Page images
PDF
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][graphic]
[graphic]

Moinïi

'■ ' 1 AïYSJJlHS,

Chapitre XI.
Des Moines Ethiopiens ou Abyjjìns.

Comme l'Ethiopie est divisée en haute &taíse, nous en-
tendons parler de la haute qui nous est connue fous le
nom d'Empire des Abyssins, & gouvernée par un prince que
la plupart des historiens nomment communément Prete-

Ìiean, qui se qualifie quelquefois de colonne de la foi, de la ignée de Juda, fils de David, fils de Salomon, fils de la colonne de Sion, fils de la colonne de Jacob, fils de Marie, fils de Nahod selon la chair, fils de saint Pierre & de saint Paul selon la grâce, empereur de la haute & baise Ethiopie, &c. qui sont les titres que prit l'empereur David écrivant au pape Clément VII.en 1533. Mais la foi & la créance des peuples de ce vaste empire, ne correspondent gueres à ces beaux titres} puisqu'elles font corrompues par plusieurs erreurs 5 8c si les Abyssins ont quelquefois écouté les missionnaires qui leur ont été envoies pour les faire rentrer dans le sein de l'Eglise Ca? tholïque, &. qu'ils en aïent reconnu le souverain chef & pasteur , ce n'a été que pour un tems, car ils n'ont pas persévère dans la foi Orthodoxe.

Quelques-uns ont prétendu que le Christianisme avoitété introduit en Ethiopie par l'Eunuquede la reine deCandacej ce que d'autres révoquent en doute , parce que cette reine ne regnoit pas dans l'Abyssinie, mais seulement dans l'iste de Meroé. D'autres aussi rapportent la conversion del'Ethiopie à saint Barthelemi ou à saint Matthieu -, mais les Ethiopiens le nient, & reconnoissent qu'ils ont été convertis à la foi chrétienne du tems de saint Athanase évêque d'Alexandrie, environ l'an\io. En effet nous apprenons del'histoireecclesiastique, queFrumentmsaianteteemmeneaux Indes par un mar- /. 10. chand de Tir, fut conduit à la cour du roi d'Ethiopie, qu'il Theodorct y annonça lafoi de Jesus-Christ -, & qa'aïant eu permission de'x" '*l*" retourner â Alexandrie pour rendre compte de l'état de ces nouveaux Chrétiens, il y arriva peu de tems après l'ordinationde saint Athanase, qui l'ordonna évêque du pais & l'y renvoïa.

Le Christianisme y fit un très-grand progrès -, & comme les

Moinis Ethiopiens ou Abyssins onc toujours eu un métropolitain l ABXSS1NS'que l'on nomme communément patriarche, qui est envoie par celui d'Alexandrie, les Egyptiens étant tombés dans les erreurs de Dioícore &. d'autres hérésiarques , comme nous avons dit dans le chapitre VII. ils les ont communiqués aux Abyssins par le moïen de ce patriarche , aussi-bien que quelques observations Judaïques que l'église d'Alexandrie avoit retenue. Les Abyssins ont même ajouté à leurs rits d'autres superstitions Judaïques • & ainsi ont fait un mélange de l'ancien & du nouveau testament, se servant de la circoncision au huitième jour envers les filles aussi-bien qu'envers les garçons , observantle jour du sabat &le dimanche ^'abstenant aussi de viandes immondes &. défendues dans l'ancienne loi. Je passe fous silence leurs autres abus comme n'étant point de mon sujet j n'aïant touché en passant la religion des peuples d'Ethiopie, que par rapport aux religieux qui y font en trèsgrand nombre &: qui entretiennent ces peuples dans leurs erreurs.

La vie monastique y fut introduite presque en même tems que le Christianisme ; & fous le régne du roi Amiamidas, fils de Saladobas, elle y fut portée par un grand nombre de Moines de l'Egypte 8c des autres provinces voisines del'empire Romain rentre lesquels les plus célèbres furent ceux qui choisirent leur demeure dans le roïaume de Tigré, & qui y bâtirent des cellules. Mais les Abyssins ont changé les noms de ces instituteurs de la vie monastique dans cet empire , à la reserve de celui de Pantaleon. Les neuf principaux furent, selon eux, AbbaAroeavi, Abba Pantaleon , AbbaGarima, Abba Ales, Abba Saham, Abba Afe, Abba Likanos, Abba Adimata , éc Abba Oz , appellé aussi Abba Gubaqu'ils reconnoislènt pour Saints , aïant même bâti des églises en l'honneur de quelques-uns de ces premiers Solitaires de l'Echiopie.

Abba Arogavi qui avoit été disciple de saint Pachome, fut ìe premier supérieur de ces Moines. II eut pour successeur Abba Christos-Besana, Abba Meskel- Moa, Abba Joanni,&c. Leur austérité étoit si grande, qu'il s'en est trouvé qui se contentoient pour un «repas de trois dattes seulement, d'autres d'un petit morceau de pain. Les Abyssinsleur attribuent beaucoup de miracles, aussi-bien qu'aux autres Saints qu'ils ont en

« PreviousContinue »