils leur avoient faite , avoient eu si peu d'égard dans le premier tome d'Avril, à la tradition de leur Ordre , dont le pere Papebroch n'avoit fait remonter l'origine que jusqu'au douzième siécle ; ils ne le furent pas moins, lorsque dans le second come du même mois, ils virent que le pere Papebroch leur disputoit d'anciens couvens qu'ils pretendoient leur avoir appartenu avant le douziéme siécle, & qu'ils regardoient comme faux & supposés, les citres sur lesquels ils appuyoient leur pretention. C'est ce qui obligea encore le pere François de Bonne-Esperance de donner un second volume de son arsenal historique-chronologique ; & comme il n'avoit donné le premier que pour exciter les continuateurs de Bollandus à lui repondre par un traité particulier , & qu'ils ne l'avoient pas fait, les approbateurs de cet arsenal, Religieux Carmes, attribuerent la victoire, au pere François de Bonne-Esperance.

Ce pere mourut l'an 1677. & la mort fut suivie l'année suivante par celle du pere Daniel de la Vierge Marie, qui avoit été austi l'un des adversaires des continuaceurs de Bollandus &qui y avoit attaqué en particulier le perePapebroch,contre lequel il avoit composé un traité sous le titre de Propugnaculum Carmelitanæ hiftoriæ ; mais en combattant le pere Papebroch , il l'avoit fait d'une maniere honnête , telle qu'elle se pratique entre gens sçavans. Le differend ne fut pas neanmoins terminé

par la mort de ces deux adversaires des Bol. landistes , & nonobstant le second arsenal du pere François de Bonne - Esperance ils demeurerent dans le silence

ز

.

« PreviousContinue »