Page images
PDF

Ordre à Rosanne dans la Calabre ; il le fit venir avec plusieurs Moïkb* autres Religieux & rétablit abbé de ceMonastere à qui ìides.bamaíîìgna de gros revenus. w En Ita

Son fils Roger, qui prit la qualité de premier roi de Sicile,LIE* lui ayant succédé,il embellit ceMonaíterepardes bâcimens magnifiques qu'il y fit faire , le déclara archimandrical , & nomma pour premier archimandrite saint Luc de Calabre j ce qui fut approuvé par Alexandre III. l'an 1175. > II y avoitplus de quarante abbayes qui en dépendoient, & uoique la plupart ne soient plus occupées par les Religieux e cet Ordre; on ne laisse pas d'y nommer des abbés titulaires que les Religieux de faine Sauveur élisent dans leur chapitre avec le consentement de l'archimandrite, pour maintenir la jurisdiction de ce Monastère, qui possède les terres de Savoca, Salice, San-Angelo, Ali, Atala,Mandanice, Pagliara , Lucade , Casale-Vecchio, Forza, San-Gregorio , plusieurs fermes ôc métairies. Et tous les abbés titulaires auísi bien que les commendataires, avec tous les vassaux des terres qui appartiennent â ce Monastère, font obligés fous de grofles peines de comparoître tous les ans,par çux ou par procureurs, devant l'archimandrite, ou son vicaire gênerai, à l'appel gênerai qu'on fait le sixième jour d'Aour,

Tous les revenus des abbayes titulaires appartiennent en partie au noviciat grec érigé en ce Monastère par Clément VIII. l'an 1 f 9 7. & l'autre partie à l'archimandrite,dont le premier régulier a été saint Luc de Calabre, comme nous avons dit ,&le dernier , le cardinal D. Isaac Comnene qui étoit du même Ordre , qui fut élevé a cette dignité par le pape Ur* bain II. Mais depuis ce tems-là cette abbaye est tombée en commende , & le premier archimandrite séculier suc dora Alphonse d'Aragon, les Religieux n'ayant eu pour leur entretien qu'une petite partie du revenu avec l'autorité & le pouvoir d'élire un vicaire gênerai de leur corps dans la vacance du siège archimandrital.

L'ancien Monastère bâti par \e comte Roger ne subsiste pluSj car comme il étoit situé â l'embouchure du Port, & que ce lieu étoit propre pour y bâtir un fort pour la défense de la ville ,1'empereur Charles V. assigna aux Religieux un lieu à un mille de cette ville, où on a bâti un superbe Monastère &vec une église, qui pour sa grandeur & ses ornemens suri Tomes, E ç

[ocr errors]

Moines passe tontes les autres du royaume. II y a dans ce Monastère t>F.S.BAsi- une très ample bibliothèque de manuscrits en parchemin de Le En Es-divers pcres 6c écrivains Grecs. Dans la province de Rome Faons, jj y a aussi le célèbre Monastère de Grotta-Ferrata qui avoic autrefois cent mille écus romains de revenu, avec une fameuse bibliothèque de manuscrits grecsd'un prix inestimable.

Quant à leur observance, outre les jeûnes de Téglise, ils jeûnent encore Pavent, & tous les vendredis de l'année : ils mangent de la viande trois fois la semaine, seulement une fois le jour savoir, le dimanche., le mardi & le jeudi. Ils travaillent en commun à certaines heures du jour. Le chapitre local se tient tous les samedis, où ils reconnoissent leurs fautes devant le supérieur,6c il est obligé de donner tousles ansau commencement de Tannée à chaque Religieux deux suaires, & trente bougies. Leur habillement est à peu près semblable à celui des Bénédictins ,excepté que la coule des Basiliensest beaucoup plissée pardevantôc par derrière, & ils ont une petite barbe comme les pères de la Mission. Ils ont pour armes <i'azurà une colomne d'argent au milieu des flammes avec cette devise : talis efl magnus Bafilius, l'écu timbré d'une couronne ducale avec une croix patriarchale & une crosse passée en sautoir derrièrel'écù. j

Alphons Clavel , Antiquedaddélia Rclig. de S. Bajilio, & D. Apollin. d'Agresta , Vit. de S. Baslio part. 5.

Chapitre XXV.
Des Moines de saint Basile en Espagne.

IL se peut faire que l'Ordrede saint Basile ait fleuri en Espa-
gne aussi bien qu'en plufíeurs autres endroits d'Occident,
dès le commencement de son institution,commc le préren-
dent les historiens de cet Ordre; mais la mémoire en avoit été
abolie depuis que la règle de saint Benoît y avoit été connue,
& que les Maures s'étoient emparés d'une partie de ce royau-
me , & il ne commença à renaître dans la province d'An-
dalousie , que fous le pontificat de Paul IV. Quelques person-
nes s'étant retirées dans une solitude appellée les Celles d'O-
yiedo, & aujourd'hui Sainte Marie d'O viedo, au diocèse de

[graphic][graphic][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors]

Jaen , Pévêque leur ordonna de suivre la règle de saine ^jOIN"ES Basile , & leur donna pour supérieur le P. Bernard délia- des.easiCruz , entre les mains duquel ils firent profession. Mais ce Le En Esnouveau supérieur faisant reflexion qu'ils n'étoient pas veri-PAGNJ*» tablement Religieux de cet Ordre , pour n'en avoir pas fait

Í>rofession entre les mains des supérieurs légitimes , entreprit e voyage d'Italie pour en conférer avec l'abbé de Grotta-Ferrata. Ils convinrent de présenter tous les deux une supplique au pape Pie IV. qui avoit succédé à Paul IV. pour le prier de permettre que les Religieux de sainte Marie d'Oviedo fuflenc admis au nombre des enfans de saint Basile, ce que le pape leur accorda par une bulle du dix-huit Janvier 1561. par laquelle il ordonna que leP.Bernard della-Cruz renouveileroit fa. profession entre les mains de l'abbé de Grotta-Ferma, & que les Religieux de sainte Marie d'Oviedo la feroient de nouveau entre les mains du P. Bernard della-Cruz leur supérieur , ce qui fut exécuté.

Quelques années après, le P. Matthieu della-Fuente ayane introduitune reforme particulière de cet Ordre,&ayarit fondé deux Monastères, l'un à Tardon, l'autre à Valle-de Guillos j le pape Grégoire XIII. unit ces deux Monastères avec celui de Notre-Dame d'Oviedo, & en fit une province fous le nom de saint Basile à laquelle il voulut que les autres Monastères que l'on fonderoit dans la fuite, fuíïent unis, & il les fou» mit à la juridiction de l'abbé gênerai de l'Ordre de saint Basile en Italie. Mais cette union ayant été préjudiable à la reforme du P. Matthieu della-Fuente , comme nous dirons

Îtlus au long dans le chapitre suivant; Clément VIII. sépara es deux Monastères de Tardon ôc de Valle-deGuillos d'avec ceux qui n'étoient pas reformés & qui s'étoient multipliés, & défendit aux supérieurs de ceux-ci de recevoir à Pavenir des novices, de faire de nouvelles fondations. Cette défense fut néanmoins levée dans la fuite, & ces Religieux firent de nouveaux établissements. Leurs Monastères sont présentement divisés en deux provinces, l'une fous le nom de Castille, l'autre fous celui d'Andalousie. Les Monastères de la Province de Castille , font ceux de saint Basile à Madrid , de Notre-DameduRemedeàBarcena.deNotre-Dame du Salut à Cuellar, de saint Côme &c de saint Damien à Valladolid, le çollege de saint Basile à Salamanque, & celui de saint Basile

« PreviousContinue »