Page images
PDF
EPUB

augmenta par l'arrivée d'un grand nombre d'Abbés , qui Congravenoient pour la Fête de saint Benoît, qui se celebroit au Fleury. mois de Decembre, dont il y en avoit qui avoient été mandés pour pourvoir au bon ordre de la Congregation,& d’autres qui étoient venus pour consulter saint Abbon , entre lesquels étoit saint Odilon, Abbé de Cluni ; & que le chagrin que ces Abbés firent paroître de ne plus trouver saint Abbon, renouvella la douleur de ces Religieux,d’être privés d'un tel Pasteur.

Les Calvinistes dans le seiziéme siécle , n'eurent pas pour cette Abbaïe les mêmes égards qu’avoient eu les Normans, quoiqu'Infideles & Païens. Le Cardinal Oder de Châtillon , qui en étoit Abbé Commendataire , y envoïa après son apostasie, arrivée l'an 1562. son Intendant avec des Soldats, pour en emporter les vases sacrés , & tout ce qui étoit dans le trésor. Joubert,qui en étoit Prieur, obrint seulement de l’Intendant les Reliques de saint Benoît ; mais la Châlle d'or qui les enfermoit fut brisée & emportée, aussi bien qu’un Reliquaire d'argent où étoit un oflement de la cuisse de saint Sebastien, que le Chantre de cette Abbaïe sauva heureusement des mains sacrileges de ces Heretiques. Les Satelites de ce Cardinal apostat avoient laissé les autres Reliques , qui étoient dans des Châsses de bois doré ; mais la même année le Prince de Condé étant à Orleans,envoïa derechef des Soldats à Fleury pour enlever ce que gens

du Cardinal avoient épargné. Les Reliques furent profanées & foulées aux pieds , tous les ornemens de l'Eglise furent pillés, & les Calvinistes firent le Prêche & la Cêne dans l'Eglise. Le Corps de saint Benoît fut neanmoins à couvert de leurs infu!tes, aussi-bien que la Relique de saint Sebastien: mais la plus considerable perte que souffrit ce Monastere, ( où l'on enseignoit autrefois les Sciences ) fur celle des manuscrits qui furent brûlés, déchirés ou dispersés, dont le nombre étoit très grand : ce qui n'est pas difficile à concevoir , puisque ses Écoles étoient en fi grande recommandation, qu'il s'y est trouvé jusqu'à cinq mille Ecoliers, & que chacun d'eux donnoit par reconnoissance deux volumes à la Bibliotheque

A l'Abbare de Fleury ou de saint Benoît-sur-Loire, nous joindrons celle de saint Benigne de Dijon, & de la Chaise- Dijon.

les

S BENI. GNE DE

Congre. Dieu. L'on ne peut gueres refuser le titre de Chef d'Ordre SATION DE à celle de saint Benigne , puisqu'outre les Prieurés qui en ONE DE dépendoient , saint Guillaume , l'un de ses Abbés, présidoit

sur plus de quarante Abbaïes qu'il réforma. Saint Benigne de Dijon fut fondé au commencement du sixiéme siécle par Gregoire Evêque de Langres, qui aïant trouvé les Reliques de ce saint Martyr , en fit la Translation, & bâtit autour de son Tombeau une Eglise & un Monastere , qu'il dota de son propre bien , & de quelques terres de son Evê. ché. Gontran Roi de Bourgogne en augmenta considerablement les revenus. Ce Prince aïant fondé l'Abbaie de faire Marcel près de Châlons, voulut que cette Abbaïe , & celle de saint Benigne , fussent associées à celle de saint Maurice d'Agaune, dont il voulut qu'elles gardassent les Coûtumes , tant à l'égard de la Psalmodie continuelle , qu'à l'égard des autres Observances.

Les Moines de saint Benigne tombererit dans la suite comme les autres dans le relâchement. A peine dès le neuviéme siécle y restoit-il encore quelques traces des Observances. Regulieres , qu'on y avoit autrefois admirées. Ils avoient même honte de porter le nom de Moines, & fe faisoient appeller Clercs , par un esprit de vanité. Herlogaud qui en étoit Abbé., y rétablit pourtant avec beaucoup de peine la Discipline Reguliere l'an 819. & fit reparer l’Eglise: mais sous le regne de Charles le Chauve , Roi de France, ce Monastere se trouvoit encore en fi mauvais ordre, que le grand nombre de Religieux qui y étoit autrefois , étoit presque reduit à dix, qui vivoient dans un étrange déreglement. Isaac, Evêque de Langres , le repara une leconde fois , & y fit venir des Religieux , plus reguliers & plus exemplaires, ausquels il permit d'elire un Abbé, conformément à la Regle de saint Benoît. Le relâchement s'y étant glissé encore dans la suite, Bruno Evêque de Langress n'oublia rien pour faire rerourner les Religieux dans leur premier état ; mais ses efforts aïant été inutiles, il s'adressa à faint Mayeul, Abbé de Cluni , qui étant en ce tems-là le Restaurateur de la vie Monastique , lui accorda douze Religieux d'une éminente pieté, pour remettre la Regularité & le bon ordre dans cette Maison. Ils arriverent à saint Benigne le 25. Novembre de l'an 989. auquel comme on

celebroic

ment venus,

celebroit la Fête de la Translation de ce saint Martyr , ils CONGREassisterent avec une pieté édifiante à l'Office de Matines. Les GATION DE anciens Religieux aimerent mieux abandonner le Monastere DE D110Nw que

de se foảmettre aux Observances Regulieres ; ceux de Cluni s'y firent admirer par la fainteté de leur vie ; & cette Abbaïe qui avoit été des honorée par la corruption des meurs de ceux qui y demeuroient, devint une Ecole de vertu par la sage conduite de ceux qui y étoient nouvelle

Saint Mayeul y nomma pour Abbé faint Guillaume, & jamais cette Abbaïe ne fut plus forissante que fous son gouvernement. Sa réputation se répandit de tous côtés. Henri Roi de Bourgogne lui donna la conduite de l'Abbaïe de faint Vincent de Vergi, où il rétablir en peu de cems la Vie Reguliere , aussi-bien qu'à Beze, à Reomai, à S. Michel de Tonnerre, à Molome, & đans plusieurs autres Monaiteres qui le demanderent pour Superieur comme ceux de Fecam, de S. Germain-des-Prez à Paris, de S. Arnoul de Metz, de saint Eure de Toil, de Gorze , du Mont saint Michel, de Jumiege, de saint Oüen , de Bernay, & plusieurs autres qu'il réforma pareillement ; se trouvant en même tems Superieur de plus de quarante Monasteres , entre lesquels fut auii celui de Fructuaro en Piémont ; qui avoit été bâti par ses

parens sur leur Terre, ce Saint étant originaire de ce païs. Il est même surprenant qu'il ait eu un li grand nombre de Disciples pour envoïer en tant de Monasteres , voulant qu'il y en eût toûjours dans celui de Dijon plus de quatre-vingt. Cette Abbaïe eut encore befoin de réforme dans: la suite ; mais à present que les Benedictins de la Congregation de saint Maur la possedent depuis l'an 1651. l'on y voit revivre le veritable esprit de saint Benoît , aussi bien que dans les autres Maisons qu'ils ont réformées , du nombre desquelles sont celles de Fleury, de saint Benoît-surLoire, dont nous avons ci-devant parlé, & la Chaise-Dieu , dont nous allons rapporter l'origine.

Cette Abbaïe, qui a été encore regardée comme Chef LAC#4784 d'Ordre, eut pour Fondateur le Bienheureux Robert, Cha-Diev, noine de saint Julien de Brioude , qui se retira l'an 1043. dans un Ermitage pour y vivre dans la retraite , & separé: da commerce des hommes. Il étoit originaire d'Auvergne , Iome V.

N

ز

[ocr errors]

Dieu.

au

ز

rer,

CONGRE- d'une Famille noble, qui étoit la même dont étoit sorti le, LA CHALSE- Bienheureux Geralde", Comte d'Aurillac. Sa mere étant

grosse de lui , & se trouvant pressée des douleurs de l'enfantement, le mit au monde dans une solitude, comme par un présage que celui qu'elle venoit de mettre au monde, devoit un jour aimer la solitude. Il fut élevé dans l'Eglise de saint Julien de Brioude , dont il fut Clerc , & ensuite Chanoine ; mais voulant renoncer entierement au monde, il se mir en chemin

pour

aller Monastere de Cluni, dans le dessein d'y prendre l'habit ; mais ses amis & ses Domestiques aïant appris son départ, coururent après lui, & le ramenerent: ce qui lui donna tant de chagrin,qu'il en tomba malade. Aïant recouvré sa santé, il alla à Rome, & à son retour voulant executer le dessein qu'il avoit toûjours conservé de se reti

s'étant associé deux jeunes Gentilshommes, ils allerent dans une solitude , & s'arrêterent auprès d'une Eglise à demi-rujnée. Ils obtinrent ce lieu de deux Chanoines du Puy en Velai, ausquels il appartenoit, le défricherent , & y bâtirent de petites cabanes. Robert encourageoit ses deux Disciples, & tandis qu'ils travailloient de leurs mains

pour avoir de quoi subsister , il s'appliquoit à la lecture & à la priere, pour avoir de quoi les instruire. Ils avoient neanmoins les heures marquées, tant de jour que de nuit, pour faire leurs prieres en commun dans un Oratoire. Les habitans des environs s'opposant à leur dessein, les incommodoient beaucoup, & les chargeoient même d'injures & de ménaces : mais la patience & la charité de Robert & de ses Compagnons, adoucirent tellement ces esprits farouches , qu'il y en eut plusieurs qui se joignirent à eux. Leur nombre s'augmentant, l'Observance Reguliere se pratiquoit avec plus de ferveur : en sorte que ce lieu acquit en peu

de tems beaucoup de réputation , & qu'il falut ý bâtir un Monastere. Les fondemens en furent jetcés l'an 1046. il fut , promptement

les liberalités de plusieurs personnes qui y contribuerent. L'an 1952. le Bienheureux Robert le fit ériger en Abbaïe , & il en fut le premier Abbé : cette Abbaïe devint en peu de tems si recommandable, qu'il eut sous sa conduite jusqu'à trois cens Religieux ; & il repara environ cinquante Eglises abandonnées depuis long-tems, Ce Monastere , qu'on nommoit dès lors la Chaise-Dieu, en

achevé par

[ocr errors]
[ocr errors]

Latin Casa Dei, c'est-à-dire, la Maison de Dieu, devint CONGRE. dans la suite Chef d'Ordre, & une Congregation de plu- LACHAISE fieurs Monasteres qui en dépendoient, d'où fortirent plusieurs Personnages illustres. Robert mourut l'an 1067. & il est honoré comme Saint. Entre les Prieurés qui dépendoient de ce Monastere, il y en avoit quelques-uns en Espagne,

dont celui de Saint Jean de Burgos qui fut érigé en Abbaïe, est encore à present un des plus considerables de la Congregation de Valladolid , à laquelle il a été uni , comme nous le dirons en parlant de cette Congregation. Le Prieuré de Montauban dans le Querci , étoit si riche, que le Pape Jean XXII. l'érigea en Evêché, & fit le Prieur premier Evêque.Clement V I.avoit été Religieux de la ChaiseDieu ; il avoit toûjours conservé beaucoup d'affection pour cette Maison,où il avoir fait profession, & il voulut même У être enterré. Il fut inhumé au milieu du Cheur de l'Eglise, dans un superbe Mausolée: mais les Heretiques environ l'an 1563. étant entrés dans cette Eglise, où ils commirent beaucoup d'impietés , la ruinerent entierement,& pillerent le Monastere, où les Benedi&tins Réformés de la Congregation de saint Maur furent introduirs l'an 1640.

Voïez Joann. à Bosco, Biblioth. Floriacen. Bulteau, Hift. de l'ordre de saint Benoît, Joan. Mabillon, Annal. Bened. A&t. SS. Fleury, Hift. Ecclef. Tom. XII. & Yepés, Chronique generale de l'ordre de saint Benoît.

[ocr errors]

C# A PITRE X I.
De l'ancienne Congregation de saint Denis en France.

I l'on a donné le titre de Chefs d'Ordres & de Congre

gations aux Abbaïes dont nous venons de parler dans le Chapitre précedent, l'on ne peut sans injustice refuser le même titre à celle de saint Denis en France, puisqu'outre qu'elle est la plus celebre du Rožaume, & même de l’Europe ; elle a non seulement été Chef d'une veritable Congregation, qui a été érigée sur la fin du seixiéme siécle ; mais dle a encore eu de tout tems un grand nombre de Monasteres & d'Eglises de sa dépendance. Quoiqu'on attributë la: fondation de cette illustre Abbaïe au Roi Dagobert ... il I y

ز

« PreviousContinue »