Page images
PDF
EPUB

ANTOINE

PIE.

Ordre ait traduit en françois & en espagnol l'histoire feinte qu'en a
M:LITAL- donnée cet Abyssin, qui n'est remplie que de mensonges &
RE DE S. de faussetés : Deus bone , ac immortalis : s'écrie-t il , quæ men.
ENETHIO-

dacia , quæ fomnia , quæ commenta eo in libello sub nomine mife-
ri ejus Æthiopis confi&to , non continentur ?

Nous pouvons encore ajouter , que ce que le même Abys-
sin a avancé que les Maronites, Jacobites , Georgiens,
Armeniens & Nestoriens , obéissent tous à l'abbé du mont
de Sion en Asie , est aussi très - faux; puisqu'il n'y a point
d'abbé du mont de Sion ; & que les Religieux de saint Fran.

çois ont demeuré seuls sur cette montagne pendant près Francis d'un siecle , jusqu'en l'an 1559. que les Turcs voulant clorre Quadrag la ville de Jerusalem , comme elle est presentement, & ne r& fanda. voulant

pas faire la dépense qui eût été necellaire pour y Tom. I. renfermer le couvent que ces Religieux avoient fur cette

montagne , qui est la plus élevée de celles qui sont dans cette
ville ; ils demanderent à ces Religieux une contribution de
six mille écus pour y travailler : ce que leur pauvreté les
ayant empêché de fournir , ils allerent demeurer hors la
ville. Mais depuis ce tems-là les Turcs , jugeant que le lieu où
ils s'étoient retirés , éroit de défense , & que les Chrétiens
s'y refugiant pourroient surprendre la ville ils en challe
rent les Religieux qui sont dans un autre lieu de Jerusalem,
& les églises qui étoient dans le couvent du mont de Sion
ont été changées en des mosquées. D'ailleurs quelle appa-
tence y a-t-il que les Armeniens qui sont à Jerusalem , & qui
suivent la regle de saint Basile ausfi bien que les Moines Geor-
giens, eufient obéi à l'abbé du mont de Sion qui auroit été de
POrdre de saint Antoine ? Ceux qui voudront ajouter foi aux
auteurs qui ont donné cer Ordre militaire

pour veritable,
pourront consulter ce Jean Baltasar Abyssin, dont l'histoire
en espagnol a été traduite en notre langue en 1632. l'hi.
Itoire des Ordres militaires de l'abbé Giustiniani , imprimée
à Venise en 1691. celle de M. Hermant, imprimée à Rouen en
1698. celle d'Adrien Schoonebeck, imprimée à Amsterdam
en 1699. & le Catalogue des Ordres militaires qu'a donné le
P. Bonanni en 1712.

Entre les auteurs que l'abbé Giustiniani cite pour prou, yer l'existence de cet ordre, il a mis Cesar Veccellio frere du Titien, qui a fait graveren 1589. les differens babillemens

de

[ocr errors]
[ocr errors]

ORDRE

[ocr errors]

Cesar Veccello. ha.

. to il mondo.

de toutes les Nations du monde. Il est vrai que Veccellio a donné l'habillement des plus grands seigneurs d'Ethiopie, Militarsemblable à celui que l'Abbé Giustiniani a fait graver pour ANTOINE representer un de ces prétendus chevaliers de S. Antoine , & exLTHIOqui a été ensuite copié par Schoonebeck , & par le P. Bo-Ple. nanni. Mais au bas de cette figure, Veccellio n’a point marqué que ce fut l'habillement d'un de ces chevaliers ; il dit seulement que c'est celui des principaux seigneurs de la cour du Prete. Jean , qui portent une chemise de soye avec un capuce de fourures de grand prix, & qu'ils ont au cou de riches ornemens d'or & de perles : 1 principali personagi del PreleJeani portano una camiscia di seta , & un Capucio di pelli ani-buhi, an imali di grandilimo prezzo , & al collo usano ornamenti grandiflor, co mofimi do10 & di gemme.

Cét habit n'a même rien de commun avec celui qui est marqué dans l'histoire de cet Ordre prétendu, composée par ce faux chevalier Abyssin; car il dit que lorsque l'on reçoit Fondation, un Chevalier, un Frere servant, ou un Oblat de cet Ordre, vie, do Reon leur donne un petit scapulaire noir , avec un tau bleu valiers de qu'ils portent sur la chemise , qu'à la profession d'un cheva-''Ordre de lier , on lui donne une soutane noire traînante à terre ; en Ethiopic. avec une croix bleue fur la poitrine : que par dessus la fou-Chaps tane, on lui met une cuculle noire, fort plissée par le cou

; ayant les manches longues qu'il s'entortille au tour des bras: qu'il y a aussi une croix bleue sur cet habit , qu'on lui donne encore une petite croix d'or de la même façon qu'il porte au cou. Il ajoûte que tous les chevaliers commandeurs tant les religieux prêtres, que les militaires, assistent à l'office divin revêtus de cette cuculle noire , avec cette diffe. rence, que les manches des cyculles des prêtres sont fermées ; mais que les uns & les autres ont la tête couverte d'un capuce semblable à celui des Moines Benedictins : que l'habit des freres servans & des oblats prêtres est noir aussi : mais semblable , quant à la forme , à celui des Chartreux, à la difference que les oblats n'ont point à côté de leur habit, ces bandes que les Chartreux portent , afin qu'ils soient distingués par ce moyen des freres servans : que les uns & les autres portent cet habit dans l’Abbaye; mais qu'ils ont une chape noire de la même façon que celle des Chartreux lorsqu'ils sortent. Enfin dans le Chapitre X. il dit que

l'habit des Tome I.

V

[ocr errors]
[ocr errors]

DE S. PA
CHOME.

Ordre freres servans qui ne sont pas prêtres, consiste en une sou

cane noire qui defcend jusqu'à la moitié de la jambe , un manteau long jusqu'à terre, plislé au collet , & une chape noire , qui est le même habiq que portent les chanoines de Benevent en Italie : que toute la difference qu'il y a; c'est que ces chanoines portent un bonner quarré & les freres servans de l'Ordre militaire de S. Antoine un bonnet rond. Quant à l'habit des oblats, il est peu different, à ce qu'il pretend , de celui des feculiers. Voilà des habillemens bien differens de celui que Schoonebeck & le P.Bonanni nous ont donné comme le veritable, que portent ces prétendus chevaliers de S. Antoine , dont nous avons ci-devant fait la description , quoiqu'ils ne parlent qu'après ce faux chevalier Abyssin; ou plutôt qu'après l'abbé Giustiniani,qui a été copié par Schoonebeck & le P. Bonanni qui s'en font rapporté à ce qu'il a dit. Non leulement le P. Bónavni ne s'est pas contenté de faire graver l'habillement supposé de ces prétendus chevaliers de S. Antoine d'après l'abbé Giustiniani; mais il a encore fait

graver l'habillement supposé d'un prétendu grand-maître & celui d'un religieux de cet Ordre , habillemens qu'il a inventés, & que nous avons fait aussi graver pour faire voir le peu de raport de ces habillemens avec ceux, dont ce faux chevalier Abyllin avoit fait la description ; &il semble que l'on ait voulu ajoûter d'autres faussetés à celles que cet Abyllin avoit avancées.

CH A P LIRE X I V.
Vie de Saint Pachome Abbé, premier Instituteur des Con-

gregations Religieuses.
Aint Antoinea bien, à la verité , donné quelque per-
S

fection à la vie cænobitique ; mais l'on doit donner à S Pachome la gloire de l'avoir affermie , par l’union de plufieurs Monasteres , qui, quoique gouvernés par des superieurs particuliers , étoient néanmoins tous soumis à un abbé ou fuperieur general ; c'est ce qui a formé la premiere covgregation religieuse.

Il nâquit dans la haute Thebaïde vers l'an 292. son pere

Moine de S. Pachome.

[ocr errors]
« PreviousContinue »