Page images
PDF

PREMIERE PARTIE,

Chap. XVIII. De l'Ordre de saint Basile & de son grand progrès, iy5

Chap. XIX. Des Caloyers ou Moines Grecs 3de leurs exercices, jeunes & abstinences, 181

Chap. XX. Des principaux Monastères de Caloyers ou Moines Grecs, 193

Chap. XXI. Des Moines Melchites, Géorgiens &Mingreliens, 201

Chap. XXII. Des Moines de siaint Basile dans la grande Ru ffìe
ou Duché de Moscovie 3 2 o G

Chap. XXIII. Des Moines de S. Basile dans la petite Russie ou
Ru.ljìc Blanche , & dans la Ru ffìe Roussie ,211

Chap. XXIV. Des Moines de S. Basile en Italie 3&dela Re-
forme de cet Ordre par Grégoire JCIJI. 214

Chap. XXV. Des Moines desiaint Basile en Esipagne, 218.

Chap.XXVI- Des Moines de siaint Basile 3 Reformé's, appelle's deTardon, 222

Chap.XXVII. Des Moines Efclavons , 229

Ch. XXVIII. Des Religieuses de l'Ordre de saint Basile , tant en Orient qu'en Occident 3 231

Chap. XXIX. Des Moines Acémetes 3avecla vie de siaint Alexandre leur Fondateur, 238

Chap.XXX. Des Moines Arméniens ou Sarthelemites de Gennes, comme auffì des Religieux Arméniens appellés les Freres-Vnis de saint Grégoire l'Illuminateur 3 243

Chap. XXXI. Des Chevaliers de l'Ordre de Constantin ,appellés
auffì Dorés, Angéliques & de S. Georges, 249.

Ch Ap.XXXII. Des Chevaliers Hospitaliers de l'Ordre de faini
Lazare de Jérusalem , 257

Ch. XXXIII. Des Chevaliers de Frise ou de laCouronne, 271

Ch. XXXIV. Des Chevaliers de l'Ordre Militaire de saint
Corne & de saint Damien , ou des Martyrs
dans la Palestine , 272

Ch Ap.XXXV. Des Chevaliers de l'Ordre de sainte Catherine du
Mont-Sinaï, 274

Ch. XXXVI. Des Chevaliers de l'Ordre de Chypre ou du Silen-
ce , appellés auffì de l'Epée 3 276

Ch. XXXVII. Des Chevaliers de l'Ordre de Mont-Joye 3 appellés auffì de Monfrac & de Truxillo 3 278

Cn.XXXVlll.Des Chevaliers de l'Ordre de saint Biaise 3 280

m ij

[ocr errors]

Ch. XXXIX. Des Chevaliers de l'Ordre desaintGereon, 281

Chap. XL. Des Religieux de l'Ordre de N. D. du Mont.

Carmel^appellés communément lesCarmesì 28 2

Chap. XLI. De la Règle primitive des Carmes > & des chan-

gemens qui y ont été faits par les Souverains

Pontifes^ 300

Ch AP. XLII. Vie du B. Albert, Patriarche Latin de Jérusa-

lem , & Législateur de l'Ordre des Carmes ,313

Chap. XLIII. Du grand progrès de l'Ordre des Carmes depuis

leurpaffage en Europe, 317

Chap. XLIV. Origine des Religieuses Carmélites, avec la vie

du B. Jean Soreth leur instituteur, JsJsVI.

General & premier Reformateur de l'Ordre des

Carmes, 312

Chap.xlv. Des Carmes Reformés de U Congrégation de

Mantoue s 327

Ch AP. XLVI. Des Carmes de l'Etroite Observance, comme aujjì

de quelques autres Reformes faites en cet Or~

dre, 533

Chap.xlvii.dw Religieuses Carmélites Déchaussées , avec

la vie de Ste Thérèse leur Reformatrice, 340

Clì AV.XLVlll.Continuation de l'Origine des Carmélites De-

# chauffées, ou ìl est parlé de la Reforme des Car-

mes Déchaussés , avec la vie du B. Jean de la

Croix\premierCarme Déchaussé^Coadjuteur

de sainte Thérèse dans cette Reforme, 348

Chap. XLIX. Des Exercices & Observances des Carmes Dé-

chaussés dans leurs Déserts, 361

Chap» L. Des Religieuses Carmélites Déchaussées en

France, t 366

Chap. LI. Des Religieuses Penitentes} ou Converties d'Or-
vie te en Italie s 3 74

Chap. LII. De P origine du Tiers Ordre des Carmes, & des

Beates du même Ordre, ..376

Chap.liii. De l'Archiconfraternitè de Notre-Dame du,

Mont-Carmel à Rome , 384

Çh AP. LIV. Des Chevaliers de l'Ordre Royal, Militaire &

Hospitalier de Notre-Dame du Mont-Car»

mel & de saint Lazare de Jérusalem , 386

DISSERTATION
DIS SERT ATIO N

PRÉLIMINAIRE

SURL'ORIGINE ET SUR L'ANTIQUlTfc' DE LA VIE KONASTI QJJ E,

Par.agr.aphe I.

Que les Thérapeutes ont été les instituteurs de la vie

Monastique.

lYANT à traiter de tous les Ordres Religieux en particulier , nous ne pouvons paf ; nous empêcher de parler de l'origine & de [l'antiquícé de l'çtat monastique. II est inutile de la raire remonter ju sques au tems d'Elie 8c d'Elisée, comme il y en a qui le prétendent; puisque tout ce que nous lisons de ces prophètes, de leurs disciples , des Nazaréens, des Rechabices, & de saint JeanBaptiste , que saint Jérôme nomme le prince des Anachorètes , & que saint Jean Chrysostome appelle le prince des moines i n'étoit que l'ombre & la figure de la vie mona, stique;

Tome I, A

[graphic]

Bciiarm, Le cardinal Bellarmin dit que dans la loi de nature avant fl/íT*/.;"^ déluge,il y en avoic quelque ébauche : que dans la loi de Moïse s il y en avoit eu une plus grande expression j mais qu'elle a reçu ía perfection au tems des Apôtres. En effet ,il semble qu'on devroit rapporter son origine à ce tems-là,après que quelques pères 3 plusieurs souverains pontir'es, les conciles de Meaux & de Thionville & un grand nombre d'écrivains ,ont reconnu les Apôtres pour les fondateurs de ce saint institut, & leur exemple ayant été suivi par les Chrétiens de l'église de Jérusalem, qui n'ayant qu'un cœur & qu'une ame , vendoient tous leurs biens, &. en apportoient le prix à leurs pieds, pour n'avoir rien qui les attachât en cette vie. Néanmoins les Thérapeutes dontparle Philon,emPhii. d* brassèrent un profession encore plus haute que celle des premt.cenrem. mjers Chrétiens de Jérusalem 5 & Eusebe3 Cassien, Sozome^ie & quelques autres , les regardent comme ceux qui ont tracé le plan des premiers monastères. Ce fut après que saint Marc eut fondé l'égliíe d'Alexandrie , où ses prédications ayanc awiré à la foi de Jesos-Christ un très-grand nombre de personnes , il y en eut beaucoup qui embrassèrent les règles lesplus élevées 8c les plus étroites de la perfection chrétienne -, en quittant leurs parensSc leurs amis, 8c se retirant dans la solitude pour s'y donner entièrement à la vie contemplatives ce qui leur fit donner le nom de Thérapeutes,c'est-á-dire.medecins ou serviteurs, parce qu'ils avoient foin de leurs ames &qu*ils servoient Dieu. Ils établirent d'abord leurs demeures auprès du lac Meris. Ils abandonnoient volontairement leurs biens, 8c quittoient fans aucun retour , pere , mere , femme & enfans, frères 8c sœurs, parens 8c amis. Ils avoient chacun leur cellule feparée,qu'ils appelloient Semnée ou Monastère. Ils y vaqupient seuls aux exercices de la prière 8c de ìa contemplation. 11s y étoient continuellement en la présence de Dieu. Ils faifoient la prière deux fois le jour, le matin & le soir. Le matin ils demandoient à Dieu de leur donner tine journée heureuse, 8c de remplir leur esprit d'une lumière céleste; 8c le soir ils le fnpplioient de les délivrer de rafrection des choses terrestres 6c sensibles. Us employoientle reste dit" jour à la lecture de l'écriture sainte & à la méditation. Le flus souvent ils chantoient des cantiques & des hymnes! Les jeûnes étoient sévères. Ils ne mangeoient 8c ne buvoient

« PreviousContinue »