Page images
PDF
[graphic]

Outre les auteurs cités dans le chapitre précédent, Pon peut Moiwu encore confultcrLe 'Eevre^Theàtre de la Turquie. Francise. Qua- 0PTÍi' resm. Elucidât. Terrafanïtœ. Thevenot, Voïagede Levant 1.1. Ze monde de Daviti. l'Afrique de Marmol. la Relation d'Egypte , du P. Vaníleb 5 & le Vo'iage de la Terre-sainte, du P. Eugène Roger.

Chapitre X.

Des cérémonies qui s'observent à U vêture la profeffìon
des Religieux O* Religieuses Coptes , & de quelle
manière ils font les reclus.

CE u x qu'on reçoit dans les Monastères de Copres pour
être religieux , doivent faire trois ans de noviciat ; Sc
loríque les trois ans font achevés, le supérieur du Monas-
tère fait venir le novice devant lui, le fait coucher ven-
tre contre terre , la tête tournée du côté du levant, &
lit fur lui les prières prescrites dans leur cérémonial. On lui
rase la tête en forme de croix , & le supérieur, après avoir
beni le chaperon , faisant lever le novice , lui donne la tu-
nique en lui disant : Prenez^ la robe de lyinnocence & Ie cas-
que du salut, faites-en un bon usage en Notre Seigneur Jefus-
Çhrifí , auquel soit tout l'honneur , &c. II lui met ensuite le
chaperon, en disant : Recevez^le chaperon de'l'humilité & le
casque du salut :faites-en un bon usage en Notre Seigneur Jésus*
Christ. Quand il lui met la ceinture, il lui dit : Ceignez^ vos
reins avec toutes les armes de Dieu & avec la ferveur de la pé-
nitence. Ce qu'étant fait, s'il ne demande pas l'asKÍm 3 qui
est un habit appellé angélique , qu'on ne donne qu'à ceux
qui le demandent ; parce qu'il engage à quelques austérités
particulières, & que ceux qui en font revêtus ne peuvent pas
le mêler de mariages, ni fréquenter les femmes, ni les égli-
ses des séculiers fans la permission de l'évêque } le supérieur lit
fur lui la prière de l'abfolution, & lui donne fa bénédiction.
C'est la manière de prendr^'habit & de faire profession en
même tems j car pendant les trois ans de noviciat, ils con-
servent leurs habits séculiers.
JLa manière de donner l'asKim se fait de cette forte, te
Tome I, K

! Moikes supérieur, après avoir beni l'habic, le mec fur celui qui le deCoítís. mande , en lui disant : Recevezjle sceau de l* arche du roïaume des Cieux qui est le saint Askim , porterie fur vos épaules comme la sainte-Croix s suives Notre Seigneur Je fus-Christ $ afin que vous puifjtez^ avoir four votre héritage la vie éternelle , moïennant l'affì/lance du P ère , dr du Fils , dr da faint-*Efprit: après cela il lui mec le bornus ou la chape , en lui disant:s JLevêtez^vousdu saint habit des Apôtres, prcnezj.es souliers de la promptitude évangélique, afin que vous puijjìezfouler aux pieds les vipères & les scorpions dr toutes les forces de l'ennemi. Suives Jfotre Seigneur Jésus-Christ à qui soit tout Vhonneur dr gloire. Aprèscela il lui impose la main en lisant une Oraison. II met ensuite la croix sur sa tece en recicanc la prière de l'absolution , puis il lui donne fa bénédiction. Cecce cérémonie fe. termine par une exhorcacion furies devoirs de ceux qui prenïienc cec habit & fur les grâces qu'ils reçoivenc de Dieu en le porcanc, dont voici la formule : Considère^ mon cher frère, 'la grâce que vous venez^de recevoir de Dieu , étant revêtu de í askim des anges, dr vous étant fait enroller au 'nombre des soldats de Jésus-Christ } pour la guerre la plus grande dr la plus glorieuse qui puisse être h car moïennant ce sainthabit, vousaveï^ été netloïé de toutes les mauvaises œuvres du monde que vous aviez^ commises jusqu'à cette heure, comme le grand saint Antoine patriarche des Moines l''atteste, quand il dit : que le même saint "Espric qui descend dans le bapcême fur ceux qu'on baptise, descend aussi fur celui qui reçoicle faine askim lenectoïanc de cous fes péchés pâlies. De ce même saint on lit encore , qu'un jour il vie fonamequi écoiesorcie de son corps, pour aller au jugement de Dieu, & que les démons l'avoiencarrêcéedans l'airpour lui faire rendre compee des péchés qu'il avoic faics , &c que ce faine avoicencendu une voix dans l'air qui leuravoit die, que les péchés qu'il avoic connus depuis fa jeuneílè jusqu'au cems qu'il s'écoic faic religieux , lui avoienc écé pardonnés , lorsqu'il avoic reçu le faine askim, & qu'ils comptassent seulement depuis le tems qu'il s'écoic faic religieux j ce que les démons aïanc faic, ils l'avoienc crouvée necte Ôcfans aucune cache : Ce qui vous doit maintenant servir d'aiguillon 3 'afin que vous tachìcz^austì dorénavant de conserver votre ame _ nette de toutes les ordures du monde. Rendcz<vous un parfait soldat de Jésus-Christ qui est le roi des rois, & faites la guerre contre le diable notre ennemi commun & secret & contre sessoldats :soicz^ ferme dans la -promesse que vous avez^faite de servir Dieu avec Coptss?9 crainte & tremblement, en lisant les Psaumes Q- les Psalmodie s, veillant les nuits , recitant les prières de l'église , (£• accomplissant. tous les autres devoirs ausquels vous étés obligé. Outre ces obligations il est encore nécessaire que vous observiezJ,es jeunes avec dévotion & pureté pour causer de la joie aux Anges > & que vous so'ietjìumble & obéissant. A'iez^ soin d'écouter jusqu'à la mort celui qui vous conduit dans le chemin de Dieu & qui vous enseigna ses saints commandemens j afin que vous puffiez^ recevoir la couronne des enfans de Dieu , & devenir héritier du ro'iaumc des Cieux, avec les bienheureux qui lui ont plu de toute éternité.

Que le bon Dieu vous aljìste dans toutes vos bonnes œuvres s qu'il vous préserve de toutes les tentations jusqu'au dernier moment de votre vie ; & qu'il vous fasse la grâce d'entendre un jour cette voix pleine de joie : Kenezjes élus de mon P ère, &c. ainsi soit-il, par /'intercession de tous les Saints} Amen.

II y a aussi des religieuses Coptes, qui ont des cérémonies particulières. Lorsqu'on doit donner l'habitâ quelqu'une , lesupérieur dit l'oraison d'action de grâces ; ensuite il encense l'autel j on recite le pseaume 118. tout entier; on fait la lecture du 7. chap. de la première épitre de saint Paul aux Corinthiens depuis le vers. 25. jusques au 34. On fait auslì la lecture du pseaume44.& du 25. chap. de l'évangile de saint Matthieu, depuis le 1. vers, jusqu'au 13. Après cette lecture, le même supérieur recite les trois oraisons qui se disent ordinairement après l'évangile. On dit ensuite le credo, après lequel on ajoute quelques oraisons particulières pour cette cérémonie.

Ces prières 6c ces leçons étant achevées, le supérieur coupe les cheveux à la postulante, en disant une autre oraison, après laquelle il en dit une qui est particulière pour l'askim des vier-» ges, laquelle est suivie de celle de l'action de grâces, & celleci de l'oraison de l'imposition des mains ; dont voici la formur le. O Saint ! qui repofez^dans les Saints. O Eminent \ qui dcmçurexjians l'éminence pendant toute l'éternité. O Seigneur ! quirer garderies humbles i vous qui èpurezjes cœurs, qui fonderies abîmes de l'ame , qui aimezj,a pureté & qui étés le sceau de la virginité , le refuge & laforteresse de tous ceux qui s'adressent à vous avec vérité : nous vous prions & vous supplions , b délices des hommes'., de vouloir regarder d'un visage bénin votre ser vante qui Moissf baìffe la tète devant vous, benifscz^la , nettoïez^la , & établissez^ Optïs. j-ur eyg votrepaix ^ gj. £anS j~on cœur votre dileílion. Donnezjui

votre crainte , & faites lui la grâce qu'elle suive toujours votre parole. Eveillezjbn esprit afin quelle pense toujours, & quelle puisse vaincre toutes les tentations qui pourroient la détourner. Confervczjbn ame & son corps purs de toutes taches, & faites que fa lampe ne s'éteigne jamais. Seniffezje travail de fes mains, & fa nourriture journalière. Assuret^la de la voie éternelle j dans laquelle on n'a besoin d'aucune chose, g£* cela.par la grâce &les rites de Jesus-Chrifi votre Fils unique , auquel soit tout honneur & gloire, ensemble au Saint-Esprit qui vous efi égal, &c.

Quand ils sonc un Reclus, l'évêque dit fur lui uneoraison particulière suivie de l'oraison de grâces. Ensuite il dit la Messe , &c après la Messe, il recite encore fur lui l'oraison pour les morts, puis le Reclus monte au lieu de fa prison volontaire, pendant que les prêtres chantent les píèaumesj48t 149. & 150. après quoi l'évêque lui donne fa bénédiction.

La manière dont ils reçoivent les apostats & les fornicateurs, est assez particulière. Le prêtre bénit une cuvette pleine d'eau. II jette par trois fois de l'huile dedans en forme de croix au nom de la sainte Trinité. On lit ensuite le premier chapitre de la première épître de saint Paul à Timorhée depuis le 3. verset jusqu'au 16. le pseaume 14. le quinzième chapitre de l'évangile de saint Luc, depuis le 3. verset jusqu'au 10. après quoi il dit une oraison, &. lit sur lui la prière de l'absolution. II le bénit faisant le signe de la croix, & disant xVnus fanflus, &c. '11 ht ensuite le pseaume 150.11 le dépouille tout nud. II jette trois fois de l'eau fur lui en disant : Je vous lave au nom de Dieu le Pere, le Fils, & le Saint-Esprit. Amen. II lui fait remettre ses habits, lui faisant baisser ìa tête, lisant encore sur lui une oraison , & ensuite la prière de l'absolution du Fils de Dieu , puis il lui dit :Sanatus es, noli amplius peccare i il le communie & lui donnne fa bénédiction.

^/«^Vanfleb. Hifi.de l'Eglise d'Alexandrie.

« PreviousContinue »