Page images
PDF
EPUB

Moines plus grande folitude & dans une plus grande retraite , & où Coptes. ils pratiquoient de plus grandes austerités

que

dans les communaurės. Entre toutes ces mazures, l'on remarque encore un petit dome qui failoit partie d'une église dediée à S. Jean le

petit, & tout auprès l'on montre un arbre qui produisit, à ce que l'on pretend , le bâton sec qu'il arrosa par l'ordre de fon superieur. On l'appelle Chadgeret ou Taa, c'est-à-dire, arbre d'obeiflance. Ambachioche est le couvent le mieux bâti, & le plus agreable des quatre; l'église qui est d'une belle structure, est consacrée à la Vierge fans tache, que vingt Religieux deflervent ordinairement.

Le troisiéme Monastere appellé des Suriens,éloigné d'Ambachioche, seulement d'un inille,est dedié à saint George Ces trois couvents font comme un triangle entr'eux,& le regardent l'un l'autre. Celui ci est peu habité & tombeen ruines. Il y a deux églises, dont l'une sert pour les Suriens qui viennent en ce desert. L'eau y est bonne & douce, au lieu que dans les autres Monasteres elle est salée. Le quatrieine Monastere est éloigné de celui des Suriens d'une journée , & est consacré en l'honneur de la sainte Vierge. Le P. Vanlleblenomme NotreDame en Baramus. Mais ^. l'abbé Renaudot dit qu'on doic plûtôt l'appeller N.D. de l'ermitage. Il y a plus de Religieux que dans les autres, pouvant en entretenir un plus grand nombre, à cause de ses revenus qu'il tire du nitre , dont les Religieux font trafic. Il y a une assez belle église avec un beau jardin.

Ces Religieux Coptes sont en possession de la maison où No. tre Seigneur Jesus Christ avec la sainte Mere & saint Joseph demeurerent, lorsque suivant le conseil de l'Ange, il s'enfuirent de Bethléem en Egypte pour éviter la persecution d'Herode. Certe maison est à une bonne lieue du grand Caire dans un lieu appellé Matarée,& a été convertieen une chapelle, où il y a deux autels separés l'un de l'autre par un balustre. L'un de ces autels appartient aux Religieux de saint François , & l'autre aux Religieux Coptes ; & cette maison ou chapelle, est au milieu d'une grande église où cinq ou fix Religieux Coptes font l'office & celebrent en langue arabe, qui elt le langan ge ordinaire de l'Egypte.

Le pere Eugene Roger dans son voyage de la Terre-Sainte, dit:que ces Religieux sont les plus ignorans de tous les Orien,

[ocr errors]

taax : qu'on ne les entend jamais parler de religion : qu'ils Moines ne sçavent que lire & point écrire ; & que dans les Mona- Coptes, steres des deserts , ils sont aussi ignorans que des bêtes : qu'ils travaillent comme des esclaves & que leurs églises font fort sales & fort mal propres. Mais l'on aura peine à croire ce que dit ce pere : qu'il n'a vû dans quelques - unes de leurs égli. ses pour tout ornement, qu’un vieux morceau de satin voir sur l'autel, qui leur servoit de nape pour celebrer la Messe, & au lieu de burettes , une sale calebace qui tenoit plus de trois chopines ; & que dans un autre Monastere ils ne se servoient pour patene , que d'un vieux couvercle de marmite ébreche , & li enrouillé qu'on ne pouvoit juger de quelle matiere il étoit.

Le pere Vansleb nous en donne cependant une autre idée, lorsque parlant de l’Heikel , qui est le lieu où ils celebrent , Him.de la messe , il dit : que celui qui y cracheroit, passeroit pour d' Alexan. abominable, qu'il n'est pas permis à aucun d'y entrer , fans Pari. 2.6. se laver les pieds auparavant, & qu'on n'y peut porter au. cune chole qui ne soit consacrée , même l'eflui-main, dont le prêtre se fere après la melle : ce qui marque le respect qu'ils portent au lieu où ils celebrent les divins mysteres & qui doit être vrai - semblablement plus propremine orné que ne le dit le pere Eugene Roger. Il n'y a pas d'apparence, que le prêtre consacrât avec le faint Crême une calebace pour servir de burette , puisque rien ne peut servir à l'autel pour le sacrifice de la messe ; qu'il ne soit consacré & oint avec le Crême.

Il y avoit autrefois un Monastere à Sedament, où les Religieux disoient tous les jours le pseautier, c'est-à-dire , à l'aube du jour vingt-neuf pseaumes , à tierce dix-huit, à sexte vingt-deux, à none dix-neuf, au coucher du soleil onze , avant

que de se coucher dix-sept , & à matines trente-six, Il y a encore dans l'Egypte quelques autres petits Monasteres où il y a peu deReligieux,&où ils vivent très-pauvrement. Tels sont les restes de cette multitude innombrable de Moi. nes qui ont autrefois peuplé, non-seulement les deserts, mais encore les villes de l'Egypte ; & qui s'étoient si fort multipliés dans les autres provinces , qu'Anselme évêque cheri, Spid'Havelberg , qui avoit été apocrisaire de l'empereur Lo. cileg. Tim. thaire , qui vivoit dans l'onziéme siecle, assure avoir vû { pag.

Luc d'As

114.

Moines dans un Monastere de Constantinople , sept cens Religieux COPTES. de l'ordre de saint Antoine.

En 1593. le patriarche des Coptes envoya au pape Clement VIII. une legation, pour le reconnoître comme souverain pasteur & chef de l'église universelle. Ce furent deux Moines du couvent de faint Macaire , qui vinrent à Rome en cette qualité, & qui firent une profession de foi conforme à la créance de l'église Latine. Mais cela n'a pas empêché que les Coptes ne soient retournés à leurs erreurs ; car selon la.coûtume des Orientaux, un patriarche détruit souvent ce que son predecesleur a fait ; c'est pourquoi l'on ne peut compter seurement sur leur foi, d'autant plus que c'est souvent l'interêt qui les fair agir.

Peut-être que le respect que les Coptes ont toûjours eu pour le Monastere de saint Macaire, comme nous avons dic, aussi bien que pour la memoire de ce faint qui y a sa sepulture, a porté les Religieux de ce Monastere à prendre

pendant un tems le titre de Religieux de l'Ordre de saint Macaire , & il se peut faire aussi que la regle de ce saint, qui se trouve dans le code des regles, y ait été observée ; car Sil.

vestre Maurolic sur la relation de deux Religieux qui se didi Tut.gli-soient de cet Ordre, qu'il trouva à Rome l'an 1595. a parlé Relig. lib. dans son histoire des Ordres Religieux,d'une congregation I pag. 93.de saint Macaire en Egypte ; mais il avoue que s'en étant

informé à d'autres Religieux du même Ordre, ils lui direnc que leur Ordre étoit une branche , ou plûtôt le même Ordre de saint Antoine. En effet il y a long-tems que la regle de saint Macaire n'est plus en pratique dans aucun Mo. nastere , & tous les Moines dont nous avons parlé, comme Maronites, Armeniens solitaires, Nestoriens & Jacobites, aussi-bien que les Abyssins dont nous parlerons dans la suite,

se disent tous de l'Ordre de saint Antoine. Le P. Bonanni Catalog: dans son catalogue des Ordres Religieux , a donné l'habilordin.Relig sement d'un de ces Religieux de saint Macaire , tel que nous

l'avons aussi fait graver , & qu'on peut voir au commencement de ce chapitre. Il consiste en une robe de drap bleu avec un capuce & un scapulaire noir ; & ces Religieux portoient une grande calote noire à oreilles pour couvrir leur tête. C'est ainsi que ces Religieux que Silvestre Mauroliç vit à Ro. 1595. étoient habillés.

Mar.ocean.

pag. 1.

Outre

me l'an

1

)

[merged small][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »