Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

MOINES

de la baleine,& ils ne mangeoient point qu'après None ; mais Copris. selon le P. du Barat un patriarche l'a incorporé dans le grand

carême. Ils avoient aussi celui d'Heraclius, qui avoir été inf.
titué à cause que cet empereur , selon ce que disent aussi les
Coptes passant par la Galilée

pour aller à Jerusalem, fut prié
par le Patriarche & par les Chrétiens de faire passer les Juifs
au fil de l'épée, à cause des cruautés qu'ils avoient exercées
contr'eux, en se joignant avec les Persans, & saccageant avec
ces infidelles la ville Sainte : mais cer empereur aïant scrupule
de retracter sa parole qu'il avoit confirmée par ses lettres pa-
tentes, les Chrétiens s'obligerent pour eux & leur posterité
de jeûner une semaine entiere pour lui jusqu'à la fin du mon-
de. Cette semaine étoit celle qui precedoit le grand carême,
pendant laquelle ils ne mangeoient ni æufs, ni fromage, ni
poisson, comme c'étoit alors la coutume d’en manger, afin
que Dieu pardonnât à cet empereur l'infraction de la parole ;
ce que ce prince accepta, & hic massacrer tous les Juifs de la
Palestine ; mais ce jeûne a été encore incorporé dans le grand
carême, dont ils destinent la premiere semaine à cette satis-
faction.

Comme le patriarche & les évêques Coptes aussi-bien que les autres prélats d'Orient, font monter avec eux sur le siege épiscopal la continence & les austerités de la vie Monastique : nous parlerons aussi du patriarche de cette nation qui se dic successeur de saint Marc, le vicaire de J. C. son apôtre, & le juge qu'il a établi sur la terre, avec le pouvoir de lier

& d'abloudre de toutes sortes de cas. Si on en veut croire le Hif.de l'é- P. VanNeb, cette dignité est toujours accompagnée de tant sl. d'ales de peines, qu'il n'y en a gueres qui l'acceptent de bon gré, & . * ceux qui soupçonnent qu'on les doit proposer, s'enfurent dans le desert

. Mais ceux qui doivent proceder à l'éle&ion, se font donner un ordre du Bacha pour les gouverneurs des lieux où ces personnes demeurent, qui les font prendre par des Janisfaires, leur font mettre les fers aux pieds & aux mains, & ea cette maniere les font conduire jusqu'au grand Caire, où l'assemblée se fait, & où ils sont soigneusement gardés jufqu'après l'élection. Selon le même auteur si celui qui est élu n'est pas Moine , ils le revêtent de certe qualité en lui donnant l'askim dont nous parlerons dans les chapitres suivans, car sans cela il ne pourroit pas être patriarche. Alors, s'il n'est

que

I. ch. s.

[ocr errors]

I.ch. 9.

que Diacre , ils l'ordonnent prêtre & ensuite Igumene, Moines c'est-à-dire , Archimandrite, ou Archiprêtre; & lui donnent Ceptes. le petit chaperon noir.

Le P. Vansleb, qui sans doute s'est trouvé à l'ordination de quelque patriarche d'Alexandrie qu'il a vî conduire avec les fers aux pieds & aux mains , a peut-être cru que l'on en avoit usé de cette maniere pour s'assurer de la personne de ce patriarche qui n'avoit pas voulu consentir à son ordination, mais c'est une ceremonie qui se pratique dans l'ordination de tous les patriarches, comme il est marqué dans un pontifical de la bibliotheque de M. Seguier , dont parle M. l'abbé Renau. Perpetuisé dot , qui fait remarquer que , comme il étoit arrivé que par de la Foi.

Tom. 4. 1. humilité quelques-uns avoient pris la fuite, la coûtume s'étoit introduite de mettre les fers au nouvel élu, même lorsqu'il ne faisoit aucune resistance, afin que le peuple crût qu'il avoit fallu le forcer à accepter cette dignité ; que cette coûtume passa en loi , & qu'elle a été pratiquée par plusieurs patriarches; mais qu'il y en a qui y ont eu si peu d'égard, qu'ils ont pris les ornemens patriarchaux, même avant l'ordination.

Comme le clerge Copte est tout à fait ignorant,il n'est pas necessaire

que celui qui est élû patriarche, soit grand theologien;il suffit qu'il sçache lire & écrire en copre & en arabe, qu'il fçache les ceremonies & la discipline de son église , & qu'avec la science de la sainte Ecriture , il soit encore versé quelque peu dans l'histoire Ecclesiastique. Quand il donne audience il est toujours ailis à terre les jambes pliées en croix sur une peau de mouton avec la laine, qui est étendue sur un tapis. Să vie est une abstinence continuelle ; car il ne mange jamais de viande. On le sert sur une table de bois qui est ronde de la hauteur d’un pied. Il boit très-rarement de vin à cause qu'il est trop cher pour lui. Ses plats sont de terre, les cuilleres de bois , & il ne se sert ni de couteaux ni de napes. Il porte toûjours sur la chair une chemise de serge ; & sur cette chemiseune camisolle doublée de coton , sur cette camisolle une espece de soutane,& sur cette foutane une veste noire avec de grandes manches, & par dessus certe veste , il a une espece d'habillement nommé en arabe Bornus , qui est un manteau noir de serge auquel est attaché un grand chaperon, c'est proprement l'habillement des Mahometans de Barbarie. Il a sur la tête un turban rayé,& au dessus de ce turban une manierç

Tome I.

Q

MOINES d'écharpe qu'ils appellent Bellin:elle est aussi raïée&fort belle, Coptes. large d'un pied, & longue de quatre aunes; & après avoir fait

avec cette écharpe quelques tours autour du cou, ou autrement, s'il le trouve plus commode, il rejette les deux bours sur ses épaules les laislant battre en bas sur son dos. Il a aussi au. dessus de son bonner une espece de couronne faite d’un ruban de taffetas rougeâtre ; mais d'une couleur changeante &large

de quatre doigts. Le ruban est attaché premierement audessus de son bonnet d'un bout à l'autre en forme de croix, & fait le tour de son turban en forme de cercle. Cette couronne & le Bellin sont les marques ordinaires de souveraineté ec. clesiastique, pour distinguer le patriarche & les évêques d'a. vec les simples prêtres. Il ceint ses reins d'une large ceinture decuir & porte toûjours à la main un bâton d'ebeine en forine de T, & n'a point de bas à ses jambes. Son bâton pastoral est une grande croix de fer. Il est très- pauvre & ne vit presque que d'aumônes, ses revenus fixes

ses revenus fixes peuvent monter à quatre cens cinquante écus monnoie de France, dont dix sept évêchés qui dépendent de lui, fournissent la moitié : ses autres revenus casuels peuvent monter à la même somme. Pour ce qui est de l'élection des superieurs des Monasteres, il n'est pas permis d'en élireun sans la permission du chor-évêque.

Voyez le P. Vanneb, hift. de l'église d'Alexandrie , & Joann. Bapt. du Solier, traft. de patriarch, Alexand.

CH A P I T R E

I X.

Des principaux Monasteres des Moines Coptes.

L

ES principaux Monasteres des Moines Coptes sont situés

dans les deserts. Celui de faint Antoine sur le Mont-Colzim est dans le desert de Gebel, à une petite journée de la mer-rouge. Le terrain qu'il occupe est de deux mille quatre cens arpens:son enceinte est faite de murailles fort hautes bâ. ties de briques. Il n'y a point de porte pour y entrer,on y monte dans une machine tirée par des poullies. Il y a trois églises, dont la principale est celle de saint Aucoine, qui est petite & fort ancienne : la seconde est dediée en l'honneur des Apô. res saint Pierre & saint Paul, & la troisiéme en l'honneur de

Thomassin scul.

Moine de S. Machaire

1

3

MOINES d'écharpe qu'ils appellent Bellin:elle est aussi raïée&fort belle,
Coptes. large d'un pied, & longue de quatre aunes; & après avoir fait

avec cette écharpe quelques tours autour du cou, ou autre-
ment, s'il le trouve plus commode, il rejette les deux bouts sur
ses épaules les laissant battre en bas sur son dos. Il a aussi au.
dessus de son bonnet une espece de couronne faite d'un ruban
de taffetas rougeâtre ; mais d'une couleur changeante &lar-
ge

de quatre doigts. Le ruban est attaché premierement au-
dessus de son bonnet d'un bout à l'autre en forme de croix,
& fait le tour de son turban en forme de cercle. Cette couron-
ne & le Bellin sont les marques ordinaires de souveraineté ec.
clesiastique, pour distinguer le patriarche & les évêques d'a-
vec les simples prêtres. Il ceint les reins d'une large ceinture
de cuir & porte toûjours à la main un bâton d’ébeine en forine
de T, & n'a point de bas à ses jambes. Son bâton pastoral est
une grande croix de fer. Il est très. pauvre & ne vit presque
que d'aumônes , ses revenus fixes peuvent monter à quatre
cens cinquante écus monnoie de France, dont dix sept évê-
chés qui dépendent de lui, fournissent la moitié : ses autres re-
venus casuels peuvent monter à la même somme. Pour ce qui
est de l'élection des superieurs des Monasteres, il n'est pas per-
mis d'en élire un sans la permission du chor-évêque.

Voyez le P. VanNeb, hist. de l'église d'Alexandrie , &
Joann. Bapt. du Solier, tra&t. de patriarch. Alexand.

[blocks in formation]

Des principaux Monasteres des Moines Coptes.
L

ES principaux Monasteres des MoinesCoptes sont situés

dans les deserts. Celui de faint Antoine sur le Mont-Colzim est dans le desert de Gebel, à une petite journée de la mer-rouge. Le terrain qu'il occupe est de deux mille quatre cens arpens:son enceinte est faite de murailles fort hautes bâ. ties de briques. Il n'y a point de porte pour y entrer,on y monte dans une machine tirée par des poullies. Il y a trois églises, dont la principale est celle de saint Aucoine, qui est petite & fort ancienne : la seconde est dediée en l'honneur des Apô. res saint Pierre & saint Paul, & la troisiéme en l'honneur de

!

« PreviousContinue »