Page images
PDF
[ocr errors][subsumed]
[graphic]
[ocr errors]

taax : qu'on ne les entend jamais parler de religion : qu'ils Moines ne sçavent que lire & point écrire ; & que dans les Mona- Coptes, steres des deserts , ils sont aussi ignorans que des bêtes : qu'ils travaillent comme des esclaves & que leurs églises font fort sales & fort mal propres. Mais l'on aura peine à croire ce que dit ce pere : qu'il n'a vû dans quelques - unes de leurs égli. ses pour tout ornement, qu’un vieux morceau de satin voir sur l'autel, qui leur servoit de nape pour celebrer la Messe, & au lieu de burettes , une sale calebace qui tenoit plus de trois chopines ; & que dans un autre Monastere ils ne se servoient pour patene , que d'un vieux couvercle de marmite ébreche , & li enrouillé qu'on ne pouvoit juger de quelle matiere il étoit.

Le pere Vansleb nous en donne cependant une autre idée, lorsque parlant de l’Heikel , qui est le lieu où ils celebrent , Him.de la messe , il dit : que celui qui y cracheroit, passeroit pour d' Alexan. abominable, qu'il n'est pas permis à aucun d'y entrer , fans Pari. 2.6. se laver les pieds auparavant, & qu'on n'y peut porter au. cune chole qui ne soit consacrée , même l'eflui-main, dont le prêtre se fere après la melle : ce qui marque le respect qu'ils portent au lieu où ils celebrent les divins mysteres & qui doit être vrai - semblablement plus propremine orné que ne le dit le pere Eugene Roger. Il n'y a pas d'apparence, que le prêtre consacrât avec le faint Crême une calebace pour servir de burette , puisque rien ne peut servir à l'autel pour le sacrifice de la messe ; qu'il ne soit consacré & oint avec le Crême.

Il y avoit autrefois un Monastere à Sedament, où les Religieux disoient tous les jours le pseautier, c'est-à-dire , à l'aube du jour vingt-neuf pseaumes , à tierce dix-huit, à sexte vingt-deux, à none dix-neuf, au coucher du soleil onze , avant

que de se coucher dix-sept , & à matines trente-six, Il y a encore dans l'Egypte quelques autres petits Monasteres où il y a peu deReligieux,&où ils vivent très-pauvrement. Tels sont les restes de cette multitude innombrable de Moi. nes qui ont autrefois peuplé, non-seulement les deserts, mais encore les villes de l'Egypte ; & qui s'étoient si fort multipliés dans les autres provinces , qu'Anselme évêque cheri, Spid'Havelberg , qui avoit été apocrisaire de l'empereur Lo. cileg. Tim. thaire , qui vivoit dans l'onziéme siecle, assure avoir vû { pag.

Luc d'As

114.

[ocr errors]

Relig lib dans son histoire des Ordres Religieux,d'une congregation **** de saint Macaire en Egypte ; mais il avoue que s'en étant

me l'an 1595. étoient habillés.

[ocr errors]
[ocr errors]

informé à d'autres Religieux du même Ordre , ils lui dirent que leur Ordre étoit une branche , ou plûtôt le même Ordre de saint Antoine. En effet il y a long-tems que la regle de saint Macaire n'est plus en pratique dans aucun Monastere , & tous les Moines dont nous avons parlé, comme Maronites,Armeniens solitaires, Nestoriens & Jacobites, aussi-bien que lesAbyssins dont nous parlerons dans la suite,

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[merged small][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »