Page images
PDF
EPUB

ZARE.

[ocr errors]

CHIVA- princes Chrétiens dans la Palestine , ce qui obligea les rois LIERS DE Baudouin II. Fouques, Amauri III. & IV. & les reines Me. L'ORDRE lisinde & Theodore , à prendre leur Ordre sous leur

protecDE S. LA

tion, & à faire beaucoup de bien aux maisons qu'ils avoient
dans la Syrie. Ils reçurent aussi plusieurs privileges des sou.
verains pontifes , & étant passes en Europe, les princes leur
donnerent de riches possessions. Clement IV. ordonna sous
peine d'excommunication à tous les prelats de l'église , que
lorsque les chevaliers de S. Lazare s'adresseroient à eux pour
obliger les lepreux de se retirer dans leurs hôpitaux,ils eussent
à donner main-forte à ces chevaliers, & à contraindre les le-
preux de se retirer chez eux avec leurs biens meubles & im-
meubles. Alexandre IV.parune bulle de l'an 1255. leur permit
de suivre la regle de S. Augustin qu'ils assuroient avoir suivie
jusqu'alors, commeil est marqué dans la bulle de ce pontife
où il n'est point fait mention de la regle de S. Basile, ce qui
fait voir que c'est sans raison que quelques-uns disent qu'ils
ont autrefois suivi la regle de saint Basile. Le même pape les
mit sous la protection du saint Siege l’an 1257.& confirma les
donations que l'empereur Frideric II. leur avoit faites dans
la Sicile ,la Pouille, la Calabre & quelques autres provinces.
Henri roi d'Angleterre , duc d'Anjou & de Normandie,
Thibaut comte de Blois & plusieurs autres augmenterent
leurs revenus.

Mais de tous les princes Chrétiens il n'y en a point dont
ces chevaliers ayent reçu de plus grands bienfaits que des
rois de France; car ayant été chassés de la Terre-Sainte l'an
1253. ils suivirent le roi faint Louis , qui en reconnoissance
des services qu'ils lui avoient rendus en Orient , confirına les
donations que ses predecesseurs leur avoient faites, les mit en
possession de plusieurs maisons, commanderies & hôpitaux
que ce prince fonda , & leur accorda plusieurs privileges.
Pour lors ils établirent le chef de leur Ordre à Boigni près
d'Orleans, qui leur avoit été donné dès l'an 1154. par
VII. dit le jeune , & le grand maître prit le titre de grand-
maître de l'Ordre de saint Lazare, tant deçà , que delà les
mers, sa jurisdiction s'étendant, non seulement sur les che.
valiers qui étoient en France, mais même sur tous les étran-
gers. C'est pourquoi Jean de Couras , qui avoit été pourvû
de cette charge l'an 1342. par Philippes de Valois , donna

pouvoir

1154. par Louis

[ocr errors]

ZARE.

[ocr errors]

pouvoir l'an 1354. à frere Jean Hallidei Ecollois, de gouver- CHEVA- . ner en son nom , tant au spirituel qu'au temporel, tout ceLIERS DE qui appartenoit à l'Ordre en Angleterre & en Ecosse , à la L'ORDRE

DE S. LAS charge de faire tenir par chacun an à la grande commanderie de Boigni trente marcs sterlins d'argent. Le roi Char. les V. surnommé le Sage, ayant pourvû de la grande-maîtrise l'an 1377. Jacques de Beynes, ce grand-maître donna à frere Dominique de saint Roi, la coinmanderie de Seringon en Hongrie , & l'établit son vicaire general dans tout ce royauine avec obligation de se trouver aux chapitres ge. neraux à Boigni, & d'y apporter quatre marcs d'argent fin. L'on trouve un F. P. Potier dit Conflans , prêtre de cet Or. dre, commandeur de la Lande-Daron , mort en 1450. qui prenoit la qualité de vicaire general du grand-maître Ġ. Desmares. La grande-maîtrise fut encore donnée par Char- . les VII. à Pierre Ruaux l'an 1441 & par Louis XI. à Jean Cornu l'an 1481.

Mais comme les lepreux étoient rares , & que l'on voyoic peu de personnes attaquées de cette maladie, il semble que ces chevaliers hospitaliers, qui d'ailleurs s'étoient beaucoup relâchés de leur premierinstitut, principalement ceux d'Italie , étoient devenus inutiles : c'est ce qui obligea le pape Innocent VIII. de supprimer leur Ordre & de l'unir avec tous les biens qui lui appartenoient à l'ordre de saint Jean de Jerusalem

, par une bulle de l'an 1490. Mais cette bulle ne fue point reçue en France , où il y a toujours eu des grands maîtres de l'Ordre de saint Lazare de Jerusalem , qui ont reçu des chevaliers ausquels ils ont conferé les commanderies qui en dépendent, & ont toûjours été maintenus dans ce droit. Le grand-prieur d'Aquitaine de l'Ordre de saint Jean de Jerusalem ayant pourvû un de ses chevaliers de la commanderie de saint Thomas de Fontenai appartenant à l’Ordre de saint Lazare, le grand-maître de cer Ordre & ses chevaliers s'y opposerent. Il y eut à ce sujec procès au parlement de Paris , qui fut decidé l'an 1547. en faveur du grand-maître de l'Ordre de faint Lazare , qui fut maintenu dans le droit de conferer toutes les commanderies de son Ora dre à ses chevaliers , & les chevaliers de saint Jean de Jerusalem furent débourés de leurs prétentions. Le roi Louis XII, donna la grande maîtrise à Aignan de Mareuil. Son frere Tome I.

LI

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

CHEVA- Claude de Mareuil,en fut aussi pourvû par François I. & Henri LIFRS de Il. y nomma Jean de Conti, qui affembla un chapitre general L'Ordre à Boigni, où il donna à bail emphitheotique pour deux cens DE S. La vingt Horins par an, tous les biens appartenans à l'Ordre au ZARE,

territoire de Sussano dans la province de la Pouille , à un Chevalier de Calabre qui étoit present. Le même roi pourvût de la grande maîtrise après la mort de Jean de Conti, Jean de Levi qui assembla aussi le chapitre general à Boigni l'an 1558. où il se trouva un grand nombre de Chevaliers de toutes les parties de l'Europe. Michel de Seurre fut encore fait grand-inaître par le roi François II. & François Salviati par

Charles IX, S'il est vrai ce que dit le P. Toussaint de faint Luc, dans son abregé historique de l'institution de l'Ordre de saint Lazare , que le grand maître Salviati fit Chevalier de cec Ordre Jeannot de Castillon , & O&ave Fregose; à la recom mandation du

pape

Pie IV. & de la reine de France Cathe. rine de Medicis , ce pontife auroit reconnu le grand-maître de l'Ordre de saint Lazare en France ; quoique cet Ordre eût été supprimé par Innocent VIII. Mais ce que le Pere Toussaint ajoûte ensuite , me rend cette reception à l'Ordre de Jeannot de Castillon , à la recommandation du pape Pie IV. fort fufpecte ; car il dit encore que le grand-maître Salviati donna à ce Jeannot de Castillon l'administration du grand hôpital de faint Lazare de Capoue, l'établissant son vicaire general & grand - maître de l'Ordre en Italie. Le titre de grand - maître donné par un grand-maître à fon vicaire general, coinmissaire ou delegué, n'a jamais été en pratique dans aucun Ordre. Les grands-maîtres ou generaux qui sont chefs d'Ordre, peuvent bien donner à leurs vicaires ou commissaires leur autorité & leur pouvoir ; mais ils ne leur donnent jamais les titres qui ne conviennent qu'à leurs

propres personnes comme chefs. L'intention du Pere Toussaint a été d'insinuer par ce moien, que Jeannot de Castillon, nommé grand-maître de l'Ordre de laint Lazare dans la bulle de Pie IV. de l'an 1565. dont nous avons parlé, n'étoit

que le vicaire general du grand- maître de cet Ordre en France ; mais s'il n'avoit été que vicaire general du grand-maître de France , comment ce pontife dans cette bulle si ample & fi étendue , auroit-il pui oublier le grandmaître de France dont il ne fait aucune mention , voulant au CHEVAcontraire lqu'après la mort du grand-maître Jeannot de Caf-liers Dg tillon & de les successeurs, ou sur leur demission volontai-L'ORDRE

DE S. LA re, les Chevaliers piscedaflent à l'élection d'un autre grand-ZARE. maître en tel lieu que bon leur sembleroit. Jeannor de Caftillon ne se pretendoit pas seulement grand-maître de l'Ordre de saint Lazare en Italie , mais il se disoit grand-maître de cet Ordre par tout le monde. C'est ce qu'on lit à la fin des privileges de cer Ordre qui furent imprimés à Rome l'an 1566. chez Antoine Blade, imprimeur de la chambre apostolique, où il y a : Auspiciis Illuftrillimi & Reverendisfimi Jeannotti Castillionei Mediolanensis, Religionis & Militie sanéti Lazari Hierofolymitani per totum Orbem Generalis Alagiftri , Vincentius Merenda in lucem edidit. Ainsi il est plus vrai de dire que ce Jeannot de Castillon qui étoit commandeur de l'hôpital de Capoue, avoit usurpé le titre de grandmaître , qui n'appartenoit qu'au commandeur de la maison de Boigni en France, dont François Salviati étoit pour

lors pourvů, cette commanderie étant annexée à la dignité de Sand-inaître:

Mais il n'étoit pas le premier qui avoir usurpé ce titre. Il y avoit eu avant lui Mutio de Azzia , qui se disoit aussi grandmaître general de l'hôpital de faint Lazare de Jerusalein, comme il paroît par une autre bulle du même Pie IV. de l'an 1561. où ce pontife lui donne. ce titre : Dilefto Filio Mu- Privilegi tio de Azzia Magistro Generali Hospitalis fanéti Lazari Hierofolymitani Ordinis fanéti Augustini. L'on trouve encore en 28, 1539. un Pyrrhus-Louis Caraffa , qui prenoit le titre de maî. tre ou commandeur general de saint Lazare de Jerusalem, dans l'une & l'autre Šicile deçà & delà le Phar, ce qui fait voir que ceux-là se sont trompés, qui ont écrit que Pie IV. avoit rétabli l'Ordre de saint Lazare, qui avoit été supprimé par Innocent VIII. & qu'il en avoit accordé la grande maîtrise à Jeannot de Castillon par sa bulle de l'an 1505. puisqu'outre les grands maîtres Caraffa & d’Azzia qui avoient precedé de Castillon, celui - ci étoit déja grand - maître lorsque Pie IV. lui accorda cette bulle si ample & si favorable à cer Ordre l'an 1565. pour s'en convaincre il n'y a qu'à lire cette bulle , où parlant de Jeannot de Castillon, 'il dit : Nos igitur volentes dile£tum Filium Jeannottum Castillioncum moc

Ord. s.La.

zari, pag.

ZARE.

CHEVA-dernum hospitalis & militia prædiétum magnum magiftrum ; LIERS De ejusque successores magnos ipsius hofpitalis magistros pro temL'ORDRE

pore existentes, ac hospitale & militiam hujusmodi eorumque cona DE S. LA

ventum etiam amplioribus quam quispiam noftrorum prædecefforum prædiétorum eos profequuti fuerint , favoribus & gratiis prosequi. Cet hôpital & couvent dont parle ce pape, étoit l'hôpital & couvent de saint Lazare de Jerusalem qui étoit chef de l'Ordre avant que les chevaliers eussent été obligés d'abandonner la Terre-Sainte , & ce n'est point ce pape qui transfera ce chef d'Ordre à l'hôpital de Capoue comme ont écrit plusieurs auteurs. Voici comme ce pontife s'en explique dans la même bulle : Motu proprio non ad Jeannotti aut priorum , præceptorum , militum , fratrum vel perfonarum seu aliorum, pro eis nobis super hoc oblata petitio. nis inftantiam , fed mera liberalitate, & ex certa scientia noftra , ac de Apoftolica poteftatis plenitudine , institutionem com ere&tionem hospitalis & militia hujusmodi , ejusque translationem olim ad præceptoriam , vel domum Capuanam predictam factam .. approbamus , confirmamus.

C'étoit le pape Leon X. qui avoit reconnu l'hôpital de Ca poue pour chef de l'Ordre ; puisqu'à la priere de l'empereur Charles V. il avoit rendu à l'Ordre de faint Lazare les hô. pitaux de faint Jean de Palerme & de sainte Agache de Messine , & les avoit soumis, comme au chef, au commandeur de l'hôpital de Capoue, à qui il donne le titre de grand-maître, comme il est encore marqué dans la bulle de Pie IV. It paroît donc par cetce bulle , que ce fut Leon X. qui recablit l'Ordre de saint Lazare , & que Pie IV. le remit dans tous ses droits , & lui accorda de nouveaux privileges.

Pie V. par une autre bulle de l'an 1567. revoqua quelques uns des privileges que son predecesseur avoit accordés, &en modera quelques autres. Mais après la mort de Jeannot de Castillon qui arriva à Verceil l'an 1572. Gregoire XIII. unit l'Ordre de saint Lazare à celui de faint Maurice & en accorda la grande-maîtrise à Emmanuel Philibert duc de Savoye, sous pretexte que cette grande maîtrise étoit vacante : ac preterea cernentes militiam hospitalis S.Lazari Hierofolymitani fub regula fančti Augustini jampridem magiftri regimine deffitatam. C'est ainsi que le pape parle dans la bulle d'union de ces deux Ordres. Cependant François Salviati écoir grand-maître en

« PreviousContinue »