Page images
PDF
EPUB

RE DE

vergne, P

3.

après lui

Ordre laume le Pieux duc d'Aquitaine & comte d'Auvergne, qui suc. Miutai- ceda à Guerin son frere l'an 887. avoit fondé vingt-cinq che

valiers dans l'église de S. Julien de Brioude en Auvergne,pour CONSTAN“ faire la guerre aux Normands , lesquels chevaliers furent

changés dans la suite en chanoines. Il ajoute qu'il a eu en main le titre de cette fondation, mais il ne l'a point produir parmice grand nombre d'autres titres qu'il a rapportés pour servir de

preuves à son histoire; ce qui auroit ére neanmoins fort neJustel, hift. cessaire pour que l'on pût ajouter foi à ce qu'il a avancé de ces de la Mai. prétendus chevaliers

. Cela n'a pas empêché Justel de citer cet auteur dans son histoire de la maison d'Auvergne, & de dire

que ce Guillaume duc d'Aquitaine a été le premier des princes Chrétiens qui ait institué une milice ou lociecë de chevaliers

pour la défense & l'exaltacion de la foi chrétien. ne ; & que c'est peut-être pour cette raison, & à cause des grands biens qu'il fit à l'église,qu'il est appellé par S.Odillon en la vie de S. Mayeul: Christianissimus Aquitanorum princeps.

Il rapporte neanmoins parmi les preuves de son histoire, un Ibid.p.12. acte qui prouve au contraire que l'an 898. auquel tems queldespreuves.

ques-uns prétendent que l'institution de ces prétendus chevaliers fut faite par ce prince , il y avoit déja des chanoines dans l'église de S. Julien de Brioude, & qu'il en étoit même abbé suivant la coutume de ces tems - là , que les plus grands seigneurs, & même des femmes mariées, jouisioient des revenus des abbayes comme de leur patrimoine. Voici cet acte: Willelmus comes, Marchio , atque dux , cedo ccclefiæ S. Juliani qui requiescit in vico Brivatensī, ubi

ego dono regio abbatiali videor

fungi officio : ut ipfe locus tutior fit in omnibus , præpofitumque , nomine Helfredum, ad custodiendam canonicam vitam, cum canonicis fub nobis constitutis habere videar. Domino cum uxore mea Ingelberga , res proprietatis nofiræ , videlicet , curtem noftram indominicatam , quæ dicitur Maceriacıt, &c. Ainsi l'on ne peut tirer aucun avantage de ce que Bisli & d'autres après lui ont avancé, qu'il y a eu dès le neuvieme siecle des chevaliers institués par Guillaume le Pieux duc d'Aquitaine dans l'église de Brioude.

Pour prouver l’antiquité de celui de Constantin, l'on apporte des lettres du pape S. Leon de l'an 456. adressées, à ce que l'on pretend, à l'empereur Marcien, par lesquelles il confirme cet Ordre sous la regle de saint Basile,& d'autres lettres

fig. 1.

Thomassin ,

ChevalierGrand-croix de l'ordre de Constantin

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

55.

« PreviousContinue »