Page images
PDF
EPUB

Chevalier supposé de l'Ordre de Frise.

63.

dans le quinzieme siecle , tel qu'il est representé au bas de CHEVAl'image de saint Antoine dont nous avons parlé.

'LIERS DE Voyez le P. Toussaint de faint Luc, memoires en forme d'abre. L'ORDRE historique de l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel & de De Frisesaint Lazare de ferusalem. Plusieurs faftums & memoires concernant cet Ordre. Bullar. Rom. Tom. 2. & 3. Maimbourg, hist. des Croisades. Bernard Giustiniani. Hist. chronolog. de gli Ordini Militari. De Belloi , de l'origine de chevalerie. Philippes Bonanni , catalog. Ord. Milit, num. 65. & Schoonebeck, histoire des Ordres Militaires, tome premier.

CH A P I IRE XXXI I I.

[ocr errors]

.

Des Chevaliers de Frise ou de la Couronne.
UOIQUE Schoonebeck dans son histoire des Ordres Mi-

litaires , dise qu'avant l'établissement de celui de laine Jacques de l'Epée en Espagne, il n'y avoit eu encore aucune Tocieté militaire qui consacrât ses biens & sa vie à combattre contre les infideles pour le bien de la Chrétienté, il ne laisse pas neanmoins de nous en donner d'autres qu'il prétend avoir été instituées plusieurs centaines d'années avant celui de saint Jacques de l'Epée , cel est entr'autres l'Ordre de Frise ou de la Couronne dont il fait remonter l'origine jusqu'en l'an 802. après Mennens, Michieli, Giustiniani & quelques autres qui disent, que ce fut Charlemagne qui en fut le fondateur, & que ce prince donna aux chevaliers, pour marque de cet Ordre, une couronne qu'ils devoient porter sur un habit blanc avec cette devise :Coronabitur legitimè certans. Quelques-uns dilent

que ce fut pour recompenser les Frisons qui lui avoient été d'un grand secours dans la guerre qu'il eut contre les Saxons. D'autres prétendent que ce fut quand il eut défait les Lombards,& qu'il eut fait prisonnier leur roi Didier. Giustiniani rapporte après Hanconius bistorien de Frise, un prétendı privilege que ce prince accorda à Rome à ces nouveaux chevaliers l'an 802.& il ajoute avec d'autres, qu'il leur donna la regle de S. Bafile. Mais outre que nous ne reconncissons point d'ordre militaire avant le douziéme siecle, quelle apparence y a-t-il que Charlemagne eût donné à ces chevaliers la regle

CHEVA

de saint Basile, lui qui étoit sizelé pour faire observer celle de Liers de saint Benoît & qui n'en reconnoisloit point d'autre dans les L'ORDRE états : ainsi je regarde cer Ordre comme supposé. Ces auteurs DE FRISE.

ajoutent que les chevaliers de Frise faisoient væu d'obeir à leur prince, & de défendre la religion Chretienne aux dépens de leur sang. La principale cereinonie qu'on observoit à leur reception, selon ces écrivains, étoit de leur attacher le bau. drier & de leur mettre l'épée au côté, on leur donnoit une sou. Aet qui fut changé depuis en un baiser,& à l'accolade;&onne recevoit personne qu'il n'eût servi cinq ans l'empereur à ses frais. Mais cet ordre , comme nous avons dic, est supposé:& je ne sçai sur quoi fondé Schoonebeck dir, que les rois de Fran. ce , s'en attribuent toujours la dignité de grands - maîtres ; quoique le pouvoir de faire des chevaliers appartienne, dit-il, aux empereurs, comme étant attaché à la couronne impe. riale; car nous ne voyons pas que les rois de France ni les empereurs, ayent créé de ces sortes de chevaliers ; & ainsi l'ab. bé Giustiniani pouvoit se dispenser de donner une suite chronologique des grands-maîtres de cet Ordre prétendu, depuis Charlemagne jusqu'au roi de France Louis XIV. & l'empe. reur Leopold I.

Menennius, Delicire equeft.Ord. L'abbé Giustiniani, hift. di tuti gli Ord. militari. And. Mendo, de Ord. Milit. Hermant & Schoonebeck,dans leurs hift. des Ord. Milit. & Joseph Michieli Teroso. Milit, di Caval.

CH A P II RE XXXIV.

Des chevaliers de l'Ordre Militaire de Saint Côme ou de

saint Damien , ou des Martyrs dans la Palestine. C

Omme ce ne fut que l'an 1096. que les princes Chré- .

tiens se liguerent pour la premiere Croisade , afin de retirer des mains desinfideles les saints lieux qu'ils occupoient dans la Palestine : il n'y a pas d'apparence de croire ce qu'on nous veut persuader de l'Ordre de S. Côme & de S. Damien, qui, selon plusieurs écrivains,commença l'an 1030. L'air de la Palestine ( à ce qu'ils disent ) qui étoit mal sein , causa beaucoup de maladies parmi les Chrétiens qui y étoient accouru

de

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

Chevalier suppose'de l'Ordre de S.Cosme,

64,

et de S' Damien, dans la Palestine.

Pirifare

[ocr errors][merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »