Page images
PDF
EPUB

NES,

BARTHE- Quelques-uns ont confondu les Moines Armeniens de LEMITES Gennes avec les Freres Unis de S. Gregoire l'Illuminateur,& DE GEN- n'en ont fait qu'un seul Ordre , comme le P. Galano dans sa

conciliation de l'église Armenienne avec la Latine , semble le témoigner en disant, que les Freres Unis avoient un mo. nastere à Caffa dans la Chersonese qui appartenoit aux Genois, & que la memoire de ces Religieux étoit encore toute

& recente à Gennes. Mais il est certain que c'étoit deux Ordres differens, & que les Moines Armeniens de Gennes avoient un monastere à Caffa, & non pas les Freres Unis, comme nous verrons dans la suite.

L'an 1296. le Soudand'Egypte, après la mort de Cassan roi de Perse, passa de l’Egypte dans l’Armenie & y commir de grandes cruautés. Il persecuta les Moines de saint Basile qui demeuroient à Monte-Negro, plusieurs endurerent le martyre, & d'autres l'éviterent en prenant la fuite. Comme cette persecution dura pendant plusieurs années, il y en eut quel. ques-uns qui vinrent en Europe & aborderent'à Gennes l'an 1307. sous la conduite d'un Pere Martin. Ils y furent bien reçûs, &on leur offrir un établissement en cette ville. Un nom. mé Albert Purpureio se declara fondateur de leur nouveau monastere, & Porchete Spinola archevêque de Gennes mit la premiere pierre de l'Eglise, qui fut bâtie en l'honneur de la sainte Vierge & de S. Barthelemi, & les fondemens en furent jetrés l'an 1308.ce qui leur fit donner le nom de Barthelemices de Gennes. Quelques autres Religieux d’Armenie ayant appris leur établissement à Gennes, les vinrent trouver, & apporterent avec eux des livres pour officier selon leur rit, ce que le pape Clement V. leur accorda par une bulle adressée au Pere Martin & aux autres Religieux qui demeuroient au. paravant au monastere de Monte-Negro de l'Ordre de saint Basile dans l'Armenie: Dileftis filiis Martino & aliis Fratri. bus dudum in Monasterio de Montanea-Nigra, Ordinis fanéti Bafilii in partibus Armeniæ conftitutis.

Ils obtinrent un second établissement à Parme l'an 1318. un autre à Sienne, & ensuite à Pise, à Florence , à Civita-Vecchia , à Rome, à Forli, à Faënza & à Ancone, Ils obéissoient au P. Martin qu'ils regardoierft comme general en Italie , quoiqu'ils promissent obéissance,dans leur profession, à leurs Superieurs d'Orient. Mais après la mort de ce P. Martin, ils

[ocr errors]

NES.

[ocr errors]

commencerent à se relâcher', & pour lors il y eut plusieurs BARTHEabus qui se glisserent parmi eux. Ils changerent dans la suite lemites leur habillement, qui consistoit en une robe tannée & un sca- DE GENpulaire noir, en celui des freres convers de l'Ordre de saint Nes. Dominique, c'est-à-dire , en une tunique blanche, avec un scapulaire noir , aussi-bien que la chape & le capuce. Ils se conformerent à l'église Romaine pour l'office divin, ils celebrerent la Melle à la façon des Dominicains dont ils prirent les constitutions, & quitterent la regle de saint Basile pour suivre celle de saint Augustin, ce qui fut confirmé par le pape Innocent VI. l'an 1356. qui leur accorda la permission d'élire un general. Ils tinrent leur premier chapitre à Gennes la même année, dans lequel ils élûrent pour general le P. Antoine de Pise. Schoonebeck, qui le plus souvent n'est

pas

exact å rapporter fidelement les années des établisseinens des Ordres reli. gieux, dit, en suivant Sylvestre Maurolic , que ce fut sous le pontificat d'Innocent III. que ce changement se fit , n'ayant pas fait reflexion que ce Pape étoit mort cent trente-six ans auparavant en 1216. & que c'est une faute d'impression qui se trouve dans Maurolic, lequel avoue que ces Religieux vinrent d'Orient en Italie sous le pontificat de Clement V. qui ne fut pape que l'an 1307. Je suis surpris que le P. Bonanni de la compagnie de Jesus ait aussi dir, que Silvestre Mauro. lic assure qu'Innocent III. prescrivit des constitutions à ces Religieux, & qu'il ne se soit pas apperçû de l'erreur.

La même année que ces Barthelemites de Gennes firenr ce changement , & qu'ils prirent l'habillement des Freres Con. vers de l'Ordre de S. Dominique, les Freres unis de S. Gre. goire l'Illuminateur qui le portoient aussi , le quitterent, ayant été incorporés entierement dans l'Ordre de S. Dominique, & leur Ordre ayant été par ce moyen supprimé, dont voici l'origine.

Vers l'an 1328. le P. Dominique de Boulogne Religieux de l'Ordre de saint Dominique, ayant été envoyé en Armenie par le pape Jean XXII. qui le sacra évêque de Maraga , ne convertit pas moins de schismatiques par la vie exemplaire, que par ses prédications. Il fit bâtir un Monastere en forme d'ermitage au sommet d'une haute montagne avec des cellules separées les unes des autres,

où il demeuroit avec ses

Нh jij

NES.

[ocr errors]

BARTHL- compagnons l'été; & pendant l'hiver ils demeuroient dans LEMITES d'autres cellules qu'ils avoient creusées dans des rochers au DE GEN.

pied de cette montagne , & qui s'y voyent encore à present.

Il y avoit dans le même tems un celebre V Vartabied en Armenie nommé Isaac, qui étoit superieur d'un Monastere auprès d'Erivan, & qui avoit honoré de la dignité de V Vartabied plus de troiscens soixante & dix de les disciples , dont quelques-uns gouvernoient d'autres Monasteres; & les autres étoient disperlés dans l’Armenie pour enseigner le peuple. Entre ces disciples il y en avoir un qui étoit en grande estime, qui se nommoit Jean de Cherna & étoit superieur d'un

( Monastere proche de Cherna, village dont un de ses oncles nommé Georges,étoit seigneur. Le V Vartabied Isaac envoya ce V Vartabied Jean vers le Pere Dominique, pour sçavoir quelle écoit la doctrine qu'il enseignoit. Ce V Vartabied fut li touché de la vie exemplaire que le Pere Dominique & les compagnons menoient dans la solitude dont nous venons de parler , & ses discours firent tant d'impression sur son esprit , qu'il resolue de renoncer à ses erreurs, & de reconnoître l'autorité du Pape. Il persuada la même chose au V Vartabied Isaac, & l'an 1330. il adressa des lettres circulaires à tous les prelats & les V Vartabieds des environs, pour les exhorter de s'assembler en un certain lieu , où le Pere Dominique devoit leur prêcher les verités de l'église Latine. Ils y vinrent & renoncerent tous au schisme & à l'erreur , reconnoissant le Pape comme souverain chef de l'Eglise universelle, & à leur exemple une bonne partie du peuple fit la même chose.

Le prince Georges, seigneur de Cherna, fut le premier à faire paroître son zele pour la religion Catholique, ayant fait bâtir de fond en comble une Eglise proche le couvent de Cherna , qui fut achevée en moins d'un mois. Son neveu le V Vartabied Jean , voyant que l'Ordre de saint Basile eroic entierement déchû en Armenie , & presque entierement anéanti, voulut d'abord le reformer,& le remettre dans son premier lustre ; il crut néanmoins qu'il étoit plus à propos d'établir un Ordre nouveau dont la fin fût de conserver la foi Catholique que les Armeniens venoient d'embrasser,& de l'étendre de plus en plus : c'est pourquoi il inftitua un Ordre auquel on donna le nom des Freres Unis de faint Gregoire l'Illuminateur, à cause que ce Saint avoit été l'apôtre de l’Armenie ; & comme ils avoient été convertis par les Reli- BARTHE gieux de l'Ordre de S. Dominique, ils prirent leurs constitu- LEMITES tions avec la regle de S. Augustin, changeant leurs habits de DE GENMoines Armeniens, en celui des Freres Convers de l'Ordre NES. de S. Dominique, ce qui fut confirmé par le pape Jean XXII. Ils firent profession de la regle de S. Augustin entre les mains du P. Jean Canus évêque de Tellis, compagnon du P. Dominique , ajoûtant un quatrieme væu d'obeir en toutes cho. ses au Pape , & ils élùrent pour fuperieur le V Vartabied Jean de Cherna.

Cet Ordre s'étendit beaucoup, non seulement dans l’Armenie, mais aussi dans la Georgie. Mais les Turcs & les Perses s'érant emparés de ces royaumes, les Freres Unis se renfermerent dans la seule province de Naklivan dans la grande Armenie, où il y a encore aujourd'hui douze villages Catho. liques. L'an 1356. ces Freres Unis voyant qu'ils avoient prelque les mêmes observances que les Dominicains , étant réduits dans une grande pauvreté, à cause de la domination des Infideles sous laquelle ils étoient tombés, & appréhendant que leur pauvreté n'augmentât dans la suite,ils envoïe. rent à Rome les PP. Thomas & Eleuthere, qui étoient deux freres, pour obtenir du pape Innocent VI. qu'il leur fit per. mis, sous le bon plaisir du general de l'Ordre de S. Domini que , de passer dans cet Ordre , & d'être soumis en toutes choses à ce general, ce que le Pape leur accorda , & l'Ordre des Freres Unis fut éteint par ce moyen , ayant depuis ce tems-là composé une province de l'Ordre de S. Dominique, qu'on appelle la province de Naklivan, & qui est la trente quatrieme de cet Ordre. Le P. Eleuthere en fur le premier provincial, & fon frere le P. Thomas fut archevêque de la même province.

Les Armeniens de Gennes ont subsisté plus long-tems. Outre les maisons dont nous avons déja parlé, ils en eurent encore à Milan, à Naples , à Perouse, à Eugubio, à Ferrare , à Boulogne, à Pistoye, à Padoue , à Rimini, à Pescaro, à Viterbe, & en d'autres lieux ,.& ils passerent même jusqu'à Caffa dans la Chersonese Taurique qui appartenoit aux Génois. Boniface IX. leur défendit de passer à d'autres Ordres, excepté celui des Chartreux, & les fit participans de tous les privileges de l'Ordre de S. Dominique, tant de ceux qui lui

و

BARTHE- avoient été accordés jusqu'alors , que de ceux qu'il pourLEMITES roit obtenir dans la suite, ce qui fut confirmé par les

papes DE GEN- Innocent VIII. & Paul III. & le pape Urbain VIII, leur NES.

donna pour protecteur le cardinal Durazzo l'an 1640. Mais Innocent X. voyant qu'ils n'étoient pas plus de

pas plus de quarante dans quatre ou cinq maisons qui leur restoient, qu'ils avoient beaucoup de peine à s'accorder ensemble, & qu'ils menoient une vie peu reguliere ; il les supprima l'an 1650. leur permettant de pouvoir passer dans un autre Ordre , & leur asli. gnant à chacun quarante écus , sur leurs biens qui furent confisqués.

Autrefois les generaux de cer Ordre étoient perpetuels, mais Sixte IV. les rendit triennaux l'an 1474. Le P.Etienne Palma a exercé cette charge quatre fois , & a été pendant trente ans vicaire general. Les PP. Cherubin Cerbelloni de Gennes, & Paul Costa de Milan , ont été les plus fameux predicateurs de leur tems, & ont rempli les meilleures chaires d'Italie. Ils ont aussi eu quelques écrivains , comme Pe- . regrino Scoti , Jean-Baptiste Pori, Jerôme Cavalieri, JeanBaptiste Ladriani, & Gregoire Bicio qui a fait l'histoire de cet Ordre.

C'est dans l'église de leur Monastere de Gennes, que l'on conserve l'image qu'on prétend que Notre-Seigneur JesusChristenvoya au roi Abgar, comme il paroît par les Bulles de Sixte IV. Jules II. Pie IV. Paul V. Gregoire XV. & Urbain VIII. Augustin Calcagnigni , chanoine , penitencier,& historiographe de Gennes, a donné l'histoire de cette sainte image.

Voyez pour les Armeniens de Gennes, Gregorio-Bitio, Relacione del principio do stato della Relig. de Fr. di S. Bafil. de gli Armen. in Italia. Silvest

. Maurol. Mar. Ocean. de gli Relig. lib. 5. Paul Morigia , hift. des Relig. liv. 1. chap. 56. Gio Pietr. Creszenzi, Presid. Rom. Tamb. de Jur. Abb. Tom. 2. disp. 24. quæft. 3. Bonanni , Catalog. Ord. Relig. P'art. 1. & Schoonebeck hist. des Religieux : & pour les Freres Unis, Clement Galano, Conciliatio Ecclef. Armena cum Romana, part, I. cap. 30.

CHAPITRE

« PreviousContinue »