Page images
PDF
EPUB

l'Armenie ; & comme ils avoient été convertis par

les Reli

BARTHE gieux de l'Ordre de S. Dominique, ils prirent leurs constitu- LEMITES tions avec la regle de S. Augustin, changeant leurs habits de DE GENMoines Armeniens, en celui des Freres Convers de l'Ordre Nes. de S. Dominique, ce qui fut confirmé par le pape Jean XXII. Ils firent profession de la regle de S. Augustin entre les mains du P. Jean Canus évêque de Tellis, compagnon du P. Dominique , ajoûtantun quatrième vau d'obeir en toutes choses au Pape , & ils élùrent pour fuperieur le V Vartabied Jean de Cherna.

Cec Ordre s'écendit beaucoup, non seulement dans l’Armenie, mais aussi dans la Georgie. Mais les Turcs & les Perses s’érant emparés de ces royaumes, les Freres Unis se renfermerent dans la seule province de Naklivan dans la grande Armenie , où il y a encore aujourd'hui douze villages Cathos liques. L'an 1356. ces Freres Unis voyant qu'ils avoient presque les mêmes observances que les Dominicains , étant réduits dans une grande pauvreté, à cause de la domination des Infideles sous laquelle ils étoient tombés, & appréhendant

que leur pauvreté n'augmentât dans la suite,ils envoïe. rent à Rome les PP. Thomas & Eleuthere, qui étoient deux

obtenir du pape Innocent VI. qu'il leur flìt per. mis, sous le bon plaisir du general de l'Ordre de S. Domini que , de passer dans cet Ordre , & d'être soumis en toutes choses à ce general, ce que le Pape leur accorda, & l'Ordre des Freres Unis fut éteint par ce moyen , ayant depuis ce tems-là composé une province de l'Ordre de S. Dominique, qu'on appelle la province de Naklivan, & qui est la trentequatrieme de cet Ordre. Le P. Eleuthere en fur le premier provincial, & son frere le P. Thomas fur archevêque de la même province.

Les Armeniens de Gennes ont subsisté plus long-tems. Ou. tre les maisons dont nous avons déja parlé, ils en eurent encore à Milan, à Naples, à Perouse, à Eugubio, à Ferrare, à Boulogne, à Pistoye, à Padoue, à Rimini , à Pescaro, à Vi. terbe , & en d'autres lieux ,.& ils passerent même jusqu'à Caffa dans la Chersonese Taurique qui appartenoit aux Genois. Boniface IX. leur défendit de passer à d'autres Ordres, excepté celui des Chartreux, & les fit participans de tous les privileges de l'Ordre de S. Dominique, tant de ceux qui lui

freres , pour

BARTHE- avoient été accordés jusqu'alors , que de ceux qu'il pourLEMITES roit obtenir dans la suite, ce qui fut confirmé par les

papes DE GEN- Innocent VIII. & Paul III. & le pape Urbain VIII, leur NES.

donna pour protecteur le cardinal Durazzo l'an 1640. Mais Innocent X. voyant qu'ils n'étoient pas plus de

pas plus de quarante dans quatre ou cinq maisons qui leur restoient, qu'ils avoient beaucoup de peine à s'accorder ensemble, & qu'ils menoient une vie peu reguliere ; il les supprima l'an 1650. leur permettant de pouvoir passer dans un autre Ordre , & leur asli. gnant à chacun quarante écus , sur leurs biens qui furent confisqués.

Autrefois les generaux de cer Ordre étoient perpetuels, mais Sixte IV. les rendit triennaux l'an 1474. Le P.Etienne Palma a exercé cette charge quatre fois , & a été pendant trente ans vicaire general. Les PP. Cherubin Cerbelloni de Gennes, & Paul Costa de Milan , ont été les plus fameux predicateurs de leur tems, & ont rempli les meilleures chaires d'Italie. Ils ont aussi eu quelques écrivains , comme Pe- . regrino Scoti , Jean-Baptiste Pori, Jerôme Cavalieri, JeanBaptiste Ladriani, & Gregoire Bicio qui a fait l'histoire de cet Ordre.

C'est dans l'église de leur Monastere de Gennes, que l'on conserve l'image qu'on prétend que Notre-Seigneur JesusChristenvoya au roi Abgar, comme il paroît par les Bulles de Sixte IV. Jules II. Pie IV. Paul V. Gregoire XV. & Urbain VIII. Augustin Calcagnigni , chanoine , penitencier,& historiographe de Gennes, a donné l'histoire de cette sainte image.

Voyez pour les Armeniens de Gennes, Gregorio-Bitio, Relacione del principio do stato della Relig. de Fr. di S. Bafil. de gli Armen. in Italia. Silvest

. Maurol. Mar. Ocean. de gli Relig. lib. 5. Paul Morigia , hift. des Relig. liv. 1. chap. 56. Gio Pietr. Creszenzi, Presid. Rom. Tamb. de Jur. Abb. Tom. 2. disp. 24. quæft. 3. Bonanni , Catalog. Ord. Relig. P'art. 1. & Schoonebeck hist. des Religieux : & pour les Freres Unis, Clement Galano, Conciliatio Ecclef. Armena cum Romana, part, I. cap. 30.

CHAPITRE

[ocr errors][ocr errors]

R

1

Thomassin A

Grand Maitre de lordre de Constantin

ORDRE MILITAIRE DE CONSTAN

CH A P II RE XXXI.

Des Chevaliers de l'Ordre de Constantin , appellés auffi Do- TIN.

rés , Angeliques, de S. Georges. Clai

Omme il y a des Ordres Monastiques qui ont cru le

faire honneur en allant chercher une antiquité fort eloignee ; il se trouve aussi des Ordres militaires qui ont pareillement fait remonter leur origine le plus haut qu'ils ont pû, pour tâcher d'avoir par quelque antiquité chimerique, la preleance au-dessus des autres. Tel est l'Ordreimperial des chevaliers de Constantin, appellésausli Angeliques, Dorés & de S. Georges,que l'abbé Giustiniani, qui le qualifie chevalier & grandcroix de cet Ordre, prétend être, le plus ancien des Ordres militaires, dans l'histoire même des Ordres qu'il donna au public en 1692. & qui fut imprimée à Venise en deux volumes in folio. Mais il est inutile de chercher l'origine des Ordres mi. litaires avant le douzième siécle ; & c'est au sujet de l'Ordre dont nous parlons, & dont l'on prétend que l'empereur Constantin legranda été le fondateur, queleP.Papebroch dit,que ceux-là trompent, ou le voulant bien font trompés, qui portés par un désir de Hatterie vont chercher l'origine des Ordres militaires avant le douziéme siecle:fallunt aut volentes fallun- Apud Bolo tur adulatoriostudio placendi abrepti, quicumque militarium reli-landum. gionum principia,ante sæculum duodecimă requirunt.Ilajoute que tom. 3:

Aprilis. At la pierre de marbre que l'on prétend qui fut trouvée à Rome & qui represente le grand Constantin assis sur un thrône , & donnant le collier de cet Ordre à un grand nombre de chevaliers, est une pure fiction : que les figures qui y sont representées ne sont que l'ouvrage d'un sculpteur moderne : & que tous ceux qui ont connoissance des anciennes inscriptions Romaines en conviendront, par celle qui est gravée sur ce marbre & qui est en ces termes: Constantinus Maximus imperator poftquam mundatus à lepra per medium baptismatis , milites five equites deauratos creat in tutelam Christiani nominis.

Si l'on vouloit cependant ajouter foi à ce que dit Bisli Bili, bif: dans son histoire des comtes de Poitou, il y auroit eu un Or.de Peiras dre militaire dès le neuviéme siecle ; car il prétend que Guil, Tome I.

li

[ocr errors]
« PreviousContinue »