Page images
PDF
EPUB

T.V.P.262.

Soeur Converse Camaldule

en

habit de Choeur

[ocr errors]

LES DU

Hodocporicum. Ughell, Ital. Sacr. Tom. III. pag. 3. De Ble- CAMALDU mure, Année Benedictine. & le Pere Bonanni, Catalog.omn. MONT DI Ordin. Relig. Guid. de Grandis, Differtat. Camaldulenfes, LA COVDiffert. 1. & 2.

CHAPITRE XXI I I.

Des Ermites Camaldules de la Congregation de faint Romuald, appellée communément du Mont de la Čouronne, avec la vie du venerable P.Paul Juftinien leurFondateur.

Ous avous vu dans le Chapitre précedent que la

N fréquentation des seculiers avoit fait quitter à la plu

part des Camaldules, l'efprit de retraite & de folitude par le voifinage des villes, où ils avoient été établis, & qu'aïant abandonné la vie Eremitique avec toutes les aufterités qui l'accompagnoient, ils avoient embraffé la vie Cocnobitique: & à l'exception de l'Ermitage de Camaldoli, où la vie Éremitique n'a jamais ceffé, l'on peut dire que tout l'Ordre des Camaldules, contre l'intention & l'efprit de fon Fondateur faint Romuald, n'étoit compofé que de Moines Cœnobites qui étoient même divifés en Obfervans & Conventuels,lorfque Dieu fufcita le venerable Pere Paul Juftinien pour être le reftaurateur des Ermites de cet Ordre, & les faire vivre dans des bois & des folitudes.

Il nâquit à Venife l'an 1476. Son pere qui étoit de l'’illuftre famille des Juftiniens, dont nous avons parlé ailleurs, s'appelloit François, & fa mere Paule de Moripeti, qui étoit auffi beaucoup diftinguée par fa Nobleffe. Il reçut le nom de Thomas au Batême ; & dès fes plus tendres années, il fit paroître tant de vertu, qu'il étoit déja l'admiration de tout le monde. Il fit un fi grand progrès dans les fciences que les langues Grecque & Latine lui étoient auffi familieres que la maternelle. Aprés la mort de fon pere & de fa mere, ceux qui avoient foin de fa conduite l'aïant envoïé à Padoue, il s'appliqua pendant onze ans à l'étude de la Philofophie & de la Theologie, où il fit un merveilleux progrès. Il étoit d'une riche taille & d'un port majestueux, qui joints à une grande modeftie,lui attiroient le refpect de tout le monde. Il étoit fi fobre & fi retiré, que ses amis difoient ordi

RONNE.

CAMALDU nairement qu'une chambre & un peu de pain fuffifoient à MUNT DE Thomas Juftinien. Aprés avoir quitté Padouë, il entreprit ACOU le voïage de Jerufalem pour y vifiter les faints Lieux. A fon

LES DU

RONNE.

retour aïant mis ordre à fes affaires domeftiqucs, il ne put
être arrêté par les larmes ni par les prieres de fes parens
& de fes amis, aufquels il dit un dernier adieu pour
fe re-
tirer dans la folitude de Camaldoli, où il devint un parfait
difciple de S. Benoît,& un zelé imitateur de faint Romuald,
en fuivant la Regle de l'un & la maniere de vivre de l'autre.

Juftinien avoit pour lors trente quatre ans, ce fut le 25. Novembre, le jour de Noël de l'année 1510. qu'il reçut l'habit des mains du General Pierre Delphino. On lui denna le nom de Paul au lieu de celui de Thomas qu'il avoit porté jufqu'alors. Il devint un fi parfait modele de la vie Monaftique, que fes vertus le firent élever dans la fuite aux dignités de fon Ordre malgré lui: car il aimoit mieux obéïr que commander. A peine eut-il fait profeflion que les Superieurs l'envoïerent à Rome pour implorer la protection du Pape contre un Vicaire General qui diffipoit tous les revenus de Camaldoli & qui fembloit vouloir le détruire. Il avoit déja fait abbattre tous ces beaux fapins qui en faifoient la beauté, & avoit vendu beaucoup de terres des dépendances de l'Ermitage. Ce Vicaire General qui étoit du nombre des Conventuels, & Abbé perpetuel de faint Felix de Florence, s'étoit rendu fi redoutable dans l'Ordre, que le General même n'osoit lui rien dire. Ce fut donc ce qui obligea les Ermites de Camaldoli d'avoir recours au Pape, qui ordonna que cet Ermitage feroit retabli dans fon premier état, & fit défense au Vicaire General de molefter les Ermites.

Ce fut à fon retour de Rome que le General Pierre Delphino projetta avec lui les moïens de retrancher les abus qui s'étoient gliffés dans l'Ordre. Les Obfervans & les Conventuels, dont le nombre furpaffoit de beaucoup les Ermites qui étoient reduits au feul Camaldoli & à Fonte-Buono avoient ufurpé toute l'autorité de l'Ordre qui appartenoit de droit à l'Ermitage comme au Chef de l'Ordre: les Observans qui étoient unis en Congregation, comme nous avons dit, pratiquoient entr'eux des Obfervances Regulieres. Les Superieurs n'étoient que triennaux; & il y avoit entr'eux de la subordination. Il n'en étoit pas de même des Conven

tuels

LES DU

RONNE

tuels dont les offices étoient perpetuels, qui ne connoiffoient CAMALDU aucune Obfervance, & qui fe croïoient tous indépendans MONT DE les uns des autres: ce qui caufoit beaucoup de confufion LA Cou dans l'Ordre. Le General Delphino & Paul Juftinien eurent recours au Pape Leon X. qui ordonna un Chapitre General pour y travailler à la reformation de cet Ordre, il fut tenu l'an 1513. La préféance fur tous les Monafteres de l'Ordre y fut renduë à l'Ermitage de Camaldoli, comme au Chef d'Ordre. Les Ermites furent unis avec les Moines tant de l'Obfervance que Conventuels. Les uns & les autres devoient êtreGeneraux alternativement; excepté les Conventuels qui ne devoient point entrer dans les Charges: on leur fit défense de s'augmenter, & ils furent enfin fupprimés dans la fuite par le Pape Pie V. Les Generaux & les Prieurs de Camaldoli ne furent plus perpetuels: ces deux dignités furent même feparées. Ainfi la paix fut rétablie dans l'Ordre par les foins du General Delphino & de Paul Juftinien. Quoique dans ce Chapitre on eût fait des Reglemens, qui étoient communs pour les Ermites & les Moines, chaque Congregation conferva fes Conftitutions: mais comme celles des Ermites étoient confuses, on réfolut de les mettre en meilleur ordre, & on en donna le foin à Paul Juftinien. Aprés les avoir achevées il les prefenta auGeneral Delphino, qui les trouva dans un fi bel ordre,qu'il ne voulut pas qu'el les euffent fimplement le titre de Constitutions: mais il leur donna celui de Regle de la vie Eremitique.

Juftinien fut cependant envoïé en plufieurs lieux pour les affaires de fon Ordre ; & comme il fut retourné á Camaldoli, où il efperoit joüir du repos dans la folitude, il en fut élûMajeur l'an 1516. la quatrième année aprés fa profeffion. Aprés avoir fini les trois ans de fa fuperiorité, il voulut se renfermer dans une reclufion : mais bien loin de le lui per mettre, on l'envoïa encore à Rome pour les affaires de fon Ordre. Etant de retour à Camaldoli il reprit fon premier deffein, de multiplier les Ermitages de cet Ordre: trois ans fe pafferent encore fans qu'il l'executât, par les difficultés qui s'y rencontrerent : & dans le tems qu'il cherchoit les moïens pour y parvenir, il fut derechef élu Majeur de Camaldoli: il refufa cette dignité; mais les Ermites perfiftant à n'en vouloir point élire d'autre, il fut contraint de l'acce

Tome Ÿ.

LI

« PreviousContinue »