Page images
PDF
EPUB

PIE.

guerre font

ble d'une belle fourure; & la marque de l'Ordre est un co. ORDRE
lier eorichi de pierreries, auquel pend une croix bleue fleur- Militar-
delisée par les bouts , & garnie au tour d'un fil d'or. C'est RE DE S.
ainsi
que l'abbé Giustiniani & Schoonebeck en font la de- ANTOINE

ENETHIO*
fcription , quoique d'autres disent que la croix est seulement
en forme de T. avec un fil d'or.

La cour de ce grand-maître est pompeuse & magnifique",
fon conseil est composé de douze chevaliers & de douze
religieux. Si l'on en veut croire ces auteurs, tous les mois il
change d'officiers , & cent commandeurs de l'Ordre & au:
tant de freres servans ou de simples chevaliers , sont tou-
jours au tour de sa personne pour lui fervir de gardes. Il n'y
a point de villes dans ce grand empire, où on ne voye une
commanderie ou un couvent de Religieux, dont le supe:
rieur porte le nom d'abbé. Ceux qui vont à la
pourvus d'armes, de chevaux. & de valers, qui les suivene
aux dépens de l'abbaye ; & quand ils ne peuvent plus servir
la religion à cause de leurs blessures ou de leur vieillese, ils
vont demeurer dans un couvent avec les Religieux, dont ils
prennent l'habit, sans neanmoins s'assujectir à leur maniere
de vivre

Ils ajoutent que certe religion possede de grands biens.
Le revenu que le grand-maître tire de l'ille de Meroée , se
monte à plus de deux millions , qui sont levés sur les mines:
d'or, d'argent, de cuivre , de fer, sur les autres marchan-
dises, & sur les tributs qu'on fait payer aux Juifs & aux
Turcs qui vont d'Afrique à la Meque ; &afin que la dignité:
de grand maître ne puisle jamais comber entre les mains de
l'empereur ; il n'est pas permis d'en revêtir quelqu'un de la
famille, mais on la confere tour-a-tour à un Religieux & à
un seculier. Le premier doit avoir été superieur ou abbé de
quelque Monaftere ; & le seculier doit aulr avoir été che--
valier abbé de quelques-uns de ces couvents.

Ils font veu, selon ces mêmes auteurs, de sacrifier leuri vie

pour la religion Catholique, de procurer l'avancement de l'églife Romaine , dont ces chevaliers reconnoislent (à: ce qu'ils disent ) le chef pour leur vrai & legitime pasteur, d'observer les décisions du concile de Florence , tenu sous le : pape Eugene IV. de ne faire jamais la guerre aux Chrétiens, & de ne point prendre les Ordres sacrés sans une permission

!

1

RE DE S.
ANTOINE

PIE.

Ordre particuliere du pape. Ils s'obligent aussi de fournir à leur Militai-prince trois mille chevaliers quand il est obligé de faire la guerre.

Enfin l'abbé Giustiniani & Schoonebeck disent, que ENETHIO

les Ecclesiastiques & les Moines de cet Ordre sont vêtus de noir , & ont au lieu de la croix un T. d’asur ; que ces chevaliers ont plusieurs commanderies en France , en Espagne, en Italie & dans toute l'Europe, qui sont possedées par près de douze mille chevaliers ; & qu'il y a encore presentement à Vienne en Autriche un grand abbé de l'Ordre qui y reside.

Voilà en abregé ce que disent les auteurs qui ont parlé de cet Ordre , & ce qui me persuade qu'il est imaginaire : car sans m'arrêter à ce que plusieurs écrivains * ont avancé pour prouver que le Prere-Jean n'a jamais regné en Ethiopie, mais bien dans l'Asie, où , selon quelques-uns, il faisoit fa re. fidence à Tranchut ; quelle apparence y a-t-il que saint Leon le Grand air approuvé cet Ordre, & donné de grands privileges à ces chevaliers Abyssins: puisque cet empire fut d'abord infecté de l'heresie de Dioscore ; que ces peuples ont toûjours rejecté le concile de Calcedoine , où cet heresiarque fut déposé de la dignité episcopale & du sacerdoce ; & qu'ils ont toûjours dit anatheine à saint Leon , qui avoit prefidé à ce concile par ses legats ? Peut-on croire que

les Re. ligieux d'Ethiopie , fi ennemis de l'église Romaine, & qui empêchent tous lesjours que les misfionnaires ne fassent des converfions parmi ces heretiques; fassent veu de fidelite & d'obéissance au S. liege Apostolique , de garder les decisions du concile de Florence, & de ne point prendre les Ordres sacrés sans la permission du pape, comme ces auteurs nous vey. lent persuader que font ces pretendus chevaliers & religieux de saint Antoine en Ethiopie ? & ne demeurera-t-on pas d'accord que Schoonebeck & les autres, qui disent que ses chevaliers ont plusieurs commanderies en France, en Espagne, en Italie & dans toute l'Europe , & qu'il y a encore prelentement un grand abbé de cet Ordre à Vienne en Autriche , se sont trompés, ayant sans doute confondu cer ordre imaginaire avec celui de saint Antoine en Viennois, dont l'abbé

ز

* Voyez la Chine illuffrée du P.Kircher, Le voyage de la Chine du P. Avril. L'4. frique de Marmol. Les relasiins d'Ethiopie de Nicol. Godigno, de Baltazar Tellez,

Damien Goëz.

[merged small][ocr errors][ocr errors]

Religieux suppose'de tordre militaire de St Antoine,

en Ethiopie

26

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

ANTOINE

general fait sa residence en l'abbaye de saint Antoine proche ORDRE Vienne enDauphiné, & non pas en Autriche? S'ils avoient lu Militarl'histoire de cet Ordre pretendu, composé par cet Abyssin, RE DE S. dont nous avons ci-devant parlé ; ils auroient vâ qu'il di

ENETHIOstingue l'Ordre de saint Antoine de Viennois d'avec celui pie. d'Ethiopie , quoiqu'il dise que les Religieux de l'un & de l'autre sont tous freres.

L'abbé Giustiniani voyant que cet Abyssın dit qu'il n'y a point de ville en Ethiopie où il n'y ait un couvent de cer Ordre , ou plûtôt autant d'abbayes toutes bâties en maniere de citadelle, & que dans chacune de ces abbayes il y a quatre Cloîtres : a cru que le grand nombre que cet Abyisin marquoit , n'étoit pas soutenable ; c'est pourquoi il s'est contenté d'en mettre seulement deux cens cinquante , quoique cet Abyssin qui se contredit en plusieurs endroits, en: ait marqué deux mille sept cens. Mais comme dans un autre endroit , il n'en marque que dix-sept cens, & dans un autre deux mille cinq cens, quel fond peut-on faire sur un tel témoignage ? Seroit-il pollible que tant d'abbayes si considebles ayent été ruinées depuis environ six-vingts ans que cet Abyssin a écrit ; puisqu'aucun de nos voyageurs qui ont été en Éthiopie n'en a parlé, & qu'au contraire ils fallent mention de plusieurs autres Monasteres : M. Poncet, entre les autres , sçavoit fort bien quelle étoit la croix de saint Antoine , que les Religieux qui portent ce nom en France, mettent fur leurs habits , puisque parlant d'une petite monnoye du

: royaume de Sennar, il dit que c'est un petit morceau de fer de la figure d'une croix de saint Antoine. Ainsi ayant parlé des habillemens des Religieux d'Ethiopie, il auroit dit sans doute qu'ils portoient cette croix sur leurs habits, s'il étoit vrai, comme disent Giustiniani & Schoonebeck , qu'ils en portassent une. Mais ces auteurs ne parlent qu'après ce JeanBaltasar Abyssin, qu’Abraham Ezchellenfis refute assez bien dans la preface sur la regle de saint Antoine ; disant que c'est sans raison que cet Abyssin a avancé, que les Moines d'Orient qui suivent la regle de saint Antoine portent un Tau sur leurs habits , puisqu'il n'en a jamais vû aucun quien portât , excepté les abbés, qui en ont une sur leurs manteaux ; & ce sçavant Maronite regarde comme une pure fable l'Ordre militaire de saint Antoine s'étonnant qu'on

[ocr errors]
« PreviousContinue »