Page images
PDF
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Saint Athanase dans la vie de saint Antoine, aïant dit que les monasteres n'étoient pas si frequens lorsque ce faint se retira vers l'an 270. M. de Tillemont pretend que le mot de monastere en cet endroit, marquoit souvent en ce tems-là la demeure d'un seul solitaire ; d'où l'on doit conclure qu'il s'entendoit aussi quelquefois d'un monastere où plufieurs per. sonnes demeuroient ensemble. En effet dans les notes lur Page 10 2. saint Pachome, prevojant bien qu'on pourroit tirer certe confequence, il s'explique au sujet de ces mêmes monasteres, en disant que par le terme de monastere on ne doit pas entendre une congregation de religieux qui vivent ensemble; mai, fcu- Page 679. lement une demeure d'un petit nombre de Solitaires, louvent même d'un seul; & un peu plus bas au sujet de ceux de Cheno, bofque & de Moncole, ou Mochans, qui se soumirent à la regle de saint Pachome , il dit que c'étoit sans doute de ces monasteres de huit ou de dix religieux , qui se vosoient avant saint Pachome, & qui étoient moins des Cænobites que des Ermites. Il est en cela bien éloigné du sentiment de M. Bulteau, qui Bult hift.

Monasiq. appelle ces monasteres de Chenobosque & Moncofe des ab. baïes, & qui, bien loin de les mettre au nombre de ceux où 8 3. M. de Tillemont dit qu'on vivoit sans aucune subordination, & où on ne se maintenoit qu'avec beaucoup de peine dans la pieté, prétend au contraire que ce n'étoit pas pour être reformes qu'ils se soumirent à saint Pachome ; car parlant de celui de Chenobosque,il dit que le venerable Eponyche qui en étoit abbé, l'offrit à saint Pachome, & qu'il n'avoit pas beloin : 8. cap.s. de reforme, puisqu'il étoit habité par des religieux très-anciens & très-avances dans la perfection.

Mais l'on pourroit demander à M. de Tilleniont qu'il eût à fournir lui-même des preuves , comme il n'y a pas lieu de dourer qu'il n'y ait pas eu plus de huit ou dix religieux dans ces monasteres de Chenobosque & Moncofe , & qu'ils y étoient moins des Cænobites que des Ermites ; puisque Calsien aïant pretendu que les Cænobites sont plus anciens que les Anachoretes , qu'ils ont commencé avant faint Paul Er- De Tillem. mite & faint Antoine ; & même qu'ils ont toujours été dans ut [02.04.g. l'église depuis les A potres, M. de Tillemont veut qu'il justi. 6785 fie certe pretention. Ilseroit plus aisé à Cassien de la justifier, qu'à M. de Tille

d'Orient P

Call col,

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »