Page images
PDF

Moises nous avons fáic graver d'un de ces évêques Grecs de Russie »b s. Ba- ou Polopne, a été cirée fur une image représentant le bien-.

SlLE EN

ixAtu. heureux Josaphat Kuncevizzi ; & il y a pareillement des Religieuses dans ces deux Russies.

Voïez Dom Apollin. d'Agresta, Vit. di S.Bafilio. part, y. cap. 41. Cari. Bartl. Piazza, Oper. pie. di Rom. Tratt. 5. cap. 41. Philip. Bonanni, Catalog. Ord. Relig. p. 1.'

Chapitre XXIV.

Des Moines de saint Basile en Italie, & de la Reforme de cet Ordre par Grégoire XIII.

Monsieur Hermant dans son histoire de rétablis, sèment des Ordres Religieux , n'a pas eu raison de dire, que l'Ordre de saint Basile n'étoit passé en Occident, qu'environ l'an 1067. puisque l'on peut prouver le contraire par une infinité d'abbaïes , dont la fondation est avant la naissance de saint Benoît, & qui fuivoient déja la règle de saint Basile, laquelle fut reçue dans l'Occident, aussi tot que Rufin l'eût traduite en latin. Il y en a même qui prétendent qu'elle a été observée du vivant de ce saint docteur dans quelques Monastères, comme à Naples dans celui des saints Nicandre &, Marcian , fondé l'an 363. qui s'appelle aujourd'hui de saint Patrice , & est de l'Ordre de saint Benoît : ou^ tre que l'inscription qui est encore au dessus de la porte des Religieuses de Campo-Marzoà Rome, fait foi comme elles quittèrent la Grèce pour se réfugier dans cette capitale du monde l'an 760. aì'ant emporté avec elles le corps de S. Grégoire de Nazianze , & une ima^e de la Vierge peinte par íaint Luc -y & qu'après avoir professé la règle de saint Basile, &les Religieuses Grecques étant mortes, les Italiennes qui s'étoienc jointes à elles, avoient embrassé celle de saint Benoît, t L'on ne peut donc pas nier que l'Ordre de saint Basile ne soit très-ancienen Occident, principalement en Italie, oùiL a eu autrefois un très-grand nombre de Monastères , y en aì'ant eu plus de cinq cens dans le royaume de Naples, feulement. Mais de ce grand nombre qu'il y avoic en Italie , il ne

[graphic]

teste plus présentement que vingt-deux abbaïes en Sicile, Moinu treize dans le roïaume de Naples, & quelques autres à Rome DE s- ba& dans ion territoire, qui composent en tout trois provinces irALIÏ. différentes, savoir, Calabre , Sicile & Rome, qui ont chacune leurs supérieurs provinciaux, & font soumises àPabbé gênerai de tout l'Ordre.

L'an 1573. le pape Grégoire XIII. à la prière du cardinal Sirlet qui étoit pour lors protecteur de cet Ordre, tâcha de le rétablir dans fa première ferveur, aïant beaucoup dégénéré de fa première institution. II assembla en un seul corps tous les Monastères de saint Basile d'Italie, d'Espagne &c des autres provinces sujettes pour le spirituel au saint siège. Il ordonna qu'on tiendroit tous les trois ans un chapitre gênerai, où on éliroitun abbé gênerai, des visiteurs, un procureur gênerai & autres officiers pour le bon gouvernement de cet Ordre j & soumit à l'obéïssance du gênerai toutes les provinces qui ctoient unies avec l'églisc Latine. II exemta aussi les Monastères & les religieux , de la jurifdiction des ordinaires, des archimandrites , & des abbés commendataires ; ordonnant que ces derniers seroient tenus à la réparation des Monastères & des églises, ausquelles ils pourvoiroient d'ornemens & autres choses nécessaires pour le culte divin. II sépara les menses abbatiales d'avec les conventuelles ; enfin il leur accorda beaucoup d'autres grâces & privilèges qui furent confirmées par Clément VIII. & par Paul V.

Dans les provinces de Sicile, de Calabre & de Rome ils suivent le rit Grec, selon le typique ou ordre prescrit par saint Barthelemide Rossane abbé de Grotta-Ferrata 5 mais ils se conforment en plusieurs choses á Pëgliíè Latine, consacrant avec du pain azime, se servant d'ornemens sacerdotaux pareils à ceux dont elle se sert, & ils ajoutent au Credo : qui ex Pâtre JFilioqueprocedit, ce que ne font pas les autres Grecs. Néanmoins au Monastère de S. Arpin à Naples par un privilège de Paul V. donné de vive voix en 1615. & dans celui de Nocera de Pagani par un autre privilège d'Urbain VIII. de l'an 1630. ils officient selon le rit Latin, &: le même PaulV par un bref de l'an i6o8.avoit déja accordé à tous les Monastères du rie Çìrec où il yauroitsix religieux de famille, que l'un d'eux pût dire la Messe selon le rit Latin , & même deux religieux où il y enauroitun plus grand nombre , ce qui a éçé confirmé par JnnocentX. le 1. Janvier 1649.

Moines Leur chapitre gênerai së tient présentement tous les six ans ©s s. Ba- par un bref de Paul V. du 15. Mai 1610. & les provinciaux en Italie"* cnaclue province, tous les trois ans. Tous les ans l'on tient aussi dans une des provinces} la diette ou diffinitoire gênerai, où l'abbé gênerai assiste avec les visiteurs, les provinciaux, les aísistans généraux òc les diffiniteurs, & c'est dans ces assemblées qu'on fait élection des abbés, des prieurs & des autres officiers, qu'on y reçoit les novices, généralement qu'on traite déroutes les affaires qui regardent l'Ordre.

Quoique les généraux doivent être élus tous les six ans, il arrive néanmoins très- souvent, qu'ils font nommés par brefs des souverains pontifes, & confirmés dans cet emploi pour plusieurs années, commeil est arrivéau R. P. Théophile Pirri Napolitain, qui fut créé par Alexandre VII. en 1660. & confirmé ensuite à vie 3 mais il fut quelque tems après nommé à l'évêché de Giovinazzo par le roi d'Espagne. Le R. P. Basile Pitella Sicilien, futaussi créé par bref de Clément X.en 1670. & ensuite confirmé à vie. Et enfin le R. P. D. Apollinaire d'Agresta Calabrois, qui a donné en 1681. Ia vie de saint Basile , où il parle amplement de la fondation & propagation de son Ordre, fut aussi créé en 1675. par bref de Clément X. & confirmé ensuite par InnocenrXI. en 1680. ilgouvernoit encore cet Ordre en 1698. lorsque j'étois â Rome, il avoit été aussi vicaire gênerai de l'archimandrie de saint Sauveur de Messine.

Ce Monastère est le plus célèbre de cet Ordre en Iralie, il n'y en a point qui puisse aller de pair avec lui. II fut fondé par Roger comte de Calabre&de la Pouille, qui étant venu l'an 1157.avec une armée considérable pour secourir la ville deMessine, & en chasser les Sarasins qui s'en étoient emparés aussibien que de toute la Sicile, fut si touché du premier objet qui se présenta à lui, qui étoit douze Chrétiens que ces barbares avoient pendus à l'endroit où est présentement la tour du fanal, qu'il fit vœu de bâtir un Monastère en cet endroit; afin que les religieux qu'il y mettroit priassent Dieu tous les jours pour le repos des ames des Chrétiens qui étoïent morts par les mains de ces infidèles, ce qu'il exécuta peu de tems après lorsqu'il les eût chassés de toute cette ille, &aïant appris les rares vertus de íaint BarthelemideSemeri de l'Ordre de saint Basile, qui demeuroit dans un Monastère de cet

Ordre

« PreviousContinue »