Page images
PDF

premier instituteur des Moines de la Palestine, où l'on n'en Lkutw» avoit aucune connoiílànceavant lui, c'est-à-dire après la mort lA Vk~ de Diocbtien qui arriva l'an 313. L'éghse de la première Lau-l,,TIH,, re de S. Chariton dédiée par S. Macaire de Jérusalem , qui ne fut évêque qu'en 3i4.quaranteans après la mort d'Aurelien , fournit une autre difficulté á cet auteur, ce tems lui pafoissant trop considérable pour croire que saint Chariton eût vécu assez pour fonder encore deux autres Laures, & paíïèr ensuite quelque tems dans une entière solitude : ainsi il aime mieux distinguer deux Charitons , l'un qui a souffert la persécution du tems de l'empereur Aureiien , & l'autre fondateur des premières Laures de la Palestine, après que S. Hilarion y eutintroduit la vie monastique.

Quoiqu'il en soit de ces deux Charitons,celui qui fonda les premières Laures de la Palestine/ut imité dans le cinquième siécle par S. Euthyme le Grand qui bâtit aullî une Laure.EUe fut fort renommée, & étoic éloignée de quatre ou cinq lieues de la ville de Jérusalem i mais le saint abbé n'y vouloit point Cyriii vìt< recevoir de jeunes gens qui n'eussent point encore de barbe >^E^i*" c'est pourquoi S. Sabas & S. Quiriace s'étant présentés pour Und l0. être du nombre de ses disciples, il envoya S. Sabas au Mona-Jknv- W stère dé S. Theoctiste , &S. Quiriace à celui deS.Gerasime,301" parce qu'ils n'avoient point encore de barbe $ & à son imitation S. Sabas ayant bâti la célèbre Laure qui a porté son nom, il n'y recevoit point non plus de jeunes gens, & les envoyoit d'abord dans d'autres Monastères.

- S Sabas naquit au bourg de Mutalasque en Cappadoce dans Cyrîll. tu. le diocèse de Cesarée, vers l'an 440. Dès l'âge de huit ans il se retira dans le Monastère de Flaviane à une petite lieue de»*»,. E«7. Mutalasque II y demeura dix ans,alla ensuite àjerusalem avec Ort.T. j. la permission de sonabbé,& passa l'hiver dans le Monastère de S. Passarion alors gouverné par Elpide. Ensuite il se rendit auprès de saint Euthyme pour vivre sous fa conduite ; mais le saint abbé le jugeant trop jeune pour demeurer parmi les ermites de fa Laure,!'envoya au Monastère d'en-bas dontétoit abbé saint Theodiste.

Le relâchement s'étant glissé dans ce Monastère, S. Sabas le quitta & s'écablit dans la solitude du désert de saint Gerasimeaflèzprès du Jourdain.llavoitpour lors trente-cinq ans; & après en avoir demeuré quatre dans ce désert, il quitta Laures le séjour de cetce solitude pour aller habiter une caverne dans Dît A PA-les roches d'une inontagne,au pied de laquelle passoitleTorLest.ns. renccje Cedron à trois lieues de Bethléem & à cinq de Jérusalem. II y vêcut seul pendant cinq ans, occupé uniquement du foin de son salut, lorsque Dieu lui inspira le désir de travailler aussi à procurer celui des autres. II y bâtit une fameuse Laure,, 8c y assembla soixante-dix solitaires qui se mirent fous fa conduite ; le nombre s'augmenta jusqu'à cent cinquante. Mais quelque grande que fût l'union , la charités la bonne intelligence qu'il entretenoit parmi eux, il ne put empêcher que quelques-uns n'y apportassent du trouble , ôc ils furent même aflèz hardis pour entreprendre de le priver de fa charge d'abbé. Ils allèrent pour cet effet trouver Saluste patriarche de Jerusalem,& lui représentèrent que S. Sabas étoit un' homme d'une simplicité grossière, imprudent, incapable de gouverner un sigrand nombre de solitaires, & scrupuleux jus. qu'au point de ne vouloir pas être prêtre, ni permettre que l'on conférât cet Ordre aux Religieux. Saluste informé du mérite de S. Sabas feignit d'écouter leurs plaintes, mais il ordonna prêtre le Saint, & dit à ces faux frères : Voilà votre supérieur, ce n'est point par le choix des hommes, mais par l'élection de Dieu même qu'il est établi dans cette charge. Il les ramena tous à la Laure, où il consacra Téglise que saint Sabas y avoit construite.

Ce Saint fonda aussi un Monastère fur la colline de Castel à une petite lieue de fa Laure. II bâtit encore un cloître à une demi- lieue de cette Laure, où il faifoit instruire les novices y & si c'étoit des jeunes gens , il les envoyoit à une lieue &: demie de là, dans le Monastère de l'abbé S. Theodofe son ami, pour les former, & les mettre un jour en état d'entrer dans la Laure qui étoit le séjour des Parfaits. Ayant été fait exarque ou supérieur gênerai de tous les solitaires qui étoient dans les déserts, les ermitages & les laures; il veilloit toute Tannée par fa présence avec beaucoup d'application sur ces solitaires qui avoient été commis à les foins j mais depuis l'Epiphanie jusqu'au Dimanche des Rameaux, il fe retiroit dans le fond du désert accompagné d'un seul disciple, & s'y préparoit à folemniferla fête de Pâques.

Les Religieux rebelles de fa laure lui tendirent tant de pièges , que pour céder à leur malice il refolut de les quitter 6c

[graphic]
[merged small][ocr errors][graphic]

sc retira dans différentes solitudes 5 mais le patriarche de Je- txvutt rufalem ayant obligé les Religieux séditieux de lalaure de l'y DS LA p*recevoir, ils aimèrent mieux sc retirer eux-mêmes.Ils étoient "ST1N*' au nombre de quarante qui allèrent à la laure de Suça dans

suesP%^nrCe.?"-°" ï rec^^^^^ep^aflent en qJaiue á'hotes. Quelques cellules abandonnées qui étoient près du torrent de Thecoé leur servirent de retraite. Ils en firent encore d'autres au même lieu , & commencèrent ainsi ce qu'on appella depuis la nouvelle Laure.

Le zele que le saint abbé avoitpour ces Moines révoltés, le tenoit dans une sainte inquiétude. Sçachant qu'ils étoient dans la nécessité, il leur fit tenir une somme d'argent 3 obtint pour eux la propriété des cellules qu'ils occupoieut, entreprit un voyage exprès pour leur porter lui-même diverses choses dont ils avoient besoin, 8c leur bâtit une église. Par ce moyen il sçut les vaincre 8c ils se soumirent à son obéissance. II leur donna pour abbé Jean le premier de tous ses disciples. II bâtit encore d'autres Monastères, où il mit des superieurs d'une grande sainteté; 8c comme il n'avoit pas moins de zele pour la pureté de la foi que pour l'exacte observance de la discipline régulière, il veilloit sans cesse pour empêcher que le venin de l'heresie ne se glissât dans tous ses Monastères. II convertit même quelques solitaires Nestoriens, & travailla depuis avec le même succès à faire revenir ceux quisuivoient les erreurs d'Eutychés 6c de Dioscore. Enfin ce saint abbé étant âgé de plus de quatre-vingt-douze ans, mourut dans fa principale Laure le Décembre del'an 531

L'on prétend que la liturgie qui est aujourd'hui en usage Baiteau, parmi les Grecs, est celle que l'on observoit dans les Mo-j^'vJJ'í nasteres de saint Sabas, qui l'avoit reçue de ses maîtres 6 6 8. íaint Euthyme 8c saint Theoctiste. A son exemple il y eut plu- Iiid t*t< fleurs de ses disciples qui fondèrent aussi des Laures, dont A9' les plus remarquables furent Jaques, qui fonda auprès du Jourdain la laure des Pyrges, ou des Tours, le B. Firmin qui bâtit la laure de Malische , connue depuis par son nom , Sévérien qui en fonda aussi une dans un lieu nommé Mari, che, 6c Julien qui bâtit près du Jourdain la Laure d'Elcérabe.

Nous avons ci-devant parlé du Monastère de S. Gerasimé,

« PreviousContinue »